En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Addition de substance radioactive dans les produits de construction : la Criirad se mobilise

Risques  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
La Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (association Criirad) a récemment adressé une lettre ouverte aux ministres en charge de la santé, de la consommation et de la construction suite à la publication d'un arrêté autorisant des dérogations au code de la santé publique en matière de substances radioactives.

Depuis 2002, le code de la santé publique interdit d'utiliser des matériaux et des déchets provenant d'une activité nucléaire dans les aliments, les biens de consommation et les produits de construction (articles R.1333-2 et R.1333-3). Des dérogations sont prévues en dehors des aliments, des produits cosmétiques, des parures, des jouets et des matériaux en contact avec les aliments et les eaux.
La composition du dossier et les modalités d'information des consommateurs pour ces dérogations ont fait l'objet d'un arrêté publié en mai 2009. Mais pour la Criirad la procédure prévue serait ''particulièrement laxiste'' et ''permet aux exploitants du nucléaire de contourner aisément l'interdiction d'ajouter de la radioactivité à notre environnement quotidien''. L'association met en avant des ''violations de plusieurs prescriptions légales et réglementaires'' et rappelle que l'arrêté à été publié contre l'avis de l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN). L'ASN avait en effet donné un avis défavorable au projet d'arrêté en rappelant que la position de la France en matière de gestion des déchets nucléaires est fondée sur un principe ''d'absence de seuils de libération des radionucléides'' qui doit éviter que la dilution des déchets serve de mécanisme d'élimination.

La Criirad a donc engagé un recours auprès du Conseil d'Etat en demandant l'annulation de l'arrêté. En attendant d'être entendue par les ministres concernés, la Criirad lance une campagne et appelle les consommateurs et associations à solliciter les ministres.

Réactions2 réactions à cet article

 
la radioactivité ajoutée doit être contrôlée

la radioactivité provenant des déchets nucléaires civils ou militaires ne doivent pas avoir d'impact sur la santé; l'impact, s'il existe, de la radioactivité naturelle, qui existe dans l'environnement et dans notre corps, est inconnu;on peut, raisonnablement admettre que certains déchets naturels concentrés de sites industriels, présentant des risques de contamination, soient réutilisés sans risque par dilution.

papauté | 19 novembre 2009 à 18h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
(luxembourg/dieulefit)

il faut absolument soutenir les efforts de la criirad pour lutter contre la contamination de notre habitat et de notre environnement avec des matières et matériaux radioactifs!.. ceux qui décident et font voter des textes législatifs laxistes à ce sujet ont les moyens de se protéger, eux, contrairement à la majorité des citoyens.. les intérêts économiques de quelques-uns ne doivent pas ruiner la qualité de vie de la population, à son insu en plus (vu que la radioactivité n'est pas visible à moins d'avoir les appareils de mesure et la formation adéquats)..

soubeyran vincent | 19 novembre 2009 à 19h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager