Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'artificialisation des sols progresse de nouveau en France

Aménagement  |    |  Rémi Pin  |  Actu-Environnement.com

L'artificialisation des sols ne diminue pas en France, selon un rapport publié par le Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement), qui s'appuie sur les chiffres qui vont du 1er janvier 2009 au 1er janvier 2018.

Si l'objectif fixé par les pouvoirs publics est d'atteindre le « zéro artificialisation nette », « 23 907 hectares ont encore été pris par l'urbanisation sur les sols naturels et agricoles en 2017, ce qui représente la surface de la ville de Marseille », explique le Cerema. Alors que la consommation d'espace commençait à moins augmenter chaque année (33 189 hectares artificialisés en 2011, 22 409 en 2016), la courbe est repartie à la hausse depuis début 2017.

L'artificialisation est majoritairement destinée à l'habitat (68 %), et se localise principalement dans les métropoles et sur le littoral. Le phénomène est très concentré : 5 % des communes sont responsables de 39,1 % de la consommation d'espaces. « Il faut toutefois rappeler que quasiment toutes les communes ont un flux d'artificialisation positif : tous les territoires sont concernés par la problématique », précise le Cerema.

Afin de mieux rendre compte de la dynamique de l'artificialisation des sols, le Cerema a introduit la notion d'efficacité. Il s'agit pour chaque mètre carré artificialisé, d'évaluer le rapport entre la surface consommée et la surface construite. « La construction a beaucoup augmenté en 2017, mais l'artificialisation n'a pas augmenté dans les mêmes proportions. Les surfaces artificialisées ont donc été davantage construites, analyse le Cerema. On observe que les constructions dédiées à l'activité sont plus économes en espace que celles liées à l'habitat ». Pour le centre d'études, il est donc nécessaire d'agir sur l'efficacité de l'artificialisation pour réduire la consommation d'espace et tenter de parvenir à un taux de zéro artificialisation nette.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager