En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Chasses traditionnelles : la France tient tête à la Commission européenne

MAJ le 05/09/2019
Biodiversité  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Le 26 juillet dernier, la Commission européenne avertissait Paris. "La France autorise des pratiques de chasse non sélectives, comme la chasse à la glu et au filet, qui ne sont pas conformes aux exigences de la directive sur les oiseaux", prévenait l'exécutif européen, laissant deux mois au gouvernement pour s'expliquer.

En fait de réponse, la ministre de la Transition écologique publie onze arrêtés qui reconduisent pour la campagne de chasse 2019-2020 les mêmes quotas d'espèces chassables avec des méthodes "traditionnelles" (filets, matoles, gluaux, tenderie) que la saison précédente. Ces chasses visent les espèces suivantes : alouettes, grives, merles, vanneaux et pluviers dorés. Les départements concernés sont les suivants : Ardennes, Alpes de Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques, Var, Vaucluse. L'année dernière, le ministère s'était vanté "d'entériner la tendance à la réduction progressive des prélèvements de ces espèces".

"Il est temps que la France arrête de se mentir et de mentir aux Français : à ce jour, les mesures les plus élémentaires pour stopper l'effondrement de la biodiversité ne sont pas prises", s'indigne Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO).

La publication de ces textes fait suite à une série de décisions du gouvernement visant à autoriser la chasse d'espèces menacées. C'est le cas de l'autorisation de chasse de 18.000 tourterelles des bois pour la saison 2019-2020, précédée par celle de 6.000 courlis cendrés sur la même période. Cette dernière a été suspendue par le Conseil d'Etat le 26 août. La LPO a indiqué qu'elle avait également attaqué l'autorisation portant sur la tourterelle.

Réactions2 réactions à cet article

 

La France, village européen d'irréductibles gaulois ! Mais hélas sans les talents conjugués de René Goscinny et d'Albert Uderzo.
L'Etat risque fort de se faire une nième fois condamner par Bruxelles pour ses manquements en matière de chasse et ce sont une nouvelle fois près de 67 millions de personnes qui vont payer pour les frasques morbides de 1,1 millions, voire bien moins puisque tous ne pratiquent pas ces chasses prétendument "traditionnelles" (tant qu'on y est, la France devrait demander un classement au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO ! Voilà qui enthousiasmerait pas mal de politiques et d'énarques en mal de missions fleurant bon le terroir et l'électorat facile !).
Ou comment faire tout ce qu'il faut pour nourrir un vif ressentiment populaire envers les puissants et leurs petits arrangements.

Pégase | 04 septembre 2019 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

les lecteurs semblent ignorer que leur Président s'est ouvert à l'écologie ! Heureusement sinon on pouvait craindre le pire , en matière de chasse -massacre et aussi de corrida chère à ses ministres .

sirius | 04 septembre 2019 à 16h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager