En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Infractions environnementales : trois cartons rouges pour la France

Eau  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

Mettre fin aux méthodes de chasse illégales des oiseaux, renforcer la protection des tourterelles et rétablir le débit écologique du Rhin : la Commission européenne a tapé sur les doigts de la France concernant trois sujets ce mois de juillet.

Elle lui a ainsi adressé une lettre de mise en demeure de stopper les pratiques illégales de chasses d'oiseaux. "La France autorise des pratiques de chasse non sélectives, comme la chasse à la glu et au filet, qui ne sont pas conformes aux exigences de [la] directive [2009/147/CE sur les oiseaux], dénonce-t-elle. Les États membres peuvent déroger à certaines dispositions de la directive, mais seulement à certaines conditions strictes, qui ne sont pas remplies en l'espèce". Elle s'inquiète notamment des pratiques tolérées de chasse à l'oie cendrée, après que celle-ci a commencé sa migration vers ses sites de reproduction. En avril dernier, l'association La ligue pour la protection des oiseaux (LPO) avait transmis des éléments témoignant du non-respect de la directive oiseaux à la Commission européenne.

La Commission a également mis en demeure la France de renforcer la protection de la tourterelle (Streptopelia turtur) conformément au droit européen. "La tourterelle était autrefois un oiseau très courant en milieu agricole, mais elle est désormais menacée, ce qui illustre comment la pression de l'agriculture et de la chasse contribue à une perte de biodiversité", indique-t-elle. La France accueille 10% de la population reproductrice dans l'UE. Malgré un déclin de sa population de 44%, la France n'a pas pris de dispositions pour la protéger ou préserver ses habitats.

Autre sujet de grief de la commission : contrairement aux objectifs de la directive cadre sur l'eau (DCE), la continuité écologique du Rhin n'est pas assurée et des obstacles gênent la migration des poissons. "La Commission s'inquiète du fait que la France n'ait pas fourni de motifs suffisants pour repousser la date de mise en conformité. En outre, les autorités françaises n'ont pas soumis de calendrier de mise en conformité", souligne-t-elle.

La France dispose désormais de deux mois pour répondre aux différentes alertes de la Commission européenne.

Réactions2 réactions à cet article

 

L'article est illustré par une tourterelle tigrine asiatique et non une tourterelle des bois pour être en concordance avec le contenu.
Cordialement

LoicP | 29 juillet 2019 à 09h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'erreur d'illustration de l'article n'est qu'un artéfact, une peccadille, une broutille face au fond du sujet. Il est symptomatique de l'inanité de nos décideurs que de constater que les cadeaux qu'ils offrent régulièrement aux chasseurs sont immanquablement taclés par les instances européennes. C'est ridicule, consternant, affligeant !
Mais combien de temps encore faudra-t-il que perdurent ces coupables tartufferies ? Bon sang, mais que nos législateurs sortent un tant soit peu de leurs permanences parlementaires feutrées afin de mesurer que leur électorat - puisque tel est leur unique baromètre - est composé d'une proportion bien plus importante de gens pour qui la chasse n'est rien d'autre qu'une nuisance !

Pégase | 19 août 2019 à 22h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager