Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Plastique : le recyclage et l'incorporation en forte croissance en Europe

Les derniers chiffres de Plastics Europe montrent une forte croissance du recyclage des plastiques et de l'incorporation des résines recyclées. Si le rythme est maintenu, 10 millions de tonnes pourraient être incorporées en 2025.

Déchets  |    |  P. Collet

Entre 2021 et 2022, la quantité de plastique recyclé en Europe a progressé de 30,5 %, passant de 5,9 à 7,7 millions de tonnes (Mt). Pour autant, la part des résines recyclées ne représente que 13,1 % du plastique produit en Europe. L'incorporation aussi progresse, en particulier dans le bâtiment, l'emballage et l'agriculture. En quatre ans, ces secteurs ont accru de 2,4 Mt leur demande de plastique recyclé, pour la porter à 5,7 Mt. Globalement, les 10 Mt incorporées en 2025 sont atteignables. Telles sont les grandes lignes du panorama de l'économie circulaire des plastiques en Europe dressé par Plastics Europe, ce mardi 19 mars.

La production de résine vierge en berne

Les producteurs européens de plastique sont moroses : leur production a reculé de 10,5 %, à 56 Mt en 2023, après une chute de 10,3 % en 2022 (mais une hausse de 10,5 % en 2021). Désormais, l'Union européenne (UE), la Norvège, le Royaume-Uni et la Suisse ne produisent plus que 14 % de la production mondiale, contre 22 % en 2006.

En cause : la hausse du prix du gaz liée à la guerre en Ukraine qui a dégradé la compétitivité des acteurs européens et entraîné une baisse de la demande.

S'agissant de la contraction de la demande, Plastics Europe estime qu'elle résulte de quatre facteurs : l'écoconception, qui aboutit à une réduction du poids des polymères dans certains produits ; le développement du réemploi ; la situation économique impactée par la guerre en Ukraine ; et l'interdiction de certains emballages en plastique. À noter que le secteur de l'emballage a réduit sa consommation de plastique de 12,4 % entre 2018 et 2022, soit 2,7 Mt.

Le recyclage décolle

Si les producteurs de résines vierges font grise mine, ce n'est pas le cas des recycleurs, qui enregistrent de bons résultats. À l'échelle européenne, la production de plastique recyclé a progressé de 30,5 % en 2022, pour atteindre 7,7 Mt. Détail important : ces chiffres sont calculés avec la nouvelle méthode européenne qui se base sur la matière entrant dans le processus de recyclage (plutôt qu'en sortie de centres de tri), ce qui implique une baisse de 8 points de la proportion de plastique recyclé dans la production totale de plastique (qui s'établit à 13,1 %).

Parmi les bons élèves, on trouve l'Italie (29,4 %), le Royaume-Uni (22,4 %) et l'Espagne (29,4 %). La France, pour sa part, se situe dans la moyenne européenne, avec une proportion de plastique recyclée de 11,9 %.

Si l'on rapporte les volumes de plastique recyclés aux volumes de déchets (plutôt que la production de plastique), alors la proportion atteint 26,9 % et dépasse pour la première fois celle du plastique envoyé en décharge (25 %). Pour les emballages, cette proportion est de 37,8 %.

Trois secteurs tirent la demande en recyclé

L'incorporation de plastique recyclé aussi se porte bien. Aujourd'hui, les résines recyclées représentent 12,6 % de la consommation de plastique européenne, soit 6,8 Mt. La France frôle la moyenne, avec un taux de 12,3 %. Si cette dynamique se maintient, Plastics Europe juge atteignable l'objectif d'incorporation de 10 Mt en 2025 fixé par l'Alliance circulaire sur les plastiques lancée en décembre 2018 sous l'égide de la Commission européenne.

Parmi les secteurs gros consommateurs de résines recyclées figurent le bâtiment (avec 2,8 Mt incorporées en 2022, soit un taux d'incorporation de 22,7 %), puis les emballages (2 Mt, soit 9,7 % de la consommation) et l'agriculture (0,9 Mt, 37,5 %). Ces activités affichent aussi d'importantes progressions en quatre ans, avec un doublement de la demande pour les emballages et des hausses de l'ordre de 80 % pour l'agriculture et de 55 % pour le bâtiment.

Si l'on ajoute le plastique recyclé préconsommation (3,2 Mt de chutes de production envoyées en recyclage) et les résines bio-sourcées (0,7 Mt) ou produites à partir de capture de carbone (0,1 Mt), la part des plastiques « circulaires » couvre 19,2 % de la demande européenne. Avec un taux de 18,7 %, là aussi, la France est proche de la moyenne européenne.

Développer la collecte séparée

Pour autant, le recyclage et l'incorporation pourraient encore progresser si certains freins étaient levés. En l'occurrence, Plastics Europe estime que d'importants progrès peuvent être réalisés en matière de collecte : un tout petit peu plus de la moitié seulement des déchets contenant du plastique sont collectés séparément, soit 16,4 Mt, sur un gisement de 32,3 Mt. Sans surprise, la quasi-totalité des volumes recyclés proviennent de cette collecte, le recyclage des plastiques collectés avec les ordures ménagères résiduelles (OMR) restant anecdotique (moins de 4 %). La collecte séparée des emballages est un peu plus performante, avec une captation de 63,2 % des plastiques.

Plastics Europe estime que c'est de ce côté-là qu'il faut chercher la raison des performances médiocres de la France, la collecte séparée ne captant que 1,76 Mt de plastique sur 4,07 Mt. Conséquence, les volumes enfouis dépassent encore ceux recyclés. Globalement, la France recycle 21 % des déchets en plastique, ce qui la classe à une piètre vingt-et-unième place, loin derrière la Belgique (39 %), l'Espagne et les Pays-Bas (38 % chacun).

La valorisation énergétique capte encore beaucoup de plastique

« Contrairement à d'autres pays, la France n'a pas décidé d'arrêter l'enfouissement », estime Jean-Yves Daclin. Le directeur général de Plastics Europe France y voit une question de politique publique et de volonté de l'État. L'Hexagone se distingue aussi par un recours accru à la valorisation énergétique : le recul de 214 000 tonnes des pastiques enfouis entre 2020 et 2022 a essentiellement profité à l'incinération (+ 200 000 tonnes).

D'ailleurs, à l'échelle européenne, la collecte séparée, si elle aboutit à de meilleures performances de recyclage, n'est pas toujours synonyme de recyclage. Les chiffres de Plastics Europe mettent en lumière un taux de recyclage de 49,4 % des plastiques collectés séparément. Près de 40 % sont incinérés et 11 % sont enfouis. Et de noter que les volumes valorisés énergétiquement ont progressé plus vite que ceux recyclés.

RéactionsAucune réaction à cet article

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

HURRIKAN - Séparateur aéraulique HANTSCH
TOMRA est une « solution à guichet unique » pour le tri des plastiques TOMRA