En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Production de déchets : une baisse en trompe-l'œil

La production de déchets baisse lentement en France. Cette évolution est essentiellement due au manque de dynamisme de la construction. Les déchets des ménages baissent, alors que ceux des entreprises ne cessent d'augmenter.

Déchets  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°381 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°381
[ Voir un extrait | Acheter le numéro]

Globalement, la production de déchets baisse en France depuis 2012. Elle est passée de 355 à 324,5 millions de tonnes en 2015. Mais cette baisse est essentiellement due au ralentissement du secteur de la construction. S'agissant des déchets ménagers et assimilés (DMA), la collecte par habitant a reculé d'environ 3% entre 2011 et 2015, confirmant le découplage entre les quantités de DMA produits et la croissance démographique. Telles sont les principales conclusions de la dernière version des Chiffres clés des déchets publiée le 2 mai par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).

Le document de près de 100 pages présente les données sur la production, la collecte, le traitement et l'économie des déchets pour l'année 2014 et 2015. Pour le volet collecte, il s'appuie sur les résultats provisoires de l'enquête Collecte 2015, et pour le volet traitement sur les résultats définitifs de l'enquête Installation de traitement des ordures ménagères de 2014 (Itom 2014).

Le BTP pèse sur les résultats

En 2015, la France a produit 324,5 millions de tonnes, dont 228 millions par le secteur de la construction, 62,5 millions par les autres activités économiques, 30,6 millions par les ménages et 4 millions par les collectivités. Après avoir augmenté entre 2006 et 2010 (de 312 à
 355 millions de tonnes), ce volume a baissé de 2,8% entre 2010 et 2012, puis de 6% entre 2012 et 2014. "Cette diminution [globale] est principalement due à un ralentissement du secteur de la construction dont la production de déchets diminue de 13% en 4 ans", détaille l'Ademe.

Du côté des déchets ménagers et assimilés, la collecte s'établit en 2015 à 573 kg par habitant,contre 592 kg en 2011. "Cela représente une baisse de 3% des DMA par habitant en quatre ans", explique l'Ademe, rappelant que la loi de Transition énergétique vise une baisse de 10% entre 2010 et 2020. Cet objectif pourrait être difficile à atteindre, d'autant que l'essentiel de la baisse passée est enregistrée avant 2013, le volume de DMA par habitant ayant stagné depuis. Les déchets ménagers représentent 80% des DMA, le solde correspondant aux déchets des entreprises et administration collectés par le service public. Globalement, après avoir progressé jusqu'en 2000, la collecte d'ordures ménagères a baissé de 1,1% par an entre 2000 et 2011, et de 1,8% par an ensuite. Quant à leur composition, elle devrait être mieux connue avec le dépouillement de la nouvelle campagne de caractérisation nationale des ordures ménagères (Modecom) qui s'est déroulée de janvier à décembre 2017 et permettra de mettre à jour les chiffres de 2007.

Les déchets professionnels sont essentiellement dus au BTP : les déchets du secteur représentent 228 millions de tonnes sur un total de 296 millions de tonnes. L'industrie en produit 24 millions, le tertiaire 20 millions, le secteur de la gestion des déchets 22 millions, la pêche et de l'agriculture 1,3 million et la production d'énergie 1,6 million. Hors BTP, la production de déchets des entreprises ne cesse d'augmenter : 60 millions de tonnes en 2006, 63 millions en 2008, 65 millions en 2010 et 68 millions en 2014. Si la France fait partie des pays européens qui produisent le moins de déchets d'activités économiques par habitant (1,04 tonne en 2014 contre 2,8 pour la moyenne européenne) elle s'illustre par une production de déchets de construction particulièrement élevée (le double de la moyenne européenne).

Planifier les investissements

S'agissant du traitement, l'Ademe rapporte que 69 % des déchets ont été valorisés en 2014 : 65% en valorisation matière et 4% incinérés avec production d'énergie. La part des déchets enfouis atteint 29%. "Plus de la moitié (56%) des 225 millions de tonnes de déchets minéraux traités est recyclée et 14% sont utilisés comme remblai", explique l'Ademe, ajoutant que 30%, soit 66 millions de tonnes, sont stockés. Les centres de traitement ont reçu 48 millions de tonnes de déchets en provenance des collectivités ou des entreprises. Le premier mode de traitement reste l'enfouissement (30% des déchets, en recul de 6% entre 2012 et 2014), suivi de l'incinération (28%, +1%), puis de l'envoi en centre de tri (22%, +7%) ou de compostage (17%, +13%), et enfin de la méthanisation (2%, +51%).

Et à l'avenir ? La baisse progressive des volumes d'OMR "ne doit pas dispenser les collectivités de prévoir des capacités de traitement en optimisant les unités existantes ou en planifiant les investissements nouveaux nécessaires", prévient l'Agence, qui rappelle que les conseils régionaux doivent réaliser un plan pour la prévention et la gestion de l'ensemble des déchets. Pour l'Ademe, les priorités sont l'amélioration du rendement énergétique de l'incinération (tout en réduisant les volumes de déchets d'activité économique incinérés) et le tri à la source des biodéchets. Sur ce dernier point, elle attire l'attention sur le fait que le tri à la source des biodéchets "rend non pertinent la création de nouvelles installations de tri mécano-biologique (TMB) [qui] présente [dorénavant] un risque économique". 
D'ailleurs, le tri à la source des biodéchets et le tri des déchets des activités économiques font partie des priorités du Fonds Déchets opéré par l'Ademe.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…