Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Concertation du public sur le projet d'usine de fabrication de batteries à Douvrin

Transport  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Actu-Environnement Le Mensuel N°412 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°412
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Du 25 février au 23 avril 2021, la Commission nationale du débat public (CNDP) organise la concertation préalable avec le public concernant le projet de construction d'une usine de fabrication de batteries pour véhicules électriques à Douvrin/Billy-Berclau (Pas-de-Calais).

La CNDP a été saisie en novembre 2020 par la société Automotive Cells Company (ACC) qui porte ce premier projet français de « gigafactory ». Pour rappel, ACC est la société conjointe créée en septembre 2020 par les groupes Total et PSA/Opel. Tous les acteurs sont invités à participer et donner leur avis, à l'échelle locale, régionale et nationale sur ce projet d'usine. À cette occasion, un cycle de trois webinaires nationaux permettra de débattre de « l'opportunité de s'engager, ou non, dans la production industrielle à grande échelle de batteries pour les voitures électriques », explique la CNDP. « Ce choix pose de nombreuses questions sur la souveraineté économique et industrielle, sur les technologies utilisées, sur l'impact environnemental des batteries, depuis l'approvisionnement en matières premières jusqu'au recyclage, et enfin sur les impacts sociaux de la mutation industrielle envisagée. Dans ce contexte, cette concertation représente le premier grand débat d'orientation générale sur la mobilité électrique en France », ajoute la CNDP.

Ce projet d'usine de production de batteries prévoit un premier bloc d'une capacité d'au moins 8 gigawattheures (GWh) en 2023, puis entre 2023 et 2028 la construction progressive des autres blocs. Le site est prévu à côté du site PSA de Douvrin, à cheval sur les communes de Douvrin et de Billy-Berclau, dans le Pas-de-Calais, au sein du Parc des industries Artois Flandres.

Réactions3 réactions à cet article

 

Après avoir traîné lamentablement, allons-nous trop vite sans attendre la mise au point des accus optimisés au graphène, ou les gigacondensateurs qui seront au point forcément un jour et obligeront à des recyclages massifs.
L'esprit geek n'atteint pas les hautes sphères, quand on ne voit aucun responsable médical expliciter le fonctionnement de l'ARN messager.
Etait-ce si difficile de dire qu'on prend une parcelle d'ARN du virus qu'on envoie à une cellule polyvalente celle-ci va envoyer cette info à une cellule mémoire -T qui va gérer les globules blancs, les cytokines et la mort programmée des cellules infectées.
Je vous fait grâce des termes scientifiques.

pemmore | 10 mars 2021 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

produire un véhicule électrique demande beaucoup plus d’énergie, et émet deux fois plus de gaz à effet de serre que de produire un véhicule thermique, du fait de la production de sa batterie et de sa motorisation
La quasi totalité des batteries sont produites en asie a partir du charbon comme énergie électrique;
Personne ne parle des conséquences de la fabrication des batteries : intoxication et eutrophisation des réserves d’eau douce, artificialisation et perte de biodiversité, toxicité pour les humains,
pollution radioactive, occupation des terres agricoles
l’omission des conséquences liées à la production de l’électronique est quasi-systématique.
les émissions de NOx, SO2 et particules de la production des véhicules électriques sont 1,5 à 2 fois supérieures à celles des véhicules thermiques. Les conséquences en matière de pollution des sols et des eaux sont doublées, voire triplées [7], principalement par l’extraction et l’affinage des métaux et la production électronique.

L'écologie ne s'embarrasse pas de la déontologie.

ouragan | 10 mars 2021 à 21h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce qui me fait mal en tant que contribuable, c'est la subvention que l'Etat accorde aux acheteurs de ces autos, qui sont des gens qui n'ont absolument pas besoin d'être aidés.
Quand je vois une Tesla, c'est au bas mot 10 000 euros de subventions publiques mal employés et qui ne vont pas là où c'est vraiment nécessaire : logement.
C'est véritablement insupportable.

Albatros | 17 mars 2021 à 15h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en Droit de l'Urbanisme durable et Domanialité publique Green Law Avocat