En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Commission Energie 2050 : vers un maintien du nucléaire en France

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com

Selon le journal Mediapart qui a obtenu une version provisoire du rapport de la Commission Energie 2050, l'énergie nucléaire n'est pas prête de se faire discrète en France.

A l'instar des économistes de l'ADEME récemment, la Commission a comparé différents scénarios énergétiques développés par des associations (Negawatt), des industriels (UFE) ou des institutionnels (Enerdata). La Commission semble d'avis que les scenarios les plus avantageux en matière de coût de l'électricité, d'emploi et de réduction des émissions de gaz à effet de serre sont ceux où la part du nucléaire reste très élevée. L'option de prolongation des centrales "s'avère de loin la moins coûteuse en termes d'investissements jusqu'à 2035-2040, quel que soit le scénario alternatif où il y aurait remplacement de réacteurs par un quelconque autre moyen de production", peut-on lire dans le rapport.

Selon le journal, sur l'emploi, les auteurs considèrent que, quel que soit le mix énergétique, les emplois créés et détruits ne seraient que de quelques dizaines de milliers. En revanche, la hausse des prix de l'électricité se traduira en 2030 par une perte de PIB de 0,6 % si 50 % d'électricité est d'origine nucléaire, et de 0,9 % s'il n'est plus que de 20 %.

A la demande de Médiapart, Benjamin Dessus et Bernard Laponche, deux spécialistes de Global Chance ont analysé le rapport provisoire. Ils le qualifient "d'exercice médiocre (…) biaisé par des erreurs factuelles, des non dits, des hypothèses implicites et des omissions majeures, sans aucune analyse de cohérence, ni aucun recul par rapport aux études analysées."

Les deux experts remarquent que d'un point de vue méthodologique, l'étude ne prend pas en compte les marges de manoeuvre ouvertes par les économies d'électricité, réduit le concept de transition énergétique à la question des émissions de CO2 et fait l'impasse totale sur les risques environnementaux associés aux filières non fossiles, et tout particulièrement nucléaires.

La version finale du rapport devrait être remise au ministre de l'énergie Eric Besson le 17 février prochain.

Réactions6 réactions à cet article

 

Sur un débat ausi important et aussi chargé d'a priori, à la fois on ne pouvait pas s'attendre à trouver une unanimité naturelle et à la fois il serait tellement souhaitable qu'un consensus se dégage. Pour l'instant, nous en sommes loin. De ce débat entre experts nous ne pouvons que conclure : "mais qui croire ?".
Quel est le politique qui aura le courage de créer les conditions d'un vrai débat ouvert, public (pour la transparence des influences des uns et des autres) probabelement sur plusieurs mois, avant d'engager la France (et une partie de l'Europe) dans telle ou telle voie ?

Arnaud2D | 31 janvier 2012 à 08h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sur un débat ausi important et aussi chargé d'a priori, à la fois on ne pouvait pas s'attendre à trouver une unanimité naturelle et à la fois il serait tellement souhaitable qu'un consensus se dégage. Pour l'instant, nous en sommes loin. De ce débat entre experts nous ne pouvons que conclure : "mais qui croire ?".
Quel est le politique qui aura le courage de créer les conditions d'un vrai débat ouvert, public (pour la transparence des influences des uns et des autres) probabelement sur plusieurs mois, avant d'engager la France (et une partie de l'Europe) dans telle ou telle voie ?

Arnaud2D | 31 janvier 2012 à 08h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le point essentiel concerne les emissions de CO2 et leurs consequences pour le futur. Nous savons dejà que le réchauffement climatique sera superieur aux 2° annoncés. Le choix est donc simple ; ou nous privilegions notre confort aujourd'hui, c'est à dire sortir du nucléaire et avoir des centrales a combustibles fossiles; et "après moi le déluge"........Ou bien nous mettons les moyens pour diminuer ces emissions pour eviter des conditions de vie difficiles à nos descendants qui n'ont pas été consultés en assumant les risques du nucléaire, tres faible en France mais pas nuls, en pensant aux generations futures. La Vie n'est pas un long fleuve tranquille.

fleurent | 31 janvier 2012 à 09h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si on avait demandé aux japonais avant fukushima a combien ils évaluaient le risque nucléaire au japon ils auraient certainement dit :tres faible ! on a vu le résultat!
Quand a l'heritage que nous allons laisser a nos descendants (encore faudrait il qu'il y en ait) j'ai peur qu'ils ne puissent pas payer les droits de sucession!

lio | 31 janvier 2012 à 13h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

à la louche et je ne suis pas expert, comme dirait l'autre les experts se trompent tout le temps sans doute car ils ont besoin de manger.Nous sommes les champions de la maîtrise des dépenses énergétiques car avec nos beaux radiateurs à bain d'huile on consomme 150 térawattheures par hivers, avec ses 25% de rendement chaleur/électricité n'importe quel appareil de chauffage mm le moins performant les dépasse largement, pourtant EDF encourage l'utilisation de ses appareils tellement simples d'utilisation et peu coûteux.Toutefois ils nous rappellent que l'énergie est notre avenir et qu'il faut pas la gaspiller.Même si le rendement est ridicule?
Une seule solution changer de fournisseur et arrêter le chauffage électrique dans la mesure du possible.Il y a d'autres solutions

technocrate137 | 02 février 2012 à 01h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Commenter un rapport pas encore sorti, sur la base de fuite d'une version non-finalisée, c'est le meilleur moyen de dire des bêtises : normalement, la version finale devrait comporter les commentaires ci-dessus, puisque Negawatt et Global Chance faisait partie du travail !

Ceux qui ont fait "fuiter" l'ont eu en main, sans doute parce qu'ils participaient à ce travail. Dans ce cas, pourquoi passer du temps à faire des analyses et les publier ailleurs, plutôt que de contribuer au rapport ?

Pourquoi ne pas jouer le jeu de la confrontation d'idées ?
C'est trop facile de dénigrer le travail d'une commission à laquelle on a été invité à participer, en ne défendant pas son propre avis...
qui forcément manque à la fin.

Si la principale conclusion du rapport, c'est que le nucléaire c'est moins cher, il suffit pour vérifier de rapprocher le chiffre de la Cour des Comptes (228 MdsEuros) de celui affirmé par Siemens pour sortir l'Allemagne du nucléaire (1400 Mds).

@Technocrate137 : je serai curieux de savoir d'où vous sortez le chiffre de 150 TWh pour le chauffage (pour 440 TWh de production totale).

Je serai aussi curieux que vous m'expliquiez en quoi un rendement de 100% est médiocre ?

Polybutadiène | 12 février 2012 à 23h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…