En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'UE doit faire ''un effort considérable'' pour enrayer la perte de la biodiversité d'ici 2010

La Commission a présenté un premier bilan de son plan d'action visant à enrayer l'érosion de la biodiversité d'ici 2010 et appelé l'UE à ''redoubler d'efforts'' si elle veut atteindre son objectif.

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
En Europe, 42% des mammifères, 43% des oiseaux, 45% des papillons mais aussi 30% des amphibiens, 45% des reptiles et 52% des poissons d'eau douce sont menacés d'extinction. Face à cette situation critique, la Commission européenne a présenté en mai 2006 un plan d'action visant à mettre un terme à l'érosion de la biodiversité dans l'UE d'ici 2010. Ce plan définit quatre grands domaines d'intervention politique : la biodiversité dans l'UE, l'UE et la biodiversité dans le monde, la biodiversité et le changement climatique, et la base de connaissances. Il souligne également la responsabilité des institutions communautaires et des États membres.

Alors que la Commission a annoncé le 12 décembre une nouvelle extension du réseau de zones naturelles protégées Natura 2000, elle fait part aujourd'hui, dans un premier bilan du plan d'action, de son scepticisme face aux objectifs à atteindre en 2010. La Commission appelle à redoubler d'efforts pour maintenir la diversité biologique.

L'Union européenne ne parviendra pas à atteindre son objectif visant à mettre un terme à la diminution de la biodiversité à l'horizon 2010 à moins de consentir des efforts supplémentaires importants au cours des deux prochaines années, conclut le rapport de la Commission, publié le 16 décembre, qui évalue les progrès réalisés par les Etats membres.

Selon la Commission, les politiques et la législation communautaires doivent faire l'objet d'une mise en œuvre efficace afin de faire face au ''défi'' de la biodiversité.

Natura 2000 : une extension considérable mais non suffisante

Si le rapport souligne que le réseau Natura 2000 s'est considérablement étendu et comprend désormais plus de 25.000 sites (17 % du territoire terrestre de l'UE), des efforts restent à faire pour achever la mise au point du réseau, notamment en ce qui concerne les zones marines protégées, indique la Commission.

Rappelons que les 769 nouveaux sites désignés au titre de la directive ''Habitats'', se trouvent pour la plupart en Bulgarie, en Roumanie et en Pologne. Tandis que la France a annoncé en novembre dernier l'inscription de 76 sites marins nouveaux au réseau Natura 2000, 36 sites à composante marine ont été ajoutés dans la dernière liste de mise à jour du réseau.

La nouvelle évaluation définit les priorités à mener, dans les deux années à venir, pour enrayer la perte de la biodiversité. Le rapport préconise notamment des mesures supplémentaires pour gérer et restaurer les sites du réseau Natura 2000. Il recommande aussi la restauration du bon état des écosystèmes et des services écosystémiques dans les zones rurales de l'UE non protégées ainsi que dans les milieux marins et d'eau douce.

Nous nous sommes fixés un objectif ambitieux en matière de biodiversité pour 2010, nous savons quelles actions sont à mener et nous avons les instruments pour y parvenir. J'appelle donc tous les États membres à redoubler d'efforts pour maintenir la diversité de la vie et le bon état des écosystèmes sur lesquels reposent notre prospérité et notre bien-être, a déclaré Stavros Dimas, membre de la Commission chargé de l'environnement.

Un plan pour protéger la biodiversité des zones côtières en Méditerranée

Alors que la Commission présente un premier bilan de son plan d'action en faveur de la biodiversité, la présidence française de l'UE et l'Union pour la Méditerranée (UMP) ont ouvert le 18 décembre à Nice un colloque de deux jours visant à définir un programme d'actions pour protéger la biodiversité des zones côtières en Méditerranée. Le colloque intitulé ''La gestion intégrée des zones côtières en Méditerranée, du local au régional : comment stopper la perte de la biodiversité ?'', rassemble jusqu'à vendredi services de l'Etat, pouvoirs publics locaux, gestionnaires et acteurs de terrain et ONG du bassin méditerranéen.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Convention de Barcelone, 14 pays du bassin méditerranéen ont signé en janvier 2008, le protocole de gestion intégrée des zones côtières (GIZC) visant la protection du littoral et de leurs écosystèmes. La biodiversité des zones côtières en Méditerranée est menacée par la pression démographique et touristique, la pollution, l'invasion biologique d'espèces exotiques mais aussi la surexploitation des ressources et le changement climatique.

Réactions5 réactions à cet article

 
voudriez vous nous cherceher des partenaires?

bonjour,
nous sommes un programme national d'appui à l'environnement pour le développement "PRONAED/RDC" oeuvrant en république démocratique du congo ayant comme objectif de proteger l'environnement, la biodiversité et les écosystème des bassins du nil et du congo dépui 2000. voudriez vous nous faciliter le contact avec des partenaires ou bailleurs des fonds dans ce domaine?

nous remercions d'avance.

pronaed/rdc | 26 décembre 2008 à 10h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Rien à 'faire', tout à 'changer'.

La nature se débrouille seule depuis longtemps avant l'apparition du dérangeur, l'homo-ckevouvoulez.
Il n'y a rien à faire pour que la nature redevienne viable (pour nous, parce que sans nous, même après de grandes catastrophe, elle poursuivra son chemin sans problèmes... mais sans nous :) ), mais tout à changer dans les façon de vivre.

Arrêter de penser qu'a soit, déjà, et penser que tout les produits qu'on a de nos jours sont inutiles, encombrants, et extrêmement polluant à leurs créations (combien de gens préfèrent acheter un sandwich tout fait entouré de 5 tonnes de plastique, plutôt que d'se payer une baguette, du beurre, du fromage, du jambon...?), sans parler de l'usine qui utilise les produit premiers... Ou sans parler de ce que jettent les grandes surface car elles n'ont pas le 'droit' de redonner la nourriture à d'autres...

Dès lors que l'Homme pensera à ça et s'y penchera, alors on sera sauvé? Sinon, c'est mort! Et pleins se le disent, en se disant aussi "bin j'vais profiter alors, gogogo, jetons nos ordures par les fenêtres de nos bagnoles!!" (sans oublier que d'autres n'ont aucunes notions de ça.. merci les parents!)

Nuwanda | 09 janvier 2009 à 15h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:voudriez vous nous cherceher des partenaires?

Je ne suis pas un bailleur de fonds, mais je vous souhaite de trouver des appuis pour vôtre important projet

NICOPOUM | 10 janvier 2009 à 21h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
efforts individuels et collectifs

c'est un combat de chacun, il faut eduquer les gens à l'environnement, dans les écoles, collèges, lycées, pour que dès tout petits les enfants comprennent le mot RESPECT DE LA NATURE ET DES ANIMAUX autrement dit pas deschoses qui se consomment, mais qui sont bien vivantes

SO | 12 janvier 2009 à 15h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:efforts individuels et collectifs

Je travaille pour une commune de plus de 36000 habitants( ville nouvelle de St Quentin en Yvelines).J'ai proposé un projet ville orienté sur l'éducation et la sensibilisation sur l'environnement. Le maire de cette ville ne s'y intéresse pas, mon dossier remis dans un placard ou dans une poubelle pour papier recyclé.? De plus, j'ai discuté en direct avec l'élu représentant de ce secteur ( je lui ai fait parvenir le dossier), tout ça pour m'entendre dire qu'il y avait beaucoup d'utopie dans les axes de recherches environnementales. Preuve en est, que mon projet n'a pas été lu, alors qu'il concernait la jeunesse et l'éco-citoyenneté dans la ville. Une participation réelle des habitants et une prise en compte des directives de grenelle. Il y a peu de travailleurs sociaux éducatifs intéressés par l'avenir de tous ce qui ne m'aide pas...Etre engagée sans étiquette politique mais simplement avec croyance et conviction fait peur.

Certes, ces dits élus prendront des idées ça et là mais sans trop s'investir...Une belle vitrine sur fond d'affichage urbain, vantant les "mérites de la ville" avec peut-être un logo de plus...Personnellement,cela ne m'empêchera pas de croire au meilleurs et non au défaitisme ambiant.j'ai donc décidé d'offrir mes compétences ailleurs et quitter cette ville remplie de conservateurs dangereux pour la santé,animés simplement par leur soif de congratulations.

sélène | 21 janvier 2009 à 00h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…