En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Conseils Européens Environnement et Energie : les associations mettent la pression

Gouvernance  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Les ministres européens de l'Environnement et de l'Énergie se réunissent les 5 et 6 juin. Au programme notamment le paquet énergie climat qui déterminera jusqu'en 2020 la politique de l'Europe pour le climat.

À moins d'un mois de la présidence française de l'Union européenne, le RAC-F et ses associations membres attendent sur ce sujet du gouvernement un véritable leadership pour élever le niveau d'ambition du paquet. Le paquet en discussion manque cruellement d'ambition. L'objectif de réduction des émissions européennes à l'horizon 2020 n'est que de 20%. Or les recommandations des scientifiques et le principe de précaution devraient conduire les Etats membres à réduire d'au minimum 30% leurs émissions domestiques, indique dans un communiqué le Réseau Action Climat. Si elle entend rester crédible auprès de ses partenaires européens et internationaux, la France devrait au moins annoncer pour elle- même cet objectif de 30% de réduction !, estime Morgane Créach du RAC-F.

Les associations regrettent par ailleurs que l'efficacité énergétique soit reléguée au second plan et qu'aucune réponse concrète ne soit apportée au soutien des pays européens à la réduction des émissions et à l'adaptation des pays en développement. Pour Damien Demailly, du WWF, les Etats doivent se mettre d'accord sur deux points : le principe d'une mise aux enchères de 100% des quotas à partir de 2013, et l'utilisation du revenu pour lutter contre le changement climatique, en particulier dans les pays en développement.

Deux autres points à l'ordre du jour pour le Conseil de l'Union européenne Environnement : l'avenir des OGM et l'examen de la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil établissant des normes de performance en matière d'émissions pour les voitures particulières neuves dans le cadre de l'approche intégrée de la Communauté visant à réduire les émissions de CO2 des véhicules légers. Pour respecter ces engagements, l'UE doit impérativement faire preuve d'ambition sur la future réglementation visant à limiter les émissions de CO2 des automobiles, souligne Anne Valette, de la campagne Climat à Greenpeace France. Nous appelons Jean-Louis Borloo à défendre non un texte au rabais, qui correspondrait aux seuls intérêts de court terme des constructeurs automobiles allemands, mais une réglementation à la hauteur du défi climatique. Les positions que va prendre le ministre cette semaine donneront la couleur de la présidence française de l'Union européenne, qui commence le 1er juillet, prévient-t-elle.

L'organisation Greenpeace tout comme France Nature Environnement rappellent qu'un règlement ambitieux intègre un objectif de 120g/km en 2012, un objectif à long terme à 80g/ km en 2020, des pénalités suffisamment contraignantes, pour que les limites des émissions soient respectées, à 150 euros par gramme supplémentaire et par véhicule, dès 2012 et une répartition de l'effort basée sur l'emprise au sol, et non sur le poids.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager