En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution aux hydrocarbures dans la Crau, un an après

Eau  |    |  Actu-Environnement.com
Un an après la rupture d'un oléoduc dans la Crau qui avait déversé 5.400 m3 d'hydrocarbures sur près de 5 hectares de la réserve naturelle des Coussouls de Crau, Chantal Jouanno s'est rendu sur place pour faire le point sur les travaux de dépollution réalisés et la réparation du dommage environnemental. Alors que la Société du pipeline sud européen (SPSE), responsable des canalisations, a fait enlever 66.000 tonnes de terres souillées, il resterait encore du pétrole brut dans la terre, entre 550 et 2.300 tonnes. La nappe phréatique a également été touchée.

Lors de sa visite, mardi, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie a estimé que ce désastre avait permis de faire évoluer la loi pour améliorer la sécurité des canalisations. ''Cet accident a été un facteur de progrès : cela nous a permis de rectifier la législation et d'intégrer la question des espaces naturels dans la définition des tracés des pipelines'', a-t-elle déclaré.

Un plan d'actions visant à maîtriser les risques liés au vieillissement des équipements industriels a été lancé en janvier dernier. Il comporte 38 mesures, dont l'augmentation de la fréquence des contrôles, qui auront lieu désormais tous les six ans au lieu de 10 ans auparavant. Toutes les canalisations présentant un effet de toit, défaut présenté par l'oléoduc qui s'est rompu, devront avoir réalisé un contrôle d'ici 2012. Un rapport d'experts avait mis en cause le manque d'entretien de l'oléoduc à l'origine de la pollution de la Crau. ''Tous les oléoducs qui avaient le défaut qu'on a observé sur le pipeline seront contrôlés d'ici 2012 et les sanctions ont été augmentées en cas de faute et de négligence'', a expliqué la secrétaire d'Etat.

''Le gouvernement a également révisé l'encadrement législatif des canalisations avec une ordonnance du 27 avril 2010. Outre la clarification des obligations, l'ordonnance apporte des avancées en termes de garanties de consultation du public. Les zones naturelles sensibles sont également dorénavant explicitement prises en compte''.

Réactions1 réaction à cet article

 
incroyable

pourquoi faut-il toujours un accident pour faire avancer les choses?! Non mais franchement mettre des pipeline sur des réserves naturelles,cela n'aurait jamais dû être fait même sans une loi pour réglementer, ça tient du bon sens, mais il semblerait que politiciens et compagnies pétrolières ne l'est pas ....

Delphine | 15 août 2010 à 11h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager