En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Déchets nucléaires : le projet de développement territorial associé à Cigéo officiellement signé

Déchets  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Les communes de Saudron (Haute-Marne), de Bure (Meuse) et de Mandres-en-Barrois (Meuse), choisies pour accueillir le Centre industriel de stockage géologique (Cigéo) des déchets nucléaires de haute activité et de moyenne activité à vie longue, disposent dorénavant d'un projet de développement territorial. En outre, le ministère de la Transition écologique et solidaire confirme la prolongation du financement des groupements d'intérêt public (Gip) Objectif Meuse et Haute-Marne. Le Gouvernement devrait déposer des amendements dans le cadre de l'examen du projet de loi de finances pour 2020 pour leur permettre de financer des actions des intercommunalités les plus proches du site d'enfouissement.

Priorité à l'hyper-proximité

Emmanuelle Wargon, secrétaire d'État à la Transition écologique et solidaire, a signé, le 4 octobre, le projet de développement territorial à l'occasion d'une réunion du comité de haut niveau du projet Cigéo, qui réunit les parties prenantes. Il s'agit notamment de l'Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra), la région Grand-Est, les départements de Meuse et de Haute-Marne, les communes concernées, ou encore les opérateurs de la filière nucléaire (EDF, Orano et le CEA).
« Le projet Cigéo entrera (…) dans une phase administrative concrète dès la fin de l'année avec le dépôt d'une demande de déclaration d'utilité publique, qui sera accompagnée par la création d'une opération d'intérêt national », précise le ministère.

Le projet de développement territorial « vise à engager une transformation durable du territoire, avec la mise en œuvre d'actions prioritaires pour faciliter la réalisation du projet industriel Cigéo et d'actions de développement », explique le ministère. Il comprend 38 actions concrètes, « destinées à créer les conditions les plus favorables pour l'accueil du projet Cigéo et à dynamiser le territoire de proximité ». Il prévoit aussi « 26 projets complémentaires qui s'inscrivent dans une perspective de plus long terme et ne font pas partie du périmètre de cette première contractualisation ». Cette seconde série de mesures « mérite des approfondissements ultérieurs, qui interviendront dans les années à venir en cohérence avec le calendrier de Cigéo ».

Réactions1 réaction à cet article

 

Avec la création de cette poubelle nucléaire, Mme Wargon ne se trompe pas quand elle créée un projet visant à "une transformation durable du territoire" : celui-ci en prend pour des centaines de millénaires !!!
Sûr qu'avec l'éolien, on ne se projette pas aussi loin dans le temps !

Pégase | 19 octobre 2019 à 21h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager