En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le secteur des textiles usagés s'intéresse au tri optique

Les acteurs de la valorisation des textiles usagés s'intéressent aux dispositifs de tri optique développés pour les déchets d'emballages plastique. Eco TLC a présenté ces technologies qui permettent d'automatiser le tri des textiles par matière.

Déchets  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
Le secteur des textiles usagés s'intéresse au tri optique

Eco TLC, l'éco-organisme en charge de la filière de responsabilité élargie du producteur (REP) pour les textiles d'habillement, le linge de maison et les chaussures, a réuni, ce mercredi 29 janvier, les acteurs du tri des vêtements usagés qui s'intéressent au tri optique. Aujourd'hui, selon une étude réalisée par Terra pour le compte de l'éco-organisme, la technologie est mature, éprouvée et abordable. Si les acteurs sont confiants, il reste toutefois à identifier les applications les plus pertinentes, élaborer des dispositifs de tri adaptés aux textiles et bâtir des modèles économiques.

Construire des bibliothèques de textiles

L'étude de Terra a permis d'établir un état de l'art du tri optique et un panorama des projets développés en Europe en matière de tri des textiles. Premier constat général : l'utilisation du tri optique ne semble pertinente qu'après avoir effectué un premier tri manuel, notamment en vue du réemploi des habits réutilisables. Son apport concerne essentiellement l'identification rapide et précise de la matière, voire de la couleur. Un bémol toutefois : les textiles doivent être propres et sec, faute de quoi les lecteurs n'identifient pas la matière.

D'un point de vue technique, les professionnels s'orientent vers l'utilisation de la spectroscopie dans le proche infrarouge, une technique déjà répandue pour le tri automatisé des déchets d'emballages plastique. Sur la base de la structure chimique de chaque matière, cette technologie permet de déterminer la nature exacte du textile : coton, laine, polyester, polyamide, acrylique, viscose... Il est aussi possible de trier des matières plus complexes à base de mélanges de fibres. Dans l'absolu, tous les tris sont envisageables, dès lors que le spectre électromagnétique de la matière à séparer est connu. Le premier enjeu est donc la création de bibliothèques qui associent à chaque matière son spectre. C'est techniquement simple, mais long à réaliser compte tenu de la multitude de textiles existants.

Des défis restent à relever

Si la technique est connue et éprouvée, sa mise en œuvre concrète pose certains défis. Le premier tient à la nature des matières textiles : beaucoup de mélanges et des matières en très faible proportion ou parfois très proches (par exemple, le coton et la viscose sont tous deux composés de cellulose). Pour l'instant, de bons résultats ont été obtenus sur le tri de matières « pures ».

Une deuxième série de défis concerne la technologie elle-même. Le tri optique permet une reconnaissance des matières en surface, ce qui pose problème pour les textiles composés de matériaux superposés. Ensuite, la détection peut être rendue difficile par certains traitements de surface des tissus. Dans le même esprit, certains pigments noirs rendent impossible l'identification de la matière.

Enfin, reste le défi économique. Pour résoudre l'équation économique, il faut d'abord ajuster au mieux le niveau de tri. Plus on attend une séparation précise et des lots sans impuretés, plus les coûts s'élèvent. Il faut ensuite s'assurer de débouchés rémunérateurs pour la matière triée. En clair, il faudra trouver un équilibre entre les approvisionnements en textiles usagés et les attentes des principaux marchés : fil (mono matière ou en mélange), textiles non tissés, composites, ou combustibles solides de récupération (CSR).

Trois approches du tri optique

 
Il faudra trouver un équilibre entre les approvisionnements en textiles usagés et les attentes des principaux marchés : fil, textiles non tissés, composites, ou combustibles solides de récupération.  
 
Un dernier point sera capital et fait actuellement l'objet d'expérimentations : comment employer concrètement le tri optique. La première approche consiste à adapter les machines développées pour les emballages : installer un lecteur en entrée d'un tapis roulant et des souffleurs en sortie pour séparer les matières. C'est le choix réalisé par deux grands équipementiers du secteur : Pellenc et Tomra. Cette méthode permet de séparer deux ou trois matières par machine. Mais elle impose certaines contraintes : la taille des pièces textiles doit être comprise entre 30 et 300 mm de côté et il faut des textiles monocouches. Le projet suédois SIPtex, initié en 2015 et auquel participe Tomra, devrait aboutir cette année à la mise en service d'une première usine d'une capacité de traitement de 10 000 tonnes par an.

Une autre approche a été développée avec le projet hollandais Fibersort qui utilise une technologie développée par Valvan pour trier des pullovers en fonction de la composition de la fibre et de la couleur. Cette fois-ci, l'éjection des pulls se fait perpendiculairement au tapis de convoyage, ce qui permet de multiplier les flux en allongeant le tapis. En combinant quatorze critères, il est possible d'obtenir 45 sorties différentes. Autre différence : la machine travaille sur des pulls entiers. Le dispositif expérimental peut traiter environ une tonne par heure, pour un coût de fonctionnement de 150 euros par heure…

La dernière approche est totalement différente. Il s'agit d'utiliser le tri optique comme une aide au tri manuel. Deux dispositifs sont en développement : un capteur sur lequel on passe le textile à identifier (entreprise Acal BFI) et un pistolet de lecture (Iosys). À chaque fois, le dispositif indique la matière au trieur qui place lui-même les textiles dans les bons bacs. Cette démarche est reprise par le projet Telaketju qui vise, à terme, une généralisation du dispositif dans toute la Finlande. En Allemagne, le projet Resyntex, développe aussi une approche semi manuelle.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager