Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le démantèlement en fin de vie bientôt obligatoire pour les motos

Un véhicule hors d'usage doit être traité dans un centre agréé. C'est vrai pour les voitures, pas encore pour les deux roues. Néanmoins, certains centres sont déjà opérationnels en vue d'un changement futur de la réglementation. Reportage vidéo.

Reportage vidéo  |  Déchets  |    |  Baptiste Clarke  |  Actu-Environnement.com

C'est à Gaillac (Tarn), à moins d'une heure du nord de Toulouse, que se situe le groupe Surplus Recyclage, spécialisé dans le démantèlement de véhicules grâce à trois unités distinctes. La première traite des voitures, la seconde, des motos et scooters et, la dernière, des véhicules plus gros : engins agricoles, bus, camping-cars… Trois unités regroupées sur un même site qui permettent, en somme, de traiter tous types de véhicules roulants.

Les véhicules entrants sont démantelés dans l'objectif de valoriser un maximum de pièces détachées conservant une valeur marchande. Aussi, le démantèlement s'effectue de sorte que tous les polluants soient correctement collectés et envoyés vers les filières adaptées. Voir le reportage.

Une réglementation basée sur la responsabilité élargie des producteurs (REP) pour le traitement de leurs produits arrivés en fin de vie encadre le démantèlement des voitures, camionnettes et cyclomoteurs à trois roues. Les véhicules hors d'usage (VHU) doivent être traités dans des centres agréés. Un agrément que délivre la préfecture de département et auquel est annexé un cahier des charges qui détermine les obligations, notamment en termes d'opérations de dépollution et d'objectifs de recyclage. En effet, depuis une dizaine d'années, les centres VHU ont l'obligation de réaliser une dépollution complète du véhicule (batterie, huiles, liquide de refroidissement, etc.), puis de valoriser un maximum de pièces réutilisables sur le marché de l'occasion avant d'envoyer la carcasse (acier et plastique) vers la valorisation matière.

L'inclusion des motos prend du retard

Mais ce qui est vrai pour les VHU de type voitures et camionnettes ne l'est ni pour les motos et scooters ni pour les véhicules industriels, comme les engins agricoles. Toutefois, les règles vont prochainement évoluer. La création d'une REP VHU couvrant une large gamme de véhicules est proposée en application de l'article 62 de la loi Antigaspillage et économie circulaire (Agec). Cette mesure était censée entrer en vigueur le 1er janvier 2022, mais les textes réglementaires se font encore attendre.

Ouverte en 2006, l'unité toulousaine est déjà bien au point, avec 10 000 motos et scooters traités par an. Sur un véhicule, une centaine de pièces peuvent être récupérées en vue d'un retour sur le marché de l'occasion. Des pièces proposées entre 30 et 70 % moins cher que du neuf, avec une garantie de deux ans. Une offre qui place l'entreprise numéro un en France et en Europe sur le marché de la pièce d'occasion reconditionnée et en avance sur l'évolution de la réglementation.

Réactions1 réaction à cet article

 

De fait, les motos sont inusables, puisqu'on peut les rafistoler avec des pièces de toutes origines, dont douteuses. Et c'est assez difficile à contrôler.
Plus les règlements sont complexes et contraignants, plus leur non-respect va augmentant, logique.
Et cela suppose des contrôles compliqués et onéreux. C'est la limite du système bureaucratique.

28plouki | 25 juillet 2022 à 12h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Pesage du papier recyclé - Mesure de débit massique DuoSeries LB 472 BERTHOLD FRANCE SAS