Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Économies d'eau : des pistes pour atteindre les objectifs des Assises de l'eau

À l'occasion du CGLE, le Club des économies d'eau a dévoilé les lauréats de ses trophées. L'objectif ? identifier les bonnes pratiques transposables pour économiser 10 % d'eau en cinq ans et 25 % en 15 ans comme annoncé dans les Assises de l'eau.

Eau  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com
Économies d'eau : des pistes pour atteindre les objectifs des Assises de l'eau

« À l'issue de la seconde séquence des Assises de l'eau, l'engagement du Gouvernement - porté par le Club des économies d'eau – est de réduire de 10 % en cinq ans et de 25 % en 15 ans les prélèvements d'eau, a rappelé Hervé Paul, président du Club des économies d'eau et vice-président de la FNCCR. Pour les atteindre, il faudra que l'ensemble des leviers soient actionnés : du robinet qui coule à l'amélioration du rendement des réseaux ».

La première édition des trophées des économies d'eau lancée en mars dernier vise précisément à mettre en lumière des outils pour contribuer aux économies. « Maîtriser la consommation, c'est aussi éviter que la facture d'eau augmente pour faire face à des investissements », a pointé Hervé Paul.

Les lauréats ont été dévoilés à l'occasion du Carrefour des gestions locales de l'eau (CGLE). Parmi les 45 candidatures reçues, onze initiatives ont été récompensées.

Réduire les temps de douche

Ainsi l'approche du syndicat des Eaux de Beaufort (Bretagne) pour sensibiliser les usagers au manque d'eau, a retenu l'attention des jurys du Club. Le territoire pourrait être confronté à un déficit de 4 millions de mètre cube (Mm3) d'ici 2030, du fait de l'augmentation de la population et du réchauffement climatique. Parmi son panel d'outils, ce dernier compte notamment sur l'aide des enfants pour diffuser les messages. « Les douches représentent 40 % des consommations, a pointé Jean-François Richeux, président du syndicat. Nous avons distribué des sabliers dans des écoles pour inciter les membres de la famille à ne pas rester plus de quatre minutes sous la douche. Nous avons également créé un jeu de société de défis « Cap ou pas Cap » pour permettre la prise de conscience et expliquer l'intérêt de certains dispositifs comme une double chasse d'eau dans les toilettes ». Les gros consommateurs du territoire, les établissements touristiques, sont également visés avec des actions comme la distribution d'autocollants sur les bons gestes. Un diagnostic des consommations des bâtiments communaux est aussi remis tous les trois ans aux communes.

Accompagner l'utilisation de matériel hydro-économe

Le syndicat Eau du bassin Rennais doit lui aussi anticiper une augmentation des besoins en eau de l'ordre de 25 % d'ici 2035 avec l'arrivée de nouveaux habitants. Pour y faire face, plusieurs pistes sont envisagées dont l'accompagnement dans l'utilisation de matériel hydro-économe grâce à des ambassadeurs de l'eau. « Depuis quelques années, nos ambassadeurs vont dans les foyers pour expliquer et distribuer des kits d'économies d'eau, a précisé Michel Demolder président d'Eau du bassin Rennais. Nous suivrons les consommations de foyers volontaires ».

De la même manière, les actions sur le territoire de l'EPTB des Nappes profondes de Gironde en s'appuyant sur une communication sur différents supports – site internet, espace info énergie, intervention pédagogique – mais également à travers l'expérimentation du projet Mac'eau ont permis la stabilisation des prélèvements d'eau malgré l'augmentation de la population. Le projet Mac'eau a notamment suivi l'impact sur la consommation de la distribution de kits hydro-économes.

Réduire les fuites et la consommation des bouches de lavage

« La Métropole de Lyon comportait initialement un parc de 11 000 bouches de lavage pour le nettoiement des rues », aindiqué Cyprien Jolivet, ingénieur pour Eau du Grand Lyon (filiale de Veolia). Outre l'estimation délicate des volumes consommés, parfois ces bouches restent ouvertes plusieurs minutes entraînant le déversement d'un volume d'eau conséquent, des actions ont tout d'abord été menées pour mieux connaître le parc, le réduire et renouveler certains équipements. Ces bouches ont ensuite été équipées de capteurs qui détectent les utilisations et comptabilisent les volumes prélevés. « La consommation a été divisée par quatre en quatre ans, a souligné Cyprien Jolivet. Nous prévoyons encore de la diviser par deux grâce à la connaissance acquise ».

De la même manière, une action a été lancée pour mieux évaluer les volumes consommés par des branchements temporaires sur des poteaux incendie, pour un usage de l'eau sur les chantiers. Des valises équipées d'un compteur télérelevé et d'une puce GPS ont été déployées pour permettre une facturation au réel des volumes consommés avec un relevé quotidien ainsi que la mise en place d'un abonnement.

Animer une communauté de destin hydraulique

La ville de Saint-Quentin (Hauts-de-France) a, quant à elle, opté pour une solution d'arrosage intelligent de la pelouse de son stade. Des capteurs du taux d'humidité du sol, des systèmes d'irrigation dotés de programmateurs connectés à des prévisions météo devraient permettre d'éviter des arrosages excessifs. « La solution est désormais en place, avec le retour des beaux jours, nous espérons valider l'objectif de 30 % d'économie d'eau visé », a indiqué Franck le Gall, président directeur général de la société partenaire de l'opération Easy Global market.

Le Syndicat Intercommunal d'Alimentation en eau de Carbon-Blanc (Nouvelle-Aquitaine) a souhaité insuffler la notion de « communauté de destin hydraulique ». La nappe de l'Eocène du territoire, très déficitaire, est également menacée par des intrusions salines. Pour mieux comprendre les consommations sur son territoire, le syndicat a équipé tous ses usagers d'outils de télérelève et a réalisé des profils de consommateur d'eau. L'idée est de se servir des compteurs comme un médiateur entre la ressource et l'usager. Le syndicat accompagne ces derniers dans la réduction à travers une communication à plusieurs niveaux s'appuyant à la fois sur des actions d'engagements, des informations personnalisées sur la consommation d'eau et les réseaux sociaux. L'objectif d'économie d'eau fixé par le Sage Nappes profondes est de 75 m3 /habitant/ an (tout usager confondu) en 2021. En 2019, la consommation était de 133,5 m3/habitant/ an.

Par manque de candidats, aucune initiative de la catégorie des trophées sur la tarification alternative n'a été récompensée. En revanche, le jury a souhaité attribuer des mentions spéciales à trois initiatives : les actions du Collège la Chènevrière des Arbres (équipements hydro-économes, récupération d'eau de pluie ou eau potable non bue à la cantine) qui lui ont permis de diviser par deux ses consommations. De la même manière, le CHU de Poitiers a lancé une opération de chasse aux fuites de ses réseaux enterrés et de réduction des consommations (pose de réservoirs innovants pour réduire le volume utilisé par la chasse d'eau). Enfin, le jury a salué la campagne sur les écogestes du Centre d'information sur l'eau.

Les trophées seront reconduits l'année prochaine.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Wilo-Actun ZETOS : pompe de forage haut rendement pour le transport d'eau WILO