En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Insecticides et abeilles : la France veut des mesures à la hauteur des risques soulignés par l'Efsa

Risques  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

L'Efsa a publié le 16 janvier des avis soulignant les risques élevés que représentent trois molécules insecticides de la famille des néonicotinoides (thiametoxam, clothianidine et imidaclopride) pour les abeilles.

Alors que la Commission européenne a indiqué qu'elle mettait ce sujet à l'ordre du jour de la prochaine réunion du comité permanent de la chaine alimentaire et de la santé animale prévue le 31 janvier prochain, le ministre de l'Agriculture français, Stéphane Le Foll, demande que "des mesures appropriées soient prises rapidement et mises en œuvre dans les meilleurs délais". Le ministre rappelle que la France a décidé, en juin dernier, "du retrait de l'autorisation de mise sur le marché (AMM) du Cruiser OSR, néonicotinoide utilisé en traitement de semence pour le colza, et avait parallèlement engagé la procédure de demande d'interdiction d'utilisation au niveau européen".

De leurs côtés, de nombreuses voix s'élèvent en France pour demander le retrait du marché des insecticides contenant ces trois molécules. L'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) estime qu'il en va de la "survie des abeilles et des pollinisateurs sauvages".

Générations futures se félicite de la publication de l'Efsa mais se dit cependant "scandalisée par ce que le rapport révèle au niveau des manques de données très importants des dossiers fournis à l'origine par les industriels au moment de l'homologation de ces produits", symptomatique de "la complaisance de la Commission européenne vis-à-vis des producteurs de pesticides".

Réactions1 réaction à cet article

 

"la complaisance de la Commission européenne vis-à-vis des producteurs de pesticides"
Cela devient de l'archi connu. Tous ces messieurs subissent (avec des enveloppes) le lobbying des industriels et appliquent les contraintes minimum. C'est vraiment un scandale défiant toute démocratie.

arthur duchemin | 17 janvier 2013 à 19h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…