Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Des chercheurs suédois développent une nouvelle solution de stockage de l'énergie solaire

Energie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com
Des chercheurs suédois développent une nouvelle solution de stockage de l'énergie solaire

L'énergie solaire est souvent fustigée pour son caractère intermittent. Un nouveau développement scientifique pose la première pierre d'un possible changement de paradigme à cet égard. Dans une étude publiée dans la revue Cell Reports – Physical Science, des chercheurs suédois de l'École polytechnique Chalmers affirment être parvenus à stocker de l'énergie solaire, puis à la délivrer sous forme d'électricité sur commande, grâce à une solution moléculaire.

   
Schéma du couplage du système Most (pour Molecular Solar Thermal Energy Storage) et du microgénérateur thermoélectrique (MEMS-TEG), convertissant la chaleur libérée par les molécules en électricité. © Chalmers University of Technology
 
   
Les chimistes scandinaves ont conçu un système permettant à une molécule dite « photocommutatrice » de délivrer de la chaleur après avoir été irradiée par les rayons solaires. Cette molécule organique (composée d'azote, de carbone et d'hydrogène) change de configuration isométrique pour adopter une structure riche en énergie. Un catalyseur spécifique lui assure de retrouver sa configuration initiale et, par la même occasion, de libérer l'énergie ainsi « stockée » sous forme de chaleur. Pour convertir cette énergie calorifique en électricité, les scientifiques suédois ont envoyé des flacons remplis de cette molécule, sous forme d'une simple solution liquide, à des homologues chinois, à Shanghai. Ces derniers ont imaginé un microgénérateur thermoélectrique, d'un micron d'épaisseur, capable d'une telle opération. Selon les calculs des chercheurs, un tel système délivre 1,3 watt par mètre cube de la fameuse solution à la demande. « En somme, le soleil capté en Suède a été envoyé de l'autre côté de la planète pour être converti en électricité en Chine », résume l'École polytechnique Chalmers dans un communiqué.

Pour l'instant, la capacité d'un tel système n'excède pas 0,1 nW. Cependant, la promesse d'un stockage de nouvelle génération demeure : la molécule modifiée par la « capture » de l'énergie solaire peut rester sous sa nouvelle (et donc en mode stockage) pendant dix-huit ans. « Cela signifie que nous pourrions produire de l'électricité à partir d'énergie solaire, quelle que soit la météo, l'heure de la journée, la saison ou la situation géographique », souligne Kasper Moth-Poulsen, auteur principal de l'étude et professeur de chimie à Chalmers. Plus concrètement, un tel système pourrait être envisagé pour des smartphones, des montres connectées ou des casques, mais il reste beaucoup de progrès à faire pour aller au-delà de la recharge de gadgets électroniques, concèdent les chercheurs.

Réactions1 réaction à cet article

 

"Fustigée" ? Les mots ne se valent pas : fustiger veut dire blâmer. L'énergie solaire est et restera intermittente. Bienheureux si de nouvelles modalités de stockage permettent de pallier cette particularité. Qui n'a rien de "blâmable" en soi. Elle est. Simplement.

MSBIB | 14 avril 2022 à 09h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Borne de recharge : faire le bon choix après les nouvelles obligations RossiniEnergy