En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Matériaux de construction : l'Ademe modélise les besoins d'ici à 2050

Dans deux études publiées mi-décembre, l'Ademe a modélisé les besoins en matériaux de construction pour le neuf et pour la rénovation BBC des logements. Des données inédites et utiles pour anticiper les potentielles pénuries et les gisements de déchets.

Bâtiment  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Matériaux de construction : l'Ademe modélise les besoins d'ici à 2050

Quels seront les besoins en matériaux de construction d'ici à 2050 pour bâtir de nouveaux logements ou de nouveaux bureaux et rénover le parc résidentiel au niveau BBC ? C'est à cette question que l'Ademe a tenté de répondre, pour la première fois, à travers deux études publiées mi-décembre. Un exercice intéressant aussi bien pour les pourvoyeurs de matériaux neufs que pour les acteurs du recyclage, qui vont devoir gérer les déchets produits mais qui peuvent aussi fournir les professionnels du bâtiment en matières recyclées. « Un exercice de prospective à long terme s'appuyant sur une bonne caractérisation de la situation existante permettra de caractériser les flux de matière, d'anticiper et de s'adapter progressivement aux éventuelles pénuries de ressources, et d'apporter aux filières de valorisation des déchets du bâtiment des éléments permettant d'identifier les gisements à venir », justifie l'Ademe.

Vers une baisse des besoins en matériaux de 40 % dans le neuf

Ciment, sable, granulat, bois, acier, plâtre, terre cuite… Les consommations de matière ont été modélisées pour une vingtaine de matériaux couramment observés dans la construction en France métropolitaine. Les résultats de cette modélisation font état, en 2015 (année de référence), d'une consommation de matière pour le secteur du bâtiment neuf d'environ 51 millions de tonnes, dont environ 43 millions de tonnes pour le secteur du logement et 8 millions de tonnes pour le secteur tertiaire CHEB (commerce, hôtellerie, enseignement, bureaux).

La consommation annuelle de matière dans le secteur du logement devrait globalement baisser d'ici à 2050 du fait d'un ralentissement prévu de la construction de logements neufs. Suivant le matériau considéré, cette baisse est comprise entre -5 % et -7 % en 2035, et entre -36 % et -39 % en 2050. Pour le secteur tertiaire CHEB, le scénario tendanciel aboutit à des baisses de consommation variables suivant la nature du matériau : majoritairement entre -35 % et -40 % en 2035 et entre -30 % et -35 % en 2050 (par rapport à 2015).

Un total d'1,3 milliard de tonnes de matériaux seront donc consommées jusqu'en 2050 pour le seul secteur résidentiel neuf, dont 85 % uniquement pour les granulats, sable et ciment (la recette du béton).

La rénovation consomme 17 fois moins

 
La consommation annuelle de matière dans le secteur du logement devrait globalement baisser d'ici à 2050 du fait d'un ralentissement prévu de la construction de logements neufs.  
 
L'Ademe a réalisé un exercice similaire pour le secteur de la rénovation avec trois scénarios potentiels selon l'ambition de rénovation. Seuls les matériaux utilisés pour rénover l'enveloppe du bâtiment ont été́ comptabilisés. Ainsi, pour rénover l'intégralité du parc de logements au niveau BBC d'ici 2050, il faudra 17 millions de tonnes d'isolants, 47,4 Mt d'autres matériaux pour les maisons individuelles et 9,7 Mt pour les logements collectifs. Les principaux matériaux consommés seront les enduits, avec le développement de l'isolation des façades, suivis de la terre cuite pour le remplacement des tuiles, du verre pour les fenêtres, et du plâtre (matériaux les plus pondéreux). Ainsi, au total, environ 74 Mt de matériaux seraient consommées jusqu'en 2050, dont plus de 80 % pour rénover les maisons individuelles.

S'il paraît logique que la construction neuve consomme plus de matériaux que la rénovation, les deux études mettent en évidence un rapport de 1 à 17 entre les deux filières. L'Ademe en conclut qu'au regard des problèmes de pression sur les ressources notamment, « ces deux études apportent un élément supplémentaire plaidant en faveur de la rénovation et pour la limitation, autant que possible, de la construction neuve au strict nécessaire. »

Si la construction neuve veut réduire son empreinte matière, elle devra, dans la mesure du possible, consommer des matières recyclées. Et la politique de rénovation va en générer : laine de verre, polystyrène expansé, ouate de cellulose, bois, ciment… Au total, selon les calculs de l'Ademe, la rénovation du parc produira 1,2 million de tonnes de déchets d'isolant, 9,8 Mt de déchets de couverture, 188 millions de fenêtres et 154 millions de volets ou portes. Sans oublier les 4 Mt de déchets de plâtre, les 0,6 Mt d'enduits, etc. De quoi alimenter les constructeurs en matière recyclée si les boucles d'économie circulaire s'intensifient.

Réactions1 réaction à cet article

 

Quel est l'avenir du matériau bois ? Art. 21/6 actu sur les déchets du bâtiment et le recyclage. Les professionnels sont frileux sur ces traitements. On lit : " Le béton (17 Mt) et les métaux (3 Mt) sont valorisés à 90 %. A l'opposé, certains déchets sont mal valorisés ." Le bois n'apparaît pas ! Il encombre les déchetteries ! Des écoquartiers se sont développés : bardage par des planches de vilaine teinte après 2 ou 3 ans seulement. La double peine est que les normes d'isolation sont parfois inf. au minima exigé, et la triple peine est parfois le réseau chaleur avec chaudière bois, dont le coût chaleur réseau non compétitif, mais c’est l'ADEME des shadoks! Le bois se recycle mal : Trier, puis faire du bois aggloméré avec des colles ? procédé coûteux, et donnant des déchets encore plus durs à traiter, déchiqueter et envoyer en douce dans les chaudières industrielles en ville ? En faire du bio gaz ? On voit la limite de ce recyclable ! Dans cet art. on lit consommation du bois en 2015 : 2%. Dans le scénario BB + favorable au développement du bois dans la construction neuve, p. 58-59 /115 en 2035 et 2050 ce serait 4 % pour les maisons individuelles, 2 % pour logement collectif et ehpad. C'est en raison de la baisse des volumes de construction, il y a faible croissance des quantités consommées par le secteur résidentiel neuf sur 2015-2035, pour atteindre en 2050 un niveau inférieur aux quantités consommées sur 2015. STOP : Le bois vivant à préserver ! il capte le CO2.

J Cl M 44 | 31 décembre 2019 à 10h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager