En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'extraction mondiale de matières premières a triplé depuis 1970

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

La quantité de matières premières extraites de la planète est passée de 22 milliards de tonnes en 1970 à 70 milliards de tonnes en 2010, alerte le Programme des nations unies pour l'environnement (Pnue) dans un rapport publié le 20 juillet.

Le rapport classe les pays en fonction de l'importance de l'empreinte écologique de l'utilisation des matières par habitant. Ces 40 dernières années, les pays riches en consomment en moyenne "10 fois plus que les pays les plus pauvres et deux fois plus que la moyenne mondiale".

L'Europe et l'Amérique du Nord, dont l'empreinte écologique des matières premières par habitant se situait entre 20 et 25 tonnes par habitant en 2010, occupent les premières places. En comparaison, l'empreinte écologique de l'utilisation des matières premières de la Chine était de 14 tonnes par habitant et 13 pour le Brésil. L'empreinte écologique annuelle par habitant en Asie-Pacifique, en Amérique latine, dans les Caraïbes et l'Asie de l'Ouest se situait entre 9 et 10 tonnes. L'empreinte de l'Afrique était quant à elle inférieure à 3 tonnes par habitant.

Depuis les années 2000, l'utilisation mondiale des matières premières par les économies émergentes, comme la Chine, s'est accélérée, souligne le Pnue. Ces dernières connaissent "des transformations industrielles et urbaines nécessitant des quantités de fer, d'acier, de ciment, d'énergie et de matériaux de construction sans précédent".

Or, l'économie mondiale a désormais besoin de plus de matières premières par unité de PIB "qu'il n'en fallait au tournant du siècle". 180 milliards de tonnes de matières premières seront nécessaires chaque année, à l'horizon 2050, afin de pouvoir satisfaire la demande mondiale, prévient le Pnue. Soit trois fois la quantité des ressources actuelles. Ce qui pourrait entraîner "l'acidification et l'eutrophisation des sols et des nappes d'eau du monde, augmenter l'érosion des sols et générer davantage de déchets et de pollution".

Cette situation a entraîné "une pression environnementale accrue" sur chaque unité d'activité économique. "L'augmentation spectaculaire de l'utilisation des carburants fossiles, des métaux et de tous autres matériaux contribueront à l'intensification du changement climatique, à l'augmentation de la pollution, à la réduction de la biodiversité et finalement mènera à l'épuisement des ressources naturelles (…) et entraînera une augmentation des risques de conflits locaux", met en garde le rapport.

Le Pnue recommande de fixer un prix aux matières premières lors de leur extraction et de leur utilisation "afin de refléter les coûts sociaux et environnementaux associés et de viser à réduire leur consommation". Il estime que "la seule amélioration de l'efficacité des matières premières n'est pas suffisante" pour inverser la tendance.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager