En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ferme des 1000 vaches : une amende de 7.800 euros et une astreinte journalière

Agroécologie  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

Une amende de 7.800 euros, immédiatement exécutoire, et une astreinte journalière de 780 euros jusqu'au respect des termes de l'autorisation d'exploiter : ce sont les sanctions administratives infligées à l'exploitant de la ferme dite des 1.000 vaches (Drucat dans la Somme).

L'installation avait déjà défrayé la chronique en raison de son dimensionnement mais également du fait de la construction de bâtiments illégaux. En juin dernier, c'est un surplus d'animaux, 763 vaches au lieu de 500, qui a replacé l'exploitation sur le devant de la scène. Le 1er juillet dernier, Nicole Klein, préfète de la région Picardie avait signé l'arrêté qui met en demeure l'exploitant de la ferme des 1.000 vaches de se mettre en conformité avec la réglementation sous un délai de 15 jours. La visite du 20 juillet des inspecteurs des installations classées agricoles et de la santé et de la protection animale a confirmé que le dépassement du nombre de vaches laitières autorisées, n'était toujours pas résorbé.

Parallèlement aux sanctions administratives, la préfète a également confié à un vétérinaire indépendant une mission d'audit sur la question du respect du bien-être animal au sein de l'exploitation.

Réactions1 réaction à cet article

 

780 000 euros pour 250 vaches de trop par rapport à l'autorisation....
Combien donc devraient s'acquitter les éleveurs bretons qui ont imposé d'énormes élevages bovins comme porcins sans aucune autorisation. Ces bretons ont tué l'ensemble des élevages des autres régions sans vergogne.
Ici, il s'agit de 8 éleveurs picards qui se sont mis ensemble pour mettre en commun leurs 8 troupeaux et cela déplaît à beaucoup. Je ne serais pas surpris que les bretons appuient ce combat contre une ferme moderne mettant en oeuvre des techniques de soins du bétail et de valorisation des sous-produits que les bretons ne sont pas capables d'appliquer.

VD69 | 01 septembre 2015 à 14h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…