En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Comment le Gouvernement compte modifier l'accès à l'électricité nucléaire historique

Le Gouvernement lance les réflexions sur un nouveau mécanisme d'accès à l'électricité nucléaire historique pour accentuer l'ouverture du marché de l'électricité. Il propose un dispositif inédit en Europe et spécifique à la situation française.

Energie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Comment le Gouvernement compte modifier l'accès à l'électricité nucléaire historique

Depuis 2010, la France ouvre doucement son marché de l'électricité pour répondre aux attentes de l'Europe sur cette question. Afin d'encourager l'arrivée de fournisseurs alternatifs à EDF et mettre en place une concurrence, la France a créé un dispositif d'accès régulé à l'électricité nucléaire historique : l'Arenh. Mais ce dispositif est transitoire et doit prendre fin au 31 décembre 2025. Le Gouvernement entame donc les réflexions sur un dispositif plus pérenne chargé de prendre le relais jusqu'à la fin de vie du parc nucléaire comprenant les centrales existantes ainsi que l'EPR de Flamanville. Il propose un service d'intérêt économique général (SIEG) et ouvre ainsi une consultation des parties prenantes en entamant en parallèle les négociations avec la commission européenne. « Puisqu'ils ont financé dans la durée le parc dans son ensemble, il paraît légitime que les consommateurs français puissent continuer à bénéficier de l'avantage compétitif qu'il peut continuer à procurer. Cela suppose de mettre en place un nouveau cadre régulatoire qui permette également de sécuriser financièrement l'exploitation du parc nucléaire avec le haut niveau de performance et de sûreté attendu », explique le Gouvernement.

EDF devra vendre l'intégralité de sa production historique sur le marché

Depuis 2010 et jusqu'à maintenant, EDF était dans l'obligation de vendre 100 TWh de sa production nucléaire et hydraulique, au prix fixe de 42 € le MWh aux fournisseurs alternatifs qui en faisaient la demande chaque année via un guichet. Avec le nouveau mécanisme proposé, EDF devra vendre l'intégralité de sa production (hors volumes déjà contractualisés) sur le marché européen. Les fournisseurs, qui pouvaient choisir de s'approvisionner auprès d'EDF ou auprès du marché lorsque les prix leur étaient plus favorables, n'auront plus ce choix. Ils devront s'approvisionner sur le marché.

Mais afin de protéger les consommateurs français de la fluctuation des prix de marché, souvent à la hausse car indexés sur les énergies fossiles et le prix carbone, et pour assurer à EDF un revenu suffisant pour couvrir ses coûts de production et l'entretien de son parc nucléaire vieillissant, le Gouvernement propose la mise en place de deux garde-fous. Premièrement, un prix plafond : si EDF vend sur le marché à un prix plus élevé que ce plafond, il devra rétribuer la différence aux fournisseurs pour que ces derniers puissent continuer à proposer des prix moins élevés aux consommateurs français. Deuxièmement, un prix plancher de vente pour EDF, qui sera une sorte de complément de rémunération. S'il vend sous le prix plancher, les fournisseurs devront lui compléter ce revenu pour lui garantir le prix minimum fixé.

Un corridor de prix évolutif

Le Gouvernement propose donc d'encadrer la vente sur le marché par deux limites formant ainsi un corridor. Les tarifs plancher et plafond ne sont pas encore fixés. Ils devront être établis au cours de la consultation. Une mission d'expert doit évaluer les coûts de production du nucléaire et leur évolution. Le Gouvernement propose toutefois que la différence entre les deux limites sera de 6 €/MWh maximum. À l'intérieur de ce corridor, les prix de marché s'appliquent. À l'extérieur, les garde-fous déterminent les flux financiers à rembourser entre fournisseurs et producteur a posteriori des ventes. Le Gouvernement estime que le prix idéal de vente pour EDF se situerait au centre de ce corridor.

Une entrée en vigueur « au plus tôt »

La consultation débute ce vendredi 17 janvier. Le Gouvernement espère finaliser le dispositif au cours du premier semestre en négociant en parallèle avec la Commission européenne qui semble curieuse de voir ce que la France a imaginé. Cette négociation sera sans doute intimement liée à celle de l'ouverture à la concurrence des concessions hydrauliques.

Mais pour entrer en vigueur, ce dispositif nécessitera des ajustements législatifs et réglementaires, de même qu'une séparation nette et étanche entre les services de fourniture d'EDF et sa partie production. En tant que fournisseur, EDF sera sur un pied d'égalité avec les fournisseurs alternatifs. Le Gouvernement a d'ailleurs demandé au P-DG du groupe de réfléchir à cette organisation et de faire des propositions d'ici la fin de l'année. Le Gouvernement aimerait une mise en place « le plus tôt possible » ou au 1er janvier 2026 maximum.

Réactions4 réactions à cet article

 

Le nucléaire est une vaste arnaque de A à Z , tout simplement parce qu’il faut plusieurs générations pour payer la consommation électrique d’une seule.
L’expansion économique des années 60 réclamait beaucoup d’énergie, et le nucléaire pouvait techniquement répondre à cette demande mais financièrement, déjà à l’époque, c’était un gouffre (aujourd’hui c’est encore pire) ! Si on vendait le KWh au vrai prix personne n’aurait acheté, donc l’état, pour privilégier la fameuse croissance, s’est endetté pour tricher sur le prix en inventant les tarifs « régulés » bien en dessous du prix du marché (l’écart de prix étant payé par les impôts et la dette …). Et à ce prix tout le monde a acheté …
Pour résumé : nos parents avaient le choix entre une Twingo qu’il pouvait se payer ou une magnifique Porsche payable à crédit sur plusieurs générations … on leur a fait choisir la Porsche au nom de la croissance économique … consommer et produire toujours plus … on est maintenant au pied du mur !
Et je ne parle même pas des risques d’accidents …

L’argument des gaz à effet de serre ne tient pas la route une seconde … le principal gaz à effet de serre c’est la vapeur d’eau et toutes les zones de la planète ou il y a de l’eau ou des forets (donc forte évaporation) sont les plus tempérées … les scientifiques du GIEC oublient simplement de parler de l’effet parasol de l’atmosphère … et si on en parle ça ruine l’industrie nucléaire alors ...

laurent | 17 janvier 2020 à 10h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"prendre le relais jusqu'à la fin de vie du parc nucléaire" ; "assurer à EDF un revenu suffisant pour couvrir ses coûts de production et l'entretien de son parc nucléaire". On en déduit qu' il est considéré qu'il n'y aura plus de construction de réacteur pour remplacer le parc actuel. Totalement aberrant, et on le sait pertinemment : par quoi le remplacer ? Le gaz, comme en Allemagne... Voilà l'alternative : bloqués par leurs dogmes rétrogrades, les zécolos préfèrent le changement climatique et les catastrophes qui vont avec. C'est juste odieux.

dmg | 17 janvier 2020 à 13h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bsr,
il y a une mafia dans la fourniture d'électricité:
-escrocs de france doit vendre plus cher pour que ses concurents fassent moins cher!
Sans compter que la dernière augmentation permet d'enrichir les fournisseurs d'éoliennes et panneaux solaires!
De toute façon une seule règle pour moi: consommer le moins possible car 1 euro d'électricité consommé = 1 euro de taxes & autre contribution!
Je suis revenu aux méthodes pragmatiques du XIX siècle pour ne plus enrichir ces mafieux!

chris | 20 janvier 2020 à 18h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La lecture de ce papier est effrayante. Le gouvernement propose donc d'interdire à EdF de constituer les réserves nécessaires au renouvellement du parc nucléaire. Et également de privatiser les barrages. Ce qui signifie en clair que le pays ne disposera plus d'aucune source d'électricité pilotable à l'échelle de 20 ans, à moins d'installer des centrales à gaz de puissance équivalente. Ces gens-là ont donc décidé de l'effondrement du pays. Pour qui travaillent-ils donc ???

dmg | 20 janvier 2020 à 22h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager