En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Frelon asiatique : l'Unaf demande un renforcement du dispositif de lutte

Agroécologie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com

L'Union nationale des apiculteurs français (Unaf) réitère sa demande de classer le frelon asiatique Vespas velutina en danger sanitaire de 1ere catégorie. Depuis décembre 2012, cette espèce envahissante et préjudiciable pour les cheptels d'abeille, est inscrite en 2e catégorie, ce qui permet des actions de surveillance et de prévention. Le classement en catégorie 1 permettrait la mise en œuvre de programmes de lutte obligatoire au niveau national et départemental.

L'Unaf demande par ailleurs une autorisation pérenne de destruction des nids par le dioxyde de soufre et la reconnaissance officielle du piégeage comme mesure de lutte.

L'association professionnelle salue par la même occasion les initiatives mises en place au niveau local par certains élus : Joel Labbé, sénateur EELV du Morbihan et Gilles Lanio, président du Syndicat des apiculteurs du département, ont ainsi lancé leur propre comité de pilotage et de lutte contre le frelon.

Réactions2 réactions à cet article

 

Pourquoi l'Etat n'engage-t-il pas davantage de moyens pour lutter contre cette MENACE? Pourquoi n'avoir pas classé tout de suite cet insecte comme danger sanitaire de 1° Catégorie, avoir attendu des années?

ami9327 | 10 novembre 2014 à 14h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Moi ce que j'aimerais dire c'est que prudence et réflexion... avant de s'emballer comme cela s'est fait et se fait (je suis moi même apiculteur) et tout piéger indistinctement (faune entomologique, frelon européen également, qui est utile qui n'en déplaise et qui n'est pas une espèce agressive), prenez un peu de recule et surtout arrêter d'utiliser n'importe quel piège et n'importe comment. Car certains d'entre eux sont plus néfastes qu'autre chose non seulement sur la faune entomologique (destruction non sélective ) mais également sur l'espèce en question en fonction de la saison, et par pitié pas de pesticide (soyons un peu logique). Protéger l'abeille c'est bien, son exploitation c'est sure, mais faut arrêter le délire de pratiques et des conséquences qui en résulte.

Hema | 11 novembre 2014 à 07h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager