En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fukushima : le gouvernement consacre 360 millions d'euros pour stopper les fuites d'eau radioactive

Energie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Le gouvernement japonais va consacrer 47 milliards de yens (360 millions d'euros) pour mettre un terme aux fuites d'eau radioactive dans la centrale nucléaire de Fukushima, a annoncé ce mardi le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, rapporte l'AFP.

"Le monde entier se demande si le Japon parviendra ou non à démanteler la centrale Fukushima Daiichi. Le gouvernement va faire bloc pour affronter cette situation", a déclaré le chef du gouvernement, Shinzo Abe. Les ministres japonais présents à la conférence de presse ont pour leur part assuré que le gouvernement allait "prendre des dispositions radicales" et ne comptait pas "laisser tout aux mains de la compagnie Tepco".

Stopper l'écoulement vers le Pacifique

Le plan gouvernemental, dont le montant est "évalué à 47 milliards de yens (360 millions d'euros)", selon Yoshihide Suga, contient "des mesures fortes pour résoudre de façon radicale les ennuis à Fukushima".

A priori, les deux tiers des fonds public nouvellement alloués devraient servir à créer une barrière, en injectant une substance permettant de geler le sol pour figer les matériaux radioactifs afin de stopper leur écoulement en mer. Depuis plusieurs semaines, Tepco annonce régulièrement de nouvelles fuites d'eau hautement radioactives, en provenance de diverses parties de la centrale ravagée par le séisme et tsunami de mars 2011. Ce sont quelques 300 m3 d'eau radioactive qui ruisselleraient quotidiennement jusqu'à l'océan Pacifique.

Le tiers restant serait alloué à la mise en place de moyens supplémentaires de décontamination de l'eau stockée dans des réservoirs dont la fiabilité est mise en doute.

Cependant les détails du plan restent à définir. En effet, le gouvernement a annoncé que des experts ministériels et extérieurs vont travailler ensemble sur les dispositions à prendre pour mettre un terme à la série d'avaries et d'incidents qui risquent de retarder les opérations d'assainissement des lieux, tâche devant s'étaler sur quarante ans, sauf contretemps.

Réactions4 réactions à cet article

 

Paradoxalement comme il n'est pas question de déplacer (=démanteler) l'installation le problème est simplifié: il faut prendre les dispositions nécessaires pour construire une enceinte de confinement avec une partie souterraine. Il y aurait alors une super enveloppe autour de la centrale. C'est une technique aparentée a celle des tunnels sous marins.
Il reste a tenir compte du risque sismique pour la partie souterraine, l'autre pouvant être plus facilement réparée.
Quant au dégagement de chaleur qui nécessite encore un refroidissement il convient de calculer quelles conséquences auraient un arrêt afin de déterminer la taille de l'enceinte succeptible de dissiper cette chaleur. Il faut savoir que si le coeur d'un réacteur fond la température sera si élevée que le la terre et le béton (même réfractaire) fondra aussi. Donc on peut estimer que le coeur du réacteur se soit enfoncé trés profondémént, éloignant ainsi la source radioactive de la surface.

ami9327 | 03 septembre 2013 à 15h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vive le nucléaire

lio | 04 septembre 2013 à 10h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Avec ces fuites en série dont personne ne connais la cause et surtout n'a aujourd'hui de solution définitive fiable. Il semble qu'un gouffre financier s'installe durablement au Japon et que les pro-nucléaires devraient commencer à expliquer que cette énergie est peu onéreuse, hors incident grave toujours possible.

Abeille | 04 septembre 2013 à 11h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quand le coeur d'un réacteur atomique fond c'est d'abord parce que la puissance intitiale le permet: c'est à dire qu'on SAIT à partir de quelle PUISSANCE ce risque existe (=on sait donc l'éviter).
Une fois fondu cette énorme masse s'enfonce en faisant fondre tous les matériaux autour et simultanément en se diluant. Toutefois s'il y a des métaux ( et non pas des dérivés métalliques!) ils ne pourront, au mieux, ne se diluer que dans d'autres métaux. Finalement arrivé a une certaine profondeur (laquelle précisément??) cette masse incandescente ne sera plus assez chaude pour FONDRE les roches et cessera de s'enfoncer. Il y aura alors un point chaud a plus de 1000°C environ.

ami9327 | 06 septembre 2013 à 19h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager