Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Gaz de schiste : les Amis de la Terre montrent pourquoi Engie continue d'en importer

Depuis septembre 2021, des méthaniers commandés par Engie livrent une cargaison dont l'exploitation est interdite en France : le gaz de schiste. À travers une enquête, Les Amis de la Terre décortiquent les origines de cette importation discrète.

Energie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com
Gaz de schiste : les Amis de la Terre montrent pourquoi Engie continue d'en importer

Si la France interdit l'exploitation du gaz de schiste, par fracturation hydraulique, depuis 2011, rien n'empêche d'en importer. Et plusieurs énergéticiens comme Engie n'hésitent pas à y recourir. Telle est « l'hypocrisie » que dénoncent les Amis de la Terre depuis plusieurs mois. L'automne dernier, l'association a révélé des documents confidentiels de l'ancien GDF-Suez mettant au jour la signature d'un contrat d'approvisionnement avec le producteur de gaz américain Cheniere Energy, jusqu'en 2032. Celui-ci concerne l'importation, par navires méthaniers, de gaz de schiste en provenance de la ville de Corpus Christi, au Texas, et en direction, notamment, du terminal méthanier d'Elengy (filiale de GRTgaz, elle-même filiale d'Engie) situé à Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique).

 
D'ici à 2050, le pétrole de schiste pourrait représenter 10 % du budget carbone mondial  
Lorette Philippot, chargée de campagne finance privée des Amis de la Terre
 
Le gaz américain qu'achète Engie, « comme tous les principaux acteurs européens et notamment français » peut contenir « une part non précisée de gaz non conventionnel », se contente de confirmer un porte-parole du groupe à Actu-Environnement. « Il y a clairement une incohérence entre, d'un côté, reconnaître dans la loi les impacts sanitaires et environnementaux de l'exploitation du gaz de schiste et, de l'autre, le fait de continuer de l'importer par le biais de contrats qui durent parfois plusieurs décennies, remarque Lorette Philippot, chargée de campagne finance privée des Amis de la Terre. D'autant plus que les bassins d'extraction de gaz de schiste sont des bombes climatiques : d'ici à 2050, s'il continue à se développer, le pétrole de schiste pourrait représenter 10 % du budget carbone mondial. »

Un contrat passé sous les radars

Les Amis de la Terre se sont intéressés à l'existence de tels contrats, au travers des investissements des banques françaises à l'étranger. Selon l'association, certaines d'entre elles sont très impliquées dans le financement du gaz de schiste depuis le « boom » de son extraction sur la côte Est des États-Unis, au début des années 2010. L'existence de contrats d'importation, souvent liés à ces investissements, sont « clés pour développer des extensions ou de nouveaux terminaux d'exportation aux États-Unis et ils sont un soutien direct au lancement de nouvelles exploitations », souligne Lorette Philippot.

Les premiers contrats identifiés par les Amis de la Terre datent de 2015. Ils concernaient la livraison de dizaines de cargos de gaz liquéfié (GNL), depuis le premier terminal de Cheniere Energy, à Sabine Pass, en Louisiane, à destination d'EDF et d'Engie. Puis, en novembre 2020, Engie tente de négocier avec l'entreprise NextDecade pour l'importation de l'équivalent de 7 milliards de dollars de gaz jusqu'en 2045. Ce contrat particulièrement engageant devait s'appuyer sur un terminal de GNL, encore inexistant aujourd'hui, « dont la construction à Rio Grande était soutenue par la Société générale », affirme l'ONG. L'État, qui fait partie du conseil d'administration d'Engie en sa qualité d'actionnaire majoritaire, a finalement annulé le contrat face aux risques environnementaux d'un tel projet.

Le nouveau contrat avec Cheniere Energy, révélé l'an dernier sous le nom de code Mustang, a failli passer complètement sous les radars. « Le gouvernement, lui-même, a reconnu ne pas être au courant, explique Lorette Philippot. Contrairement au contrat de plus grand ampleur annulé en 2020, celui-ci a été discuté et décidé simplement en comité exécutif, sans l'avis du gouvernement. » À cet égard, Engie invoque avoir simplement respecté ses règles de gouvernance : « Le règlement intérieur précise que l'autorisation préalable du conseil d'administration est requise seulement pour "les contrats d'achat à long terme d'énergie du groupe portant par opération sur des quantités supérieures à : pour le gaz, 30 milliards de kilowattheures par an (kWh/an)", ce qui n'est pas le cas de cette opération. »

Or, le contrat Mustang comporterait 17,9 milliards de kilowattheures par an de gaz au total, pour environ 1,9 milliard de dollars, d'après les informations des Amis de la Terre. Pour l'ONG, cette approche traduit un calcul tactique. « C'est un non-sens que, pour des contrats de volumes différents, mais aux enjeux environnementaux tout à fait similaires, l'entreprise puisse se permettre de ne pas en aviser son principal actionnaire, énonce la chargée de campagne de l'association. Engie risque maintenant d'entreprendre des négociations sur des contrats plus petits. »

L'importation de gaz de schiste, toujours soutenue par l'Europe ?

 
Les chiffres de l'importation du gaz en Europe En 2020, seulement 5 % du volume de gaz naturel importé par l'Europe provenait des États-Unis, soit environ 11,5 millions de tonnes en équivalent pétrole (Mtep). Sur le plan national, 99 % du gaz naturel consommé en France provient de l'importation : 36 % depuis la Norvège et 17 % depuis la Russie, en 2020. Cependant, en janvier 2022, face à la crise du gaz russe, l'Europe a importé 7,3 Mtep depuis les États-Unis en un mois. De l'autre côté de l'Atlantique, le Vieux Continent est ainsi devenu le premier client pour l'exportation de gaz naturel américain.
 
Mais sur quel besoin repose cette volonté d'importation ? Selon l'énergéticien français, tout est une question de diversification de sources d'approvisionnement, dont l'intention est de « garantir la sécurité d'approvisionnement de (ses) clients ». De l'avis des Amis de la Terre, le recours à de telles importations relève plutôt d'un souci de rentabilité. Engie aurait construit son terminal d'importation de Montoir-de-Bretagne dans l'optique de miser sur le GNL à l'ouverture du marché du gaz de schiste. Malheureusement, celui-ci fonctionnerait « en sous capacité ». « L'entreprise souhaite rentabiliser son investissement, en recevant un maximum de gaz à des prix abordables, comme le gaz de schiste », avance Lorette Philippot.

Par ailleurs, malgré l'interdiction d'exploitation française, la politique énergétique du continent européen risque de ne pas freiner la signature de tels contrats. Le 2 février, la Commission européenne a présenté son acte délégué confirmant la place du gaz naturel et de l'énergie nucléaire dans sa « taxonomie verte », son dispositif de classification des activités climatocompatibles du point de vue du financement européen. Pour l'ONG, cette prise de position « donne le feu vert » aux contrats d'importation qu'elle dénonce et organise le « greenwashing du gaz fossile ». L'Europe « se tire une balle dans le pied par avance, car il sera désormais beaucoup plus compliqué de faire émerger toute réglementation ambitieuse pour sanctionner de tels investissements, sans hypocrisie, à l'avenir ». D'autant plus que l'Agence internationale de l'énergie (AIE) préconisait, l'an dernier, l'arrêt immédiat de nouveaux investissements dans des projets d'exploitation de gisements pétrogaziers.

Réactions3 réactions à cet article

 

Je préfère du gaz de schistes américains que du gaz Russe en échange de l'annexion de l'Ukraine par cette dictature. Mais les écologistes français ont une opinion contraire.

le papet | 15 février 2022 à 10h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo, le papet, pour cet archétype d'attaque ad hominem ! La fulgurance de vos interventions, essentielles à l'élévation du débat, nous manquaient, vraiment !

Pégase | 16 février 2022 à 09h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vous avez raison Pegasse, il faut un homme de droite afin d'apporter de la diversité dans les opinions écologistes des hommes d'extrême gauche. Vous n'avez pas le monopole de l'écologie, cette science n'est pas réservée à une minorité, tout le peuple a le droit à la parole sauf si celle ci doit être contrôler. Attention à vos réflexions intolérantes pour tous ceux qui ne sont pas de votre avis.Pol Pot a ainsi éliminé tous ceux qui ne suivaient pas ses idées. Vous condamner les gaz de schistes sans avoir jamais vérifié la réalisation de forages. la France n'est pas les EU, la procédure des forages est très contrôlée, j'en ai suivi de centaines.

le papet | 17 février 2022 à 10h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

L'hydrogène vert, un levier incontournable de la transition énergétique Bouygues Energies & Services