En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Glyphosate et cancer : un toxicologue américain relance le débat

La Commission européenne a proposé un renouvellement de l'autorisation du glyphosate pour 10 ans, après le feu vert des agences d'expertise européennes. Ces dernières auraient sous-estimé des études démontrant des cas de cancers sur des rongeurs.

Agroécologie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Dans une lettre adressée le 28 mai au président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le toxicologue américain Christopher Portier dénonce l'évaluation scientifique d'études, menée par l'Agence de sécurité alimentaire européenne (Efsa) et l'Agence européenne des produits chimiques (Echa), qui sous-estimeraient le lien entre plusieurs cas de cancer et la substance herbicide glyphosate. Ces agences d'expertise "ont échoué à identifier tous les cas statistiquement significatifs d'augmentation d'incidence de cancers, dans les études de cancérogénicité chronique menées sur les rongeurs", a indiqué M. Portier dans sa lettre.

 
Quand on sait que les travaux de ces agences se sont appuyés sur des études parrainées par Monsanto pour leur évaluation de la sécurité du glyphosate, on ne peut pas ne pas s'interroger !  
Eric Andrieu et Marc Tarabella, eurodéputés
 
Le glyphosate, substance active controversée notamment du Roundup de Monsanto, est la plus utilisée dans le monde. Le 16 mai dernier, la Commission européenne a proposé de réautoriser sa mise sur le marché pour dix ans dans l'UE, après le feu vert de l'Echa. L'agence a en effet jugé, le 15 mars dernier, que les connaissances scientifiques disponibles ne permettaient pas de classer le glyphosate comme substance cancérogène, mutagène ou toxique pour la reproduction (CMR). "Il est improbable que le glyphosate présente un danger cancérogène pour l'Homme", avait également assuré l'Efsa en novembre 2015. Les agences ont publié leur avis après que le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) a pourtant classé, en mars 2015, cette substance comme probablement cancérogène pour l'Homme. Selon le Circ, des "preuves convaincantes" avaient montré que le glyphosate peut causer le cancer chez les animaux de laboratoire. Le glyphosate serait aussi à l'origine de lésion sur le matériel génétique de cellules humaines.

Huit cas cancérigènes répertoriés

M. Portier a précisé, au journal Le Monde, avoir passé en revue les données brutes d'une quinzaine d'études industrielles menées sur des rongeurs transmises aux agences. Dans sa lettre, l'expert international indique avoir "trouvé huit cas de hausses significatives de la fréquence de tumeurs qui n'apparaissent dans aucune des publications ou des évaluations officielles présentées par l'Efsa et l'Echa. (…) Certaines de ces tumeurs étaient également présentes dans plusieurs autres travaux, renforçant la cohérence des résultats entre études". Selon M. Portier, il s'agit de tumeurs au niveau du poumon des rongeurs, de la thyroïde, des tissus mous, du rein, du foie, de la peau et des glandes mammaires.

M. Portier a été sollicité par des députés européens pour mener une réanalyse de ces données. Les eurodéputés socialistes, démocrates et écologistes ont dénoncé le renouvellement de l'autorisation du glyphosate proposé par la Commission. Les eurodéputés socialistes français Eric Andrieu et belge Marc Tarabella ont soutenu cette lettre de M. Portier. "Quand on sait que les travaux de ces agences se sont appuyés sur des études parrainées par Monsanto pour leur évaluation de la sécurité du glyphosate, on ne peut pas ne pas s'interroger !", estiment les deux députés. Ils réclament de nouveau plus de transparence et la mise à disposition publique des études scientifiques. M. Portier a appelé M. Juncker à "s'abstenir de prendre toute décision sur le glyphosate" jusqu'à ce que les nouveaux éléments mis au jour soient inclus dans l'évaluation européenne. "Cela nous conforte dans l'idée qu'il faille prôner le principe de précaution : tant que nous ne sommes pas sûrs que le produit soit inoffensif, on ne peut donner l'autorisation de l'utiliser : les citoyens ne sont pas des cobayes !", a ajouté le député Marc Tarabella.

Les Etats membres devraient se prononcer d'ici peu sur sa réautorisation pour 10 ans. La Commission a rappelé que chaque Etat membre gardait le droit d'autoriser ou non l'utilisation de pesticides à base de glyphosate sur son territoire.

Réactions1 réaction à cet article

 

Bonjour, non seulement aux législatives á venir mais surtout aux prochaines présidentielles je vote, et j´assume, pour un partie voulons la sortie urgent de l´Europe.

Maes | 01 juin 2017 à 09h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…