En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le développement de l'énergie hydroélectrique continue de faire polémique

Bien que renouvelable, l'hydroélectricité impacte les milieux aquatiques. Face à la nécessité de produire plus d'EnR, le Ministère en charge de l'écologie propose une convention pour une hydroélectricité durable qui ne fait toutefois pas l'unanimité.

Energie  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
   
Le développement de l'énergie hydroélectrique continue de faire polémique
   
Dans un communiqué, le ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement Durable et de la Mer, en charge des Technologies Vertes et des Négociations sur le Climat (MEEDDM) a annoncé la signature d'une ''convention d'engagements pour le développement d'une hydroélectricité durable en cohérence avec la restauration des milieux aquatiques'', avec les ''élus, les producteurs d'hydroélectricité, les associations et fondations de protection de l'environnement, les associations pour les énergies renouvelables et l'association des pêcheurs professionnels en eau douce''.

Mardi, France Nature Environnement (FNE), un des acteurs du Grenelle de l'environnement, avait indiqué qu'elle ne signerait pas cette convention, estimant que pratiquement tous les fleuves et toutes les rivières étaient déjà fortement équipés et que la limite avait été atteinte. ''Signer, c'est s'engager à accepter la destruction à terme des derniers tronçons de rivières vivantes du pays, et notamment des petits cours d'eau, souvent de très bonne qualité'', prévient FNE dans un communiqué. ''Signer c'est accepter l'installation de 500 à 1.000 microcentrales qui viendraient s'ajouter aux 1.500 ouvrages qui, déjà, barrent, détournent et modulent le débit des cours d'eau'', précise la fédération qui estime que ce ne sont pas ''500 ou 1.000 microcentrales supplémentaires qui vont changer le bilan carbone du pays ni sauver le monde d'effets climatiques désastreux''.

La convention reconnaît que la poursuite du développement des énergies renouvelables doit se faire dans le respect des autres exigences environnementales et sociétales, en particulier de la préservation des milieux naturels et du respect des autres usages. Elle prévoit notamment un effort sur la recherche relative à la connaissance des espèces (anguilles notamment), le renforcement des suivis et contrôles des effets des installations hydroélectriques sur la morphologie, l'hydrologie et le fonctionnement des écosystèmes aquatiques, la mise aux normes des ouvrages existants, la rationalisation des procédures administratives et l'effacement de 40.000 ouvrages hydrauliques en déshérence.

Cette convention sera suivie par un comité de suivi, mis en place en septembre prochain.

L'hydroélectricité qui représente une puissance installée de 25 GW, constitue la seconde source de production d'électricité en France derrière le nucléaire. Elle représente 12% de la production totale d'électricité, avec une capacité de production de 67 TWh en année moyenne. L'objectif concernant la production hydroélectrique en France métropolitaine est d'accroître l'énergie produite en moyenne sur une année de 3 TWh et d'augmenter la puissance installée de 3.000 MW au 31 décembre 2020 notamment en installant des turbines de nouvelle génération qui permettront d'accroître de 30 % la puissance électrique des barrages.

Réactions3 réactions à cet article

 
Durable...durable

Si nous continuons à déconner, quand les glaciers des montagnes auront fondu, qu'est-ce qui fera tourner les turbines des barrages, puisque les rivières seront à sec; même l'agriculture ne pourra plus gaspiller l'eau comme aujourd'hui. Utopique la fonte des glaciers?? Demandez aux montagnards.

renault | 23 juin 2010 à 16h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
C'est cool !

Je cite : ce ne sont pas 1000 microcentrales ne vont pas changer le bilan carbone de notre pays...

Ben moi, je vais continuer a rouler avec mon gros 4x4 qui pollue un Max car ça ne va pas non plus changer le bilan carbone du pays !

Il faut faire des efforts ... Mais pas moi !

B83s | 24 juin 2010 à 07h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
durable

la vraie durabilité,c'est l'économie d'énergie,qui n'est pas de la décroissance ,et qui fournit du travail à une multitude d'acteurs économiques.Mais les gros "machins" c'est tellement plus vendeur pour nos dispendieux élus.Et on peut inauguer !!!!

kine | 24 juin 2010 à 22h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager