Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Impact du Covid sur la filière biogaz : "Nous avons participé à la continuité de l'activité économique"

Impact sur les chantiers en cours et à venir, maintien de l'activité, organisation sur les sites de méthanisation pendant le confinement… Point sur les répercussions de la crise sanitaire sur la filière biométhane avec trois acteurs du secteur.

Interview vidéo  |  Energie  |    |  Romain Pernot  |  Actu-Environnement.com

Comme la plupart des secteurs industriels, c'est d'abord sur les chantiers de construction d'unité de méthanisation que le confinement a eu un impact significatif, entraînant des retards qui se cumulent avec d'autres.« Il y a toujours des retards de construction, mais il y a aussi des retards administratifs. Ils vont aller jusqu'à 7 mois dans le pire des cas mais seront en moyenne de 3 mois. On est sur des projets dont la viabilité économique est supérieure à 15 ans, donc 3 mois de retard sur 15 ans ce n'est rien du tout », tempère Marc Schlienger, délégué général à l'ATEE.

Pour Alexandre Roesch, délégué général au SER, ce sont les chantiers futurs qui devront accuser le plus de retards. « La Covid a un impact sur les projets en développement, puisqu'il a été impossible de se déplacer pour mener les collectes de données nécessaires à l'établissement de l'étude d'impact. »

Si le confinement a eu des répercussions sur les chantiers, Frédéric Flipo, porte-parole de France Biométhane, se félicite d'avoir vu la filière passer son "stress test", et de ne pas devoir accuser d'arrêt de production. « On a mis en place des systèmes de rotation par équipe pour éviter qu'un salarié contaminé ne contamine ses collègues. On n'a pas eu à dénombrer de cas de contamination Covid sur site. » M.Flipo retient surtout que la filière « a su faire preuve d'une mobilisation importante pour maintenir l'activité ».

Détails avec Marc Schlienger délégué général à l'ATEE, Alexandre Roesch, délégué général au SER, et Frédéric Flipo, porte-parole de France Biométhane.

Réactions1 réaction à cet article

 

On assiste à une très forte opposition à ces centres de methanisation, c'est mal parti, les Français sont définitivement opposés à tout.
Un seul cas chez-moi la ligne LGV, aucun respect des habitations, des propriétés agricoles (chemin vicinaux, petites routes) emprise de plus de 4 fois du besoin réel, un peu comme une laie et ses petits en visite d'un jardin potager, rien d'écologique du tout, et les gens inertes n'ont pas réagi.
Leur bien a perdu 30% et invendable, des paysans 10 km pour aller dans son champ, écologique le train? mon oeil!

pemmore | 05 mars 2021 à 10h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Romain Pernot

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Multitec® BioControl : analyseur de biogaz à poste fixe et mobile SEWERIN