En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Union européenne publiera un indice environnemental aux côtés du PIB à compter de 2010

Après plusieurs années de réflexion, la Commission européenne devrait publier à compter de 2010 un indice représentant la pression exercée sur l'environnement. Si cet indice a le succès escompté, il accompagnera tous les ans la publication du PIB.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
L'Union européenne publiera un indice environnemental aux côtés du PIB à compter de 2010
© Levente Janos
   
Afin de compléter le « sacro-saint » Produit Intérieur Brut (PIB) qui illustre depuis 1930 le développement et les progrès d'un pays, l'Union européenne prévoit de publier à compter de l'année prochaine un indice environnemental complémentaire. Comme l'a indiqué le Comité économique et social européen dans un avis adopté et publié en octobre 2008, le PIB est un bon indicateur du rythme de l'économie qui montre les efforts consentis pour gagner plus d'argent, sans se soucier si cela génère des produits et services utiles ou si cela nuit à l'homme et à l'environnement.

Depuis plusieurs années la Commission européenne planche sur l'élaboration de nouveaux indicateurs intégrant notamment les atteintes environnementales. Les résultats de cette réflexion viennent d'être publiés1 et la mise en place d'une version pilote d'un indicateur environnemental a été confirmée hier par la Commission. Pour concevoir des politiques plus intégrées et plus transparentes, nous devons évaluer mieux où nous sommes maintenant, où nous voulons aller et comment nous pouvons y arriver, a déclaré le Commissaire européen en charge de l'environnement Stavros Dimas. Pour changer le monde, nous devons changer la manière dont nous comprenons le monde et pour ce faire nous devons dépasser le PIB, a-t-il ajouté.

Refléter la pression exercée sur l'environnement

Le nouvel indice proposé par la Commission tentera de refléter la pollution et les atteintes à l'environnement sur le territoire de l'Union européenne afin d'évaluer les résultats des efforts de protection environnementale. Une baisse de la valeur de l'indice signifiera par conséquent que des progrès ont été accomplis. Cet indice devrait intégrer les émissions de gaz à effet de serre, la réduction des espaces naturels, la pollution atmosphérique, la production de déchets, l'utilisation des ressources, la consommation d'eau et la pollution de l'eau. Au départ, l'indice sera publié sur une base annuelle à l'intention de l'UE et des États membres, l'objectif à plus long terme étant de le publier parallèlement au PIB.

Pour construire cet indice, la Commission prévoit de renforcer fortement le reporting des données. À l'heure actuelle, les informations environnementales sont très souvent publiées avec plusieurs années de décalage alors que les données économiques sont quasiment instantanées. Les chiffres du PIB et du chômage sont fréquemment publiés dans les quelques semaines suivant la période à laquelle ils se rapportent, ce qui permet la prise de décisions quasiment en temps réel, constate la Commission. Pour gagner en rapidité, l'Union européenne mise sur les satellites, les stations de mesure automatiques et l'Internet. Elle a d'ailleurs déjà adopté des mesures favorisant le recours à ces technologies via la directive INSPIRE et le système de surveillance mondiale pour l'environnement et la sécurité (GMES).

Outre cet indice, la Commission envisage également de développer un indicateur global basé sur la qualité environnementale, mentionnant par exemple le nombre de citoyens européens vivant dans un environnement sain.

Un tableau de bord développement durable prévu avant fin 2009

À l'instar de la France et de sa Commission Stiglitz, l'Union européenne cherche par ailleurs à développer des indicateurs plus larges liés au développement durable et intégrant par conséquent l'économie, le social et l'environnement. La Commission envisage d'élaborer un tableau de bord du développement durable qui reposerait sur l'ensemble des indicateurs de l'Union européenne et sur d'autres informations publiques quantitatives et qualitatives, relatives par exemple aux entreprises et aux mesures politiques. Les services de la Commission prévoient de présenter une version pilote de ce tableau de bord d'ici fin 2009 et de dresser un rapport sur la mise en œuvre de l'ensemble des indicateurs d'ici à 2012 au plus tard.

Réactions1 réaction à cet article

 
Ressources naturelles vs publiques et temporelles.

Chercher à montrer la pression sur les ressources naturelles, mais augmenter la pression sur les fonds publics en lançant (donc payant) des études menées en parallèle sur le même thème avant même le résultat des études en cours, donnant naissance à des systèmes parallèles, qui ne seront harmonisés s'ils le sont un jour que bien plus tard. L'attention fixée sur les indicateurs ferait-elle oublier jusqu'à la démarche ? N'a-t-on pas là un beau gâchis ?
Plein de bonne volonté mais perdus dans le parallélisme de ces initiatives, chacun réinvente sa roue, utilisant des ressources aux échelons local, régional, national et européen.

Voir Déjà "12 indicateurs phare de développements durable" actualisé en 2006 dans la stratégie nationale DD 2003-2008, ou la région Midi-Pyrénées qui depuis 2007 dispose de 46 indicateurs régionaux de développement durable. Cela n'a peut-être pas été produit par un prix Nobel d'économie, mais les ressources ont déjà été dépensées...

vdb | 10 septembre 2009 à 09h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager