En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le gouvernement interdit la culture de MON810

L'arrêté interdisant la commercialisation, l'utilisation et la culture des variétés de semences de maïs GM a été publié au Journal officiel du 15 mars. Première étape d'un dispositif visant à exclure ces cultures du territoire français.

Agroécologie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
Le gouvernement interdit la culture de MON810

Comme il l'avait annoncé, le gouvernement a publié, le 15 mars au Journal officiel, l'arrêté visant à empêcher la commercialisation, l'utilisation et la culture des 232 variétés de semences du maïs MON 810 actuellement inscrites au catalogue commun des variétés des espèces agricoles. Alors qu'une proposition de loi visant le même objectif doit être examinée en avril par le Parlement, les pouvoirs publics n'ont pas voulu prendre de risques : la saison des semis est proche.

L'arrêté s'appuie sur la directive 2002/53/CE et le règlement 1829/2003 qui prévoient qu'un Etat membre peut être autorisé à prendre une clause de sauvegarde sur tout ou partie de son territoire s'il est constaté un risque imminent pour l'environnement ou la santé. Dans ce cas, il en informe les autres Etats membres et la Commission. Celle-ci doit, dans un délai de dix jours ouvrables, saisir le Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale, en vue de la prorogation, de la modification ou de l'abrogation des mesures conservatoires nationales. En attendant, l'Etat membre peut maintenir ces mesures.

Des risques non pris en compte par l'autorisation actuelle

Pour justifier la mise en place de cette clause de sauvegarde, le gouvernement français s'appuie en premier lieu sur la Charte de l'environnement, adossée à la Constitution, qui prévoit l'application du principe de précaution "lorsqu'il existe des éléments circonstanciés de nature à accréditer l'hypothèse d'un risque de dommage grave et irréversible pour l'environnement".

Quant au risque imminent exigé par la réglementation européenne pour mettre en place des mesures conservatoires, le gouvernement s'appuie sur la proximité de la date de semis et sur de nouveaux éléments scientifiques, non pris en compte par l'autorisation de culture du MON810 qui date de 1998. Plusieurs publications scientifiques, dont deux avis de l'Autorité européenne de sécurité (Efsa) publiés en 2011 et 2012, mettent en avant le développement de résistances chez les insectes ravageurs et la mortalité de populations de lépidoptères sensibles. L'Efsa préconisait d'ailleurs la mise en place de mesures de gestion et un renforcement de la surveillance.

Le 17 février dernier, "les autorités françaises ont informé la Commission européenne (…) de la nécessité de prendre des mesures d'urgence". Or, depuis, "la Commission européenne n'a adopté, suite à la demande des autorités françaises, ni les mesures de gestion nécessaires à la protection de l'environnement, ni la suspension de la commercialisation et de l'utilisation des variétés de semences de maïs MON 810 pour protéger l'environnement".

Consolider l'interdiction française

Mais alors que les deux précédentes clauses de sauvegarde françaises ont été invalidées par la justice, le gouvernement mise sur d'autres mesures pour consolider l'interdiction : une proposition de loi et une révision de la réglementation européenne. Le ministre de l'Ecologie Philippe Martin a en effet défendu, lors du dernier Conseil Environnement début mars, une proposition, visant à donner davantage de marge de manœuvre aux Etats membres. L'idée : l'évaluation scientifique des risques sanitaires et environnementaux reste au niveau communautaire et les Etats membres se chargent des autres évaluations (socio-économiques…). Dans cette proposition, il revient aux Etats membres d'autoriser ou d'interdire la culture d'OGM sur leur territoire. La Commission, elle, fait une proposition inverse : la procédure d'autorisation reste dans les mains de l'UE mais un Etat membre peut demander une dérogation, en amont ou en aval de l'autorisation de culture.

Réactions31 réactions à cet article

 

parfait

lio | 17 mars 2014 à 13h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut avoir lu l'article de Sylvestre Huet (Libération), pour savoir ce qu'il se passe ici...
"Maïs OGM, la science et le gouvernement "

BrunoV | 17 mars 2014 à 14h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce qui se passe ici, c'est la réponse tant attendue d'un gouvernement à la demande légitime d'une population qui ne veut pas d'OGM dans son assiette. L'avis de vendeurs d'OGM et de leurs actionnaires n'a aucune légitimité.

Ce M. Huet a beau jeu de critiquer les motivations du gouvernement en citant au passage le rapport de l'ISAAA, organisme évidement totalement objectif dans cette affaire...
Mais on notera qu'il constate lui même la pauvreté de la littérature scientifique sur le sujet et démontre ainsi l'absolue nécessité d'effectuer des études indépendante à long terme.

En attendant et devant autant de doute, il existe en France un un magnifique outil : Le principe de précaution.

Alors merci au Gouvernement pour cette décision !

jujuniep | 17 mars 2014 à 17h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Voilà deux affirmations bien péremptoires...

« Ce qui se passe ici, c'est la réponse tant attendue d'un gouvernement à la demande légitime d'une population qui ne veut pas d'OGM dans son assiette » ,

Sauf que nous importons ces OGM dont on refuse – pour des raisons strictement politiciennes – la culture aux agriculteurs français.

« L'avis de vendeurs d'OGM et de leurs actionnaires n'a aucune légitimité » ?

Vive le totalitarisme...

Quant à M. Huet, il est forcément discrédité : il a osé citer l'ISAAA... On se demande où...

Mais non, il est utile à la cause. N'a-t-il pas « constat[é] lui même la pauvreté de la littérature scientifique sur le sujet et démontr[é] ainsi l'absolue nécessité d'effectuer des études indépendante à long terme » ? Où donc ?

Wackes Seppi | 17 mars 2014 à 18h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour l'ISAAA, voire la carte de la progression des culture OGM publiée dans le 2ème paragraphe.

Pour le constat de la pauvreté de la littérature scientifique :
"[...] la liste des publications scientifiques à l'appui est petite et pas toujours susceptible de passer la barre d'un examen contradictoire [...]" ce qui est une démonstration de fait que le sujet manque cruellement de publication indépendante.

Et ce M. Huet est "utile à la cause" ? Quelle cause ? C'est un vocable curieux pour quelqu'un sois disant sans intérêt dans cette affaire...

Le problème des importations, c'est que les règles dépendent d'autres organismes, ultra libéraux, sur lesquels nous ne pouvons pas grand chose... Mais il reste que les produit contenant des OGM au delà d'un certain seuil sont étiquetés et qu'il n'y en aura pas cette année dans nos campagnes. C'est finalement pas si mal...

Maintenant, si le fait que l'opinion de vendeurs ou d'actionnaires, quels qu’ils soient, ne passe pas avant l'avis d'une population auprès d'un gouvernement est une preuve de totalitarisme pour vous, alors votre cas est désespéré et je comprend mieux votre acharnement à défendre ces OGM si contestés, même, dans une certaines mesure, par le gouvernement américain...

jujuniep | 18 mars 2014 à 08h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je félicite le gouvernement pour cette décision.

WS : "Sauf que nous importons ces OGM dont on refuse – pour des raisons strictement politiciennes – la culture aux agriculteurs français." : le jour viendra où on décidera de ne plus importer ces OGM en France.

Rudy | 18 mars 2014 à 08h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

pas de gaz de shit et pas D’OGM, la France prend du retard! oui sur le Titanic pardon l'Amérique, et c'est une bonne chose.

lio | 18 mars 2014 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qu'est-ce qui est le plus totalitaire ?

Interdir une culture d'OGM sur son territoire ou forcer les consommateur à en manger en empêchant un étiquetage claire ?

Au final les consommateur pourrait choisir. A condition que cela soit clairement indiqué. Mais bien sur l'industrie ne veut pas l'indiquer car elle connait déjà le choix des consommateurs.

Terra | 18 mars 2014 à 10h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M. Huet a-t-il cité l'ISAAA ? Admettons. Il a dû tirer son graphique d'une publication qui l'a repris de l'ISAAA.

Pour la pauvreté alléguée de la littérature scientifique, vous prenez vos désirs pour des réalités. Ce qui est petit, c'est la liste des publications scientifiques à l'appui de la manoeuvre gouvernementale. Le nombre de publications indépendantes est – contrairement à la vulgate anti-OGM – fort respectable. Mais voilà, pour le ministère, il n'y a rien de sérieux (au sens propre ou au sens d'important) à se mettre sous la dent.

Vous n'étayez pas l'« absolue nécessité d'effectuer des études indépendante à long terme ». C'est donc bien une opinion que vous n'avez pas tirée de l'article de M. Huet. De toute manière, MON 810, c'est 15 ans de culture sur des centaines de milliers d'hectares, des millions d'animaux d'élevage nourris, etc.

« Utile à la cause » ? La vôtre... après interprétation tendancieuse de ses écrits.

Les importations sont autorisés par les mêmes instances que celles qui décident (ou s'obstinent à ne pas décider) sur les cultures : après avis de l'EFSA, les États membres et, en l'absence de majorité qualifiée, la Commission.

Quant aux avis des uns et des autres, vous biaisez. Vous aviez écrit : « L'avis de vendeurs d'OGM et de leurs actionnaires n'a aucune légitimité. »

Wackes Seppi | 18 mars 2014 à 10h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On a toujours le droit de cultiver les nouvelles plantes créées par hybridation, par mutagenèse, par cisgenèse, par fusion somatiques, par haplodiploïdisation, par introgression de mutations spontanées et par les dizaines d'autres techniques d'altération du génome. Toutes ces techniques permettent de créer de nouvelles plantes tolérantes aux herbicides, ou autres caractéristiques agronomiques.

Par exemple, BASF commercialise les maïs Duo System qui sont tolérants à l'herbicide maison Stratos Ultra et les maïs ClearField qui sont tolérants aux herbicides de la famille des imidazolinones.

Seules les plantes crées par transgenèse sont interdites.

Pantagruel | 18 mars 2014 à 11h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout est question d'interprétation cher WS... vous voyez un rapport du gouvernement américain conclure sur l'utilité finalement très modérée des OGM après 15 ans de cultures et vous interprétez cela comme un succès sans appel...

Le gouvernement prend un arrêté allant dans le sens de l'opinion publique au dépend des intérêt particuliers, vous interprétez cela comme du totalitarisme...

Vous utilisez le terme de "cause" puis vous retournez ce mot comme si je l'avait moi même écrit.

Et je ne biaise pas : quel est la légitimité de l'avis des vendeurs d'OGM américains et autres à propos d'une décision du gouvernement ? En grand défenseur de la démocratie, vous préférez sans doute que Monsanto dicte ses loi en France comme il le fait dans d'autres pays ?

jujuniep | 18 mars 2014 à 15h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Non, mon cher Jujuniep, tout n'est pas question d'interprétation.

«Le gouvernement prend un arrêté allant dans le sens de l'opinion publique au dépend des intérêt particuliers, vous interprétez cela comme du totalitarisme...»?

C'est un procédé classique de la rhétorique frelatée que d'attribuer à son contradicteur des propos qu'il n'a pas tenus.

Je vous recite donc : «L'avis de vendeurs d'OGM et de leurs actionnaires n'a aucune légitimité.» Le totalitarisme – qui s'exprime ici par le refus d'admettre un avis en fonction de la personne des auteurs – c'est vous.

Comme vous n'avez pas lu le rapport – qui n'est pas «du gouvernement américain» – vous concluez dans le sens qui vous plait... Classique chez les intégristes.

Mais vous devriez le lire, pas seulement des résumés tendancieux. Juste quelques chiffre : les variétés GM, c'est maintenant la moitié de la surface cultivée aux USA, avec quatre cultures principales. Les HT, c'est 93% du soja, 85% du maïs, 82% du cotonnier. Les Bt, c'est 76% du maïs et 75% du cotonnier.

Et vous refaites le coup de l'homme de paille. Où aurais-je écrit que j'ai «interprét[é] cela comme un succès sans appel»?

«...quel est la légitimité de l'avis des vendeurs d'OGM américains...»?

Où avez-vous vu leur avis ?

«...vous préférez sans doute que Monsanto dicte ses loi en France...»?

Où avez-vous vu que Monsanto dictait ses lois? À part dans la vulgate de l'anti-OGMisme primaire (et fort rémunérateur pour les MMR et consorts)?

Wackes Seppi | 18 mars 2014 à 19h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je vois juste que WS fait encore dans la sémantique car oui, que vous le vouliez ou non, les semis de MON810 seront interdits ce printemps.

Comme le souligne jujuniep, le gouvernement a prit ses responsabilités et a décidé d'aller dans le sens de l'opinion publique. Où voyez vous du totalitarisme là-dedans? J'y vois au contraire une décision démocratique.

Alors oui, vous pourrez toujours nous bassiner avec vos chiffres venus des USA. Vous remarquerez quand même que les USA ne sont enviables en rien dans de nombreux domaines : inégalités, privatisation progressive de la justice, santé, enseignement, droit pénal, violences armées etc., sans parler d'environnement bien entendu (cf. accord libre-échange et fracturation hydraulique sur AE, 17 mars).

Vous méprisez l'opinion publique et c'est bien là votre problème.

"Où avez-vous vu que Monsanto dictait ses lois?" : et bien tous les jours Mr Seppi, à Bruxelles, dans le quartier des lobbyistes qui font ça à temps plein, marche par marche, jour après jour. Quelle mauvaise foie de votre part!

Rudy | 19 mars 2014 à 09h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut en parler dans toute la presse. Faire un brassage médiatique. C'est une première victoire face à l'impérialisme.
Ne pas sous estimer la nature quand on voit que les "mauvaises herbes" sont devenues elles aussi résistantes aux herbicides les plus puissants.
Quid de l'action sur les belles plantes que sont les femmes et les hommes?

Le Tof | 19 mars 2014 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je vois juste que M. Rudy fait dans le sophisme de l'homme de paille en soutien de M. Jujuniep.

Comme le souligne jujuniep, dans sa conception, « L'avis de vendeurs d'OGM et de leurs actionnaires n'a aucune légitimité. » Comment appelez-vous le régime dans lequel la seule parole légitime est celle des politiquement et idéologiquement bien-pensants ?

« ...le gouvernement a prit ses responsabilités et a décidé d'aller dans le sens de l'opinion publique » ?

Pensée extraordinaire... Il fallait un grand courage au gouvernement.

Monsanto impose ses lois à Bruxelles ? C'est tellement vrai que Bruxelles n'a autorisé à ce jour que la culture de deux plantes génétiquement modifiées, dont une a été abandonnée. L'autre étant le maïs MON 810. C'est tellement vrai que l'Europe a la législation sur les OGM la plus contraignante du monde. Mais bon... la toute-puissance de Monsanto fait partie des délires sectaires.

Au fait, l'avenue de Tervueren n'est pas vraiment dans le quartier des lobbyistes...

Wackes Seppi | 19 mars 2014 à 10h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

WS : où voyez vous du sophisme dans mes propos?

"Comment appelez-vous le régime dans lequel la seule parole légitime est celle des politiquement et idéologiquement bien-pensants ?" : arrêtez vous allez me faire pleurer. Le fondement même d'une démocratie est le régime politique dans lequel le peuple est souverain. Donc effectivement en France, les OGM ne faisant pas l'unanimité, les "bien-pensants" sont ceux qui s'y opposent.

Mais je vous retourne la question : comment appelez-vous le régime dans lequel la seule parole légitime est celle des politiquement et idéologiquement minoritaires? Répondez svp.

"Pensée extraordinaire... Il fallait un grand courage au gouvernement." : le courage n'a rien à voir là dedans, il a seulement fait son job.

Quant aux lobbyistes, ce n'est pas parce que seulement 2 autorisations ont été délivrées qu'ils n'existent pas. Au contraire, le fait que le sujet revienne sur le tapis à chaque printemps montre qu'ils sont bien présents. Si l'évidence sautait aux yeux de l'intérêt unanime des OGM, les lobby n'auraient même pas besoin d’exister...

"Au fait, l'avenue de Tervueren n'est pas vraiment dans le quartier des lobbyistes..." : hors sujet. On s'en fout de savoir que les lobbyistes aient à prendre le métro!

Rudy | 19 mars 2014 à 11h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les OGM sont le SIDA de l'agriculture, et il n'y a pas de trithérapie.
L'autorisation de semer des OGM s'appelle "droit à dissémination" aucune compagnie d'assurance au monde n'accepte de couvrir le risque de pollution dite "fortuite" (on a retrouvé des pollens de maïs ogm dans des nuages à 900 m d'altitude. Au Canada, le colza est 100% ogm tous les autres producteurs y compris les "bios" ont fait faillite car incapables de vendre leur récolte trop polluée. De plus ils ont été poursuivis par Monsanto pour utilisation frauduleuse de semences ogm. En Espagne 50 % de la production de maïs est polluée de 30 à 6O %. Aux USA les producteurs d'ogm utilisateurs de round-up arrachent à la main de l'amarante devenue résistante à l'herbicide "miracle"dont l'emploi est exponentiel surtout dans toute l'Amérique du Sud.
C'est le modèle d'une agriculture fasciste et totalitaire qui fait disparaître toute autre forme de cultures générée par des multinationales seulement préoccupée du bien être de leurs actionnaires prêtes à empoisonner des populations entières pour leur seul profit cf le film de MM.Robin.

ERISPOE | 19 mars 2014 à 20h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

WS, le mot totalitarisme, jusqu'à preuve du contraire, c'est vous qui l'avez prononcé... en réponse à ma déclaration que l'avis de vendeur d'OGM n'avait aucune légitimité face à une décision du gouvernement.

Prenez donc la responsabilité de vos propos pour une fois...

Et oui le lobbying existe, et les représentant de Monsanto et autre essaient tout les jours d'influencer les décisions européennes ou nationales pour leurs propre profits et au dépend de l’intérêt commun.

Je parlais surtout des autres pays, où Monsanto impose sa vision de l'agriculture comme il l'a été démontré, que ça vous plaise ou pas. Car défendre les OGM est une chose, défendre cette entreprise en est une autre, que même certains pro-OGM de ce forum ne font pas...

Et oui, je n'ai pas lu chaque ligne du rapport ! Mais j'ai lu la presse spécialisée qui en fait plusieurs analyses et toutes disent que le miracle OGM est un leurre, que les gains économiques ne sont pas au rdv et que les résistances apparaissent... Rien de tendancieux là dedans !

Votre démonstration des 15 années de culture couronnées de succès s’effrite terriblement et vous, vous répondez en citant des pourcentage de cultures aux USA !

Et au final, qu'est-ce qui vous dérange dans le fait que le gouvernement ai pris cette décision ? Pourquoi parler de courage alors que, comme dit Rudy, ils ont fait ce que l'on attendait d'eux... Et merci à eux !

jujuniep | 20 mars 2014 à 08h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mais j'assume entièrement la responsabilité de mes propos – que, moi, j'ai l'habitude de maintenir ou, le cas échéant, corriger.

Mais mes propos ne sont pas ceux que vous me prêtez, M. Jujuniep.

Vous n'avez pas écrit, comme vous le prétendez maintenant « que l'avis de vendeur d'OGM n'avait aucune légitimité face à une décision du gouvernement », mais : « L'avis de vendeurs d'OGM et de leurs actionnaires n'a aucune légitimité » (tout court).

Il y a donc, selon vous, deux types d'avis : ceux qui sont légitimes et ceux qui ne le sont pas. Les premiers sont, bien sûr, ceux de la mouvance dont vous partagez les thèses ; les seconds, ceux des gens (employons ici un terme plutôt neutre) d'en face. Ça s'appelle du totalitarisme.

Vous avez écrit, vous adressant à moi : « Le gouvernement prend un arrêté allant dans le sens de l'opinion publique au dépend des intérêt particuliers, vous interprétez cela comme du totalitarisme... » Ça, c'est votre sophisme de l'homme de paille. Le totalitarisme, c'est dans vos propos, l'idéologie à laquelle vous adhérez, au moins en partie. L'arrêté du gouvernement, c'est tout simplement une immonde conn... politicienne qui sera annulée par le Conseil d'État, tout comme l'a été l'arrêté Le Maire et, précédemment, l'arrêté Barnier.

Et, figurez-vous : l'avis des vendeurs et des utilisateurs de semences sera accepté non seulement comme légitime, mais encore comme bien fondé, par le Conseil d'État.

Nous sommes (encore) dans un État de droit.

Wackes Seppi | 21 mars 2014 à 11h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M. Jujuniep a aussi écrit : « Et oui le lobbying existe... »

Comme si je ne le savais pas.

Mais, dans la droite ligne du totalitarisme, cette formidable découverte se limite aux ennemis de l'idéologie et, plus particulièrement, à l'ennemi désigné à la vindicte des adhérents à l'idéologie et des naïfs manipulables.

Mais je concède que vous déviez de la droite ligne du totalitarisme – qui s'interdit de se remettre en cause et pratique l'obstination – et que vous changez de discours.

C'était (18 mars 2014 à 15h31) : « En grand défenseur de la démocratie, vous préférez sans doute que Monsanto dicte ses loi en France comme il le fait dans d'autres pays ? »

Maintenant c'est : « Je parlais surtout des autres pays, où Monsanto impose sa vision de l'agriculture comme il l'a été démontré, que ça vous plaise ou pas. »

Il a été démontré ? Vous accepterez bien les chiffres de l'ISAAA ici, sans les contester : 27 pays cultivent des OGM, dont 15 sur plus de 300.000 hectares et quatre autres sur plus de 100.000. Quelle superbe efficacité du lobbying de Monsanto qui «  impose sa vision de l'agriculture ». Quelle est sa vision du reste ?

« Car défendre les OGM est une chose, défendre cette entreprise en est une autre, que même certains pro-OGM de ce forum ne font pas... »

Ha ! Ha ! Ha ! Où aurais-je défendu Monsanto ?

« Mais j'ai lu la presse spécialisée » ?

Spécialisée en quoi ? Vous devriez lire le rapport... Élémentaire.

Wackes Seppi | 21 mars 2014 à 12h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Wackes Seppi, maintient ses propos jusqu'à ce qu'on lui fasse la démonstration qu'ils sont infondés, mais ils ne faut surtout pas se souvenir du contenu de l'historique de ses commentaires. D'ailleurs sa réalité n'est pas contestable, puisque des millions d'agriculteurs produisent des OGM sur plus de 150 millions d'hectares.
Quand il s'agit de le mettre en contradiction sur des aspects techniques, il fuit, c'est sa définition de courage. Quand des gouvernements ne sont pas sur cette ligne, il s'agit d'une immense c******** dont il n'assume que partiellement le terme en ..., il ne faudrait qu'on puisse lui reprocher d'insulter des politiciens. Mais si vous mettez en doute ses capacités il considérera cela comme une insulte. Pauvre bonhomme!

JFK | 21 mars 2014 à 15h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Wakes sppi, c'est Alexis de Tocqueville, publiant "De la démocratie en Amérique" sans le courage, le côté progressiste et éclairé, il faut se contenter de lire le titre. Un scientifique de salon qui se prend pour un "geek" en considérant que la science, notamment la biologie, n'a d'intérêt qu'accompagnée de technologie. Un républicain, qui considère que la démocratie atteint ses limites quand elle s'intéresse au sort de l'individu. Un démocrate qui estime que la politique doit être au service des puissants et de l'argent, comme ci les puissants avaient besoin de sous-fifre bénévole pour défendre leurs intérêts. Je crois que le LOL a été inventé pour lui. Désolé pour le sarcasme mais je suis sidéré.

JFK | 21 mars 2014 à 16h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

JFK avec jujuniep vous vous faite la paire (si il y a des petits surtout n'en gardé pas)

WS n'a certainement pas besoin de moi pour ce défendre mais vous etes vraiment pénible et je ne peu m'empécher d'intervenir (pour rien comme vous vis a vis du débat).

Les lecteurs en repartant du début des commentaires pourront se faire une idée de vos interprétations délirante!

Vous etes vraiment un mignon petit garçon qui par en crise si on parle d'escrolo (insulte insuportable d'après vous) et quand on regarde comment vous parler de ceux qui ne sont pas du même avis .....
Vous vous prenez pour qui ou quoi exactement?


Vous dites:
Un démocrate qui estime que la politique doit être au service des puissants et de l'argent
Mais comment arrivez vous a ces certitudes débiles : VOUS ETES GRAVE

Où et quand avez vous démontré que les propos de ws etaient infondés?
Visité d'autre site ou ws participe avec la possibilité d'accroché des liens pour confirmer ses dires .(a oui souvent lesrésultats de recherches sont en anglais et en faisant comme vous j'extrapole facilement que cela va vous posez des problèmes de compréhension (déjà en français...))

Au fait c'est 175 million d'hectares de PGM cultivé pas 150

yannquirigole | 21 mars 2014 à 17h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai que WS est sacrément patient face des des gens qui ne savent qu'accuser sans preuve et utiliser des amalgames.

Pantagruel | 24 mars 2014 à 10h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

YNQR; c'est peut-être parce que vous avez oubliez les commentaires de WS sur d'autres sujets, plus de 150 millions, vous pouvez y ajouter ce que vous voulez, mais il semble que WS tente de minorer l'influence du lobbying tout en estimant le succès indéniable des OGM en citant ce chiffre. Assez curieux.
Pour le reste je ne veux pas perdre de temps avec un technico-commercial qui cherche à maximiser ses commissions, vous avez démontré à plusieurs reprises que vos arguments n'avait qu'un objectif, faire de l'argent sur le compte des paysans, avec des références bidons.
Si vous nous démontriez par des données chiffrées, concrètes, ce que permet de gagner l'usage d'un OGM pour l'agriculteur, gain de productivité, économie réelle par rapport à d'autres itinéraires techniques... Chiffrée dans le détail, prix des semences, prix des pesticides, gain de temps, de productivité, on ne va pas vous demander de tenir compte des coûts induits sur l'environnement, pollution de l'eau. Peut-être que vous seriez crédibles.
Je lis couramment l'Anglais, sans prétention quand il s'agit d'interprétation, les références de WS sont des plus discutables.
Mais je comprends très bien le fond d'une idéologie, comme la votre au service de vos intérêts personnels.

JFK | 24 mars 2014 à 12h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Où et quand avez vous démontré que les propos de ws etaient infondés?
A de nombreuses reprises quand il a à chaque fois fuit le débat pour ne devoir le reconnaitre implicitement, quand il reconnait à demi mot que les bénéfices supposés des OGM pour l'agriculture Française n'est pas démontrée.
Comme vous d'ailleurs qui ne faites que des allusions, sans jamais chiffré concrètement. Votre propagande habituelle de technico-commercial qui se sert sans scrupule de la méconnaissance des autres.

JFK | 24 mars 2014 à 13h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"JFK avec jujuniep vous vous faite la paire (si il y a des petits surtout n'en gardé pas)"
S'agit-il d'une interprétation, si l'on considère qu'il s'agit d'une insulte homophobe déguisée. Je ne suis pas concerné, mais je pense qu'il n'y a aucun doute à ce sujet. Domaine dans lequel vous excellez, c'est sans doute ce qui explique que vous ne soyez qu'un commercial incapable d'anticipation, doté d'une compréhension très relative.

JFK | 24 mars 2014 à 13h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Vous vous prenez pour qui ou quoi exactement?" yannquirigole | 21 mars 2014 à 17h56
Je ne suis personne, exactement comme vous, mais j'ai fourni des arguments à chacune de mes interventions. L'expression typique des petits réactionnaires, qui voudrait qu'on ne puisse exprimer une opinion qu'en revendiquant un titre, une référence.
Quelles sont les votre, celle de WS, sincèrement je m'en moque, des arguments, des faits, c'est tout ce qui m'intéresse. Et il s'étonne de ma description du petit républicain.

JFK | 24 mars 2014 à 13h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

JFK

Très bien vous Continué.
Vous démontrez vos énormes qualités de comprehensions.

Vous dites : " Pour le reste je ne veux pas perdre de temps avec un technico-commercial qui cherche à maximiser ses commissions, "

Vous persistez et signez dans votre bêtise. J’ai du expliquer plusieurs fois que je travail en recherche et développement sur les techniques culturales avec le moins de phyto possible.
Donc je ne vends rien et travail aussi bien avec des bio comme des conventionnels.

Impossible à intégrer pour vous dans votre petite tête.
Ben oui, quelqu’un qui n’est pas contre les PGM est forcement un méchant (qui aime pas les bio ; qui défend que les riches ; adorateur de monsanto ; et j’oubliai qui veux tuer toutes les abeilles).
Voila votre capacité d’analyse résumée.

De plus j’ai fais comme vous, je suis intervenu non pas pour rentrer dans le débat mais juste pour (vous) dénigrez comme vous l’avez fait vous pour ws.
Cela n’a aucun intérêt si ce n’est à incité les autres lecteurs (comme Pantagruel) à relire les commentaire de WS pour qu’ils puissent ce rendre compte de la haute voltige que représentent vos interprétation de texte et en même temps de l’intérêt que vous représenté réellement dans le débat.

en parlant de ws vous dites
il reconnait à demi mot que les bénéfices supposés des OGM pour l'agriculture Française n'est pas démontrée.

hahaha super bonne

En fait il est très bien que vous soyez dans le camp des anti.
Très bien pour leur image, ne changé rien.LOL

yannquirigole | 24 mars 2014 à 14h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

YNQR; Quel rapport avec la compréhension et douter de votre sincérité, si je comprends bien pour WS comme pour vous, le terme "sophisme" n'est pas insultant, mais faire référence à ses inepties et à ses insuffisances l'est. Question d'appréciation, ce ne masque pas vos insultes, abrutis, escroc... qui elles en sont.
Ce qu'intègre parfaitement ma petite tête ce sont les réserves que vous émettez vis à vis des techniques alternatives qui permettent de douter sérieusement de vos références et de vos motivations.
Si pour vous WS est un génie parce qu'il se contente de faire la promotion des OGM au travers de documents provenant de l'ISAAA très bien, je constate une fois de plus que vous n'apportez rien de nouveau justifiant leur intérêt, comme lui.
Vous êtes intervenu comme moi finalement, mais vous me le reprochez.
"hahaha super bonne" sous entendu, on ne cultive pas d'OGM en France mais il faudrait essayé, qui sait une solution miraculeuse qui n'a pas donné les résultats escomptée ailleurs pourrait peut-être changer la donne. Mais les résultats on les connait déjà, WS dans la multitude de ses mensonges évoquait le cas du Burkina, ces résultats on les connait, de même que les méthodes utilisées par les firmes et ce gouvernement. L'USDA émet des réserves sur les perspectives aux USA, les vrais chiffres on les connait. Il ne seront pas différent en France. Sinon démontrez le, vous connaissez les itinéraires techniques, c'est facile à chiffrer.

JFK | 24 mars 2014 à 17h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cela ne change donc pas: si on est d'une opinion différente des gentils, on est forcément un méchant. Eh bien je fais résolument partie des méchants, même si je ne suis pas salarié ni soudoyé par le diable Monsanto.
Courage à Yann et à WS. Soutien sur le fond comme sur la forme.
L'interdiction est parfaitement hypocrite, pour la simple raison que les denrées agricoles sont importées (suivez ce que prépare la CE en matière de commerce international) et que la CE n'a de cesse de torpiller la production agroalimentaire européenne. Ces produits finissent d'une manière ou d'une autre dans l'assiette de lio... ça alors!

Albatros | 28 mars 2014 à 19h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…