En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Journée sans voiture à Paris : un impact "significatif" sur la pollution

Transport  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

La Ville de Paris a organisé dimanche 27 septembre sa première journée sans voiture. Les Franciliens et visiteurs étaient invités à laisser leur véhicule au parking le temps d'une journée, de 11h à 18h, et à se déplacer en transports en commun, à pied ou à bicyclette. Certains quartiers au centre de Paris, dont l'avenue des Champs Elysées, étaient entièrement fermés à la circulation ainsi que dans les bois de Boulogne et de Vincennes. Ailleurs, la circulation a été limitée à 20 km/h (hors périphérique) dans la capitale.

A deux mois de la Conférence Paris Climat (COP 21), l'objectif de cette journée était de "rendre l'espace public moins pollué et plus agréable, en réduisant la place de la voiture et en développant les mobilités douces", a souligné la maire de Paris Anne Hidalgo.Tous les véhicules à moteur étaient concernés par l'interdiction, y compris les véhicules GPL, les voitures électriques, les deux-roues et trois-roues motorisés. A l'exception des taxis, des bus, des véhicules de secours, de lutte contre l'incendie, de police, de gendarmerie, de douanes ou encore des véhicules de livraisons et déménagement.

Selon le bilan réalisé par l'association de surveillance de la qualité de l'air Airparif, cette journée a eu un "impact significatif mais très local", avec des niveaux de dioxyde d'azote (NO2) en baisse de 20 à 40% dans la zone fermée à la circulation, par rapport "à un dimanche similaire". Ainsi, les niveaux de NO2 étaient plus bas de 40% sur la station du quai des Célestins (Paris 4e), de 30% sur les Champs Elysées (Paris 8e) et de 20% place de l'Opéra (Paris 9e) par rapport au dimanche 6 septembre, précise Airparif.

L'association souligne un effet de la mesure sur les zones avoisinant celles fermées à la circulation : par exemple, au boulevard de Soult (Paris 12e), avec une baisse de l'ordre de 20% des niveaux de dioxyde d'azote. En revanche, aucun impact n'a été relevé sur le boulevard périphérique (entre la Porte Dorée et Saint-Mandé), "traduisant probablement un report de trafic ou un contournement de Paris par les automobilistes", indique Airparif. "D'une manière générale", les niveaux "généraux" de pollution de l'air ont donc été "plutôt bas" sur Paris pour ce dimanche 27 septembre, conclut l'association.

Energie sonore divisée par deux

L'environnement sonore a également été "apaisé dans le centre de la capitale du fait de la restriction de circulation", selon le bilan réalisé par Bruitparif, l'observatoire du bruit en Ile-de-France. Une baisse moyenne de trois décibels pondérés (dB(A)) a ainsi été constatée sur la période 11h-18h par rapport aux dimanches 6 et 20 septembre : -3,9 dB(A) rue de Rivoli, -2,9 dB(A) quai rive gauche Anatole France, -2,2 dB(A) boulevard Sébastopol. Une diminution de 3 dB(A) correspond à "une énergie sonore divisée par deux", rappelle Bruitparif.

En revanche, sur les lieux "emblématiques", les baisses ont été "moins fortes" : -1,2 dB(A) place Saint Michel et -0,3 dB(A) "seulement sur l'avenue des Champs Elysées, ces lieux ayant été envahis par une foule ravie de pouvoir se réapproprier l'espace public", explique Bruitparif. Les "sonorités humaines et festives y ont donc en grande partie remplacé les bruits habituels de circulation", ajoute-t-il.

Cette première édition "a vocation à être renouvelée chaque année", a indiqué la mairie de Paris.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager