En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les députés adoptent le super malus auto qui pourra atteindre 20 000 euros

Transport  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

L'Assemblée nationale a adopté, ce mardi 17 décembre, un amendement du Gouvernement au projet de loi de finances pour 2020 (PLF 2020) qui déplafonne le malus auto. Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, avait annoncé, début décembre, devant des représentants de la filière automobile, que le Gouvernement travaillait à l'élaboration d'un super malus.

Le projet de loi présenté en septembre plafonnait à 12 500 euros le malus pour les véhicules émettant plus de 172 grammes de CO2 par kilomètre (gCO2/km). L'amendement fait grimper progressivement ce malus à partir de 173 gCO2/km pour atteindre 20 000 euros pour les véhicules dépassant 180 gCO2/km. Actuellement, le malus le plus important s'élève à 10 500 euros et concerne les véhicules émettant plus de 191 gCO2/km.

Le Gouvernement a conservé la double grille de malus prévue dans la version originelle du projet de loi. L'amendement modifie aussi la grille moins sévère applicable au 1er juillet 2020 en raison de l'application de la nouvelle méthode d'homologation des véhicules, dite « WLTP », mise en œuvre suite au dieselgate. Il lève, là-aussi, le plafond de 12 500 euros applicable aux véhicules émettant plus de 200 gCO2/km. Le malus monte progressivement jusqu'à 20 000 euros pour les véhicules émettant plus de 212 gCO2/km.

« Cette mesure s'accompagne (…) d'une augmentation des ressources dédiées à l'aide à l'accompagnement de la filière automobile dans la transition écologique. Quelques 35 M€ seront ainsi apportés sur le programme 134 et 15 M€ de dividendes de Bpifrance seront réutilisés pour porter l'engagement en faveur de la filière à 50 M€, soit le rendement estimé de cette mesure », indique le Gouvernement, qui souhaite rassurer la filière automobile.

Réactions4 réactions à cet article

 

Cela fera assurément très chic dans les sphères très friquées de se payer le luxe d'un super malus écologique. Le prochain snobisme ?

Pégase | 18 décembre 2019 à 13h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour une fois qu’une hausse de prix n’influera pas directement l’étudiant, le jeune actif, la mère célibataire, ou le gilet jaune qui doit payer son essence pour aller travailler, pourquoi est-ce qu’on ne pourrait pas être satisfait ??Je pense que c’est une bonne chose, ça va dans le bon sens (pour une fois).

Le problème de la voiture c’est qu’on a laisser faire les constructeurs toujours plus. Pourquoi des v8 de 500ch pour faire aller des véhicules de 2 tonnes à 280km/h ??? Ça sert à quoi ton compteur qui va jusqu'à 320 km/h ?

Chez les constructeurs, c’est la course à la puissance et à la vitesse, au détriment des performances environnementales. Et le pire c’est que les consommateurs aiment ça et en redemandent!

pulsar | 18 décembre 2019 à 14h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ pulsar : la mesure va assurément dans le bon sens, je suis d'accord.
Mais je trouve ce bonus-malus mal conçu dès le départ : uniquement focalisé sur le CO2 émis, il a favorisé la diésélisation à outrance du parc automobile, dont on s'est depuis rendu compte des impacts sur la santé. Mais tout le monde sait que cette mesure a été initialement fabriquée de toutes pièces à la fin des années 90 pour servir les intérêts financiers des fabricants français de voitures qui avaient misé gros sur les motorisations Diesel, cela sous couvert d'écologie. Un cas d'école de greenwashing institutionnel !
Par ailleurs, la propension des consommateurs a acquérir de grosses cylindrées afin d'afficher un prétendu statut social m'inspire guère de compassion à leur égard.

Pégase | 18 décembre 2019 à 15h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour le diesel : en effet, c’est typiquement européen (et surtout Francais). Au Québec, seulement les véhicules lourds sont au diesel (y compris ces monstres qu’on appelle ici à juste raison « camion » et en France « pick-up », comme les F150, Silverado, etc. qui ont une conso moyenne de 18L/100 à vide sur autoroute). Avec le litre de diesel à 1.33$ (environ 1euro), les gens peuvent se le permettre…

Concernant l’affichage du statut social par les voitures, c’est le résultat de la société de consommation d’aujourd’hui, probablement ce qui va mener l’humanité dans le mur. Des gens pensent au libre partage de voitures, sans pilote, électriques, espérons que la société évolue plus dans ce sens les prochaines années (même si c’est mal parti)

pulsar | 18 décembre 2019 à 16h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager