En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Trois organisations demandent l'interdiction mondiale du mercure

Trois organisations demandent aux institutions européennes de soutenir une interdiction mondiale du mercure dans le cadre des discussions lors de la prochaine réunion du Conseil d'administration du PNUE, du 5 au 9 février 2007 à Nairobi.

Risques  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Dans le cadre de leur campagne «Gardons la santé, arrêtons le mercure » lancée en octobre 2006, les organisations internationales à but non lucratif Health & environment alliance (HEAL) et Health care without harm (HCWH), en partenariat avec le Centre national de l'information indépendante sur les déchets (CNIID), ont réalisé une étude effectuée dans 21 pays.

Les résultats, publiés le 10 janvier dernier, montre que 95 % des plus de 250 femmes testées en âge de procréer présentent des niveaux détectables de mercure dans leur organisme mais ils sont toutefois en dessous du seuil fixé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Cependant, pour 16%, elles sont supérieures au seuil plus strict de l'United States national research council. Plusieurs rapports scientifiques ont déjà démontré qu'une exposition à de faibles niveaux de mercure lors d'une grossesse pouvait provoquer des dommages cérébraux chez les enfants.

Les trois organisations demandent donc aux institutions européennes de soutenir une interdiction mondiale du mercure dans le cadre des discussions prévues lors de la prochaine réunion du Conseil d'administration du PNUE, du 5 au 9 février 2007 à Nairobi. Ils appellent l'UE à travailler immédiatement à l'élimination du mercure, surtout dans les dispositifs médicaux. Nous souhaitons voir l'Union européenne adopter une interdiction du mercure dans les dispositifs de mesure, y compris ceux utilisés dans le secteur de la santé, tels les dispositifs liés á la pression artérielle. En milieu hospitalier, des dérogations ne devraient être accordées qu'en l'absence d'alternatives présentant un degré équivalent de précision et de fiabilité, explique Wiebke Winkler de la campagne « D'abord ne pas nuire » du CNIID, membre de la coalition internationale de HCWH.

Rappelons que l'UE a lancé en janvier 2005, un plan de lutte contre la pollution par le mercure au niveau mondial et européen. Ce plan comporte 20 mesures de réduction des émissions de mercure, de réduction de l'offre et de la demande et de protection contre les expositions, notamment au méthylmercure présent dans le poisson.
En novembre 2006, elle a proposé la mise en place d'une législation interdisant totalement les exportations de mercure en provenance de l'Union à compter de 2011. À cette date, le mercure qui ne sera plus utilisé par l'industrie du chlore et de la soude ainsi que le mercure obtenu à partir de la purification du gaz naturel ou de la production de métaux non ferreux devra faire l'objet d'un stockage sûr.

Globalement l'utilisation de composé mercuré est en diminution dans l'UE ainsi qu'au niveau mondial mais la demande mondiale se situe encore aux environs de 3 400 tonnes par an tandis que celle de l'UE des 15 représentait 440 tonnes en 2005. Le mercure est employé dans grand nombre de produits et procédés comme les manomètres et thermomètres, les amalgames dentaires ou les lampes fluorescentes. Les principales sources d'exposition sont la consommation de poisson, la mise en contact sur le lieu de travail et les sources industrielles comme les centrales au charbon, les incinérateurs des déchets ou bien les unités de production de chlore et de soude. Le mercure et ses composés sont toxiques pour l'homme et les écosystèmes. Les doses élevées peuvent entraîner la mort, mais des doses relativement faibles peuvent gravement endommager le système nerveux et ont été associées à de possibles effets nocifs sur les systèmes cardiovasculaires, immunitaires et reproducteurs.


*Ces résultats sont disponibles dans le rapport “Halting the child brain drain: Why we need to tackle global mercury contamination”, disponible en intégralité et en anglais sur les sites www.noharm.org et www.env-health.org.

Réactions2 réactions à cet article

 
Et le mercure des amalgames et des vaccins ?

Il y a de quoi être atterrés de constater que le sujet de la suppression de l'usage du mercure dans le domaine de la santé puisse passer totalement sous silence le mercure dentaire (amalgames dentaires) et le mercure médical (conservateur de certains vaccins). Et comble du ridicule et du scandale, que parmi ces "arbitres" européens penchés sur ce grave sujet , se trouve un organisme qui se nomme "Health Care Without Harm" . De qui se moque-t-on, à la fin?

Malena | 22 juin 2007 à 21h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
La Norvège interdit le plombage au mercure

La Norvège ne fait pas partie de l'Union Européenne. Est-ce pour cela qu'elle a eu le courage d'interdire tout produit contenant du mercure, y compris les amalgames dentaires depuis le premier janvier 2008:

Tandis que la France fait du buzz autour du Grenelle de l'environnement et que l'Europe palabre, d'autres agissent.

ça fait plaisir, même si c'est une goutte d'eau dans l'océan.

Seline | 06 janvier 2008 à 18h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager