Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Métaux critiques : création d'un fonds privé avec l'appui de l'Etat

Gouvernance  |    |  F. Gouty

Selon Agnès Pannier-Runacher, la ministre de la Transition énergétique, « si nous ne voulons pas vivre demain avec le nickel, le cobalt ou le lithium ce que nous avons vécu hier avec le gaz et le pétrole et si nous voulons assurer notre indépendance au XXIe siècle, la France et l'Europe doivent prendre leur destin en main ». Ce jeudi 11 mai, le gouvernement a annoncé l'ouverture d'un nouveau fonds d'investissement consacré à l'approvisionnement de la France en minerais et métaux critiques. Il met ainsi en œuvre l'une des mesures préconisées en la matière par le rapport rendu par l'ex-PDG du groupe PSA-Peugeot-Citroën (aujourd'hui Stellantis), Philippe Varin, en janvier 2022.

Ce nouveau Fonds métaux critiques (ou FMC) n'est cependant pas lancé par l'État, mais par InfraVia Capital Partners, une société française d'investissements privés (notamment dans les énergies renouvelables). Il s'appuiera aussi bien sur de l'argent public que sur des investisseurs industriels privés. InfraVia entame ainsi une levée de fonds dans le but d'atteindre une enveloppe d'un milliard d'euros avant la fin de l'année et de deux milliards à terme. L'État s'est déjà engagé à débloquer 500 millions du plan France 2030 à cet égard.

« Ce fonds aura un double enjeu : générer des rendements financiers de long terme liés à l'explosion de la demande de ces métaux et sécuriser l'approvisionnement pour l'industrie française et européenne, déclare le président d'InfraVia, Vincent Levita. (Les projets investis) porteront sur toute la chaîne de valeur ajoutée de ces métaux : de l'extraction à la transformation et au recyclage. » Compte tenu de la portée de ce fonds, son gestionnaire assure qu'il « appliquera les plus grandes exigences en matière d'ESG, aussi bien sur les conditions environnementales, les conditions sociales et les pratiques de gouvernance ».

Réactions3 réactions à cet article

Quand on voit le procédé d'extraction du lithium, au Pérou je crois, on se dit qu'on ne voudrait pas habiter à côté.
Alors qui seront les sacrifiés ? La Corrèze ? La Bretagne ? ou bien le fond de la mer ? L'Afrique en porte les marques.
Tout cela est bien compliqué !

28plouki | 15 mai 2023 à 10h35 Signaler un contenu inapproprié

M. F. Bayrou a été nommé haut commissaire au Plan depuis presque 2 ans. Au top de la hiérarchie. Aurait t-on oublié de le consulter ?
Quel est ce plan avec "Fonds privé avec aides de l' Etat" ? Est ce que c'est l' Etat qui sème le blé et le Fonds qui fait la moisson ? Qu' en est il de la situation actuelle ?
La Nouvelle Calédonie, qui est française, possède des ressources en Nickel. Dans une logique de performance industrielle, l' Etat aurait dû veiller à assurer un approvisionnement conséquent en Nickel pour la France. On s'attendait à ce que les stratèges politiques, commissaires au plan et autres aient sécurisé cet approvisionnement. Dans un article france - info : dec. 2021
" la "Grande Terre du nickel" comme on l’appelle encore, ne représente que 7 à 8 % de l’offre mondiale " ,
Bon, ce n'est pas le Pérou, mais on se dit serait déjà une sécurisation que d'en récolter une bonne partie pour nos toutes nouvelles usines de fabrications de batteries par exemple..
Hélas, plus loin . " Plus de 70 % des exportations calédoniennes de nickel étant destinées à la Chine, quand le géant s'enrhume, le prix du nickel tousse..."
La Chine possède presque tous les minerais de la Terre, s'approprie ainsi 70 % de cette richesse en Nickel !
C'est la Chine qui au gré de sa demande en Nickel, sa production, et santé économique qui fixe les prix !
Nos gouvernants doivent se montrer modestes après un tel fiasco ! Faire plus simple, suivre la demande et fabriquer des casseroles !!

J Cl M 44 | 15 mai 2023 à 20h34 Signaler un contenu inapproprié

En fait nos dirigeants suivent le côté financier, ils financent les flux quand ils se créent, ce ne sont pas des investisseurs.
Enfin, c'est mon opinion.
La production, toutes ces choses matérielles sont source d'ennui, de critiques mais la finance se fait en col blanc. On reste propre.

28plouki | 16 mai 2023 à 12h14 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

OBSTAFLASH, feu de balisage nouvelle génération pour éolienne OBSTA
Multitec® 545 : analyseur multigaz mobile à plage de mesure H2S étendue SEWERIN