En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Méthanisation : un groupe de travail pour trouver des mesures vite et bien faites

Energie  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

Dans le droit fil de ce qu'il a fait pour l'éolien, le secrétaire d'Etat Sébastien Lecornu a installé un groupe de travail sur la méthanisation. L'idée est de mettre en discussion des "mesures concrètes" et aux effets directs sur l'accélération du développement des installations.

Cinq objectifs ont été actés lors de la réunion du 1er février : faire évoluer les dispositifs de soutien, renforcer le financement, simplifier la réglementation, faciliter le raccordement, et se pencher sur le bioGNV. Les premières mesures devraient être annoncées avant le salon de l'agriculture qui ouvre ses portes le 24 février prochain à Paris. Elles seront intégrées à la prochaine Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE).

Pour les professionnels du secteur, associés au groupe de travail, sa création est un "signe très positif", selon Coénove. L'association de la filière gaz entend surtout renforcer les objectifs de la PPE : "les 8 TWh inscrits dans la PPE pour 2023 sont d'ores et déjà réalistes. Il est cohérent (...) de viser 30% de gaz renouvelable en 2030", estime Bernard Aulagne, président de Coénove.

Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a été invité à mettre sur la table de premières mesures en matière de soutien public. Il a notamment défendu le maintien du tarif d'achat d'injection en guichet unique, mais aussi la création d'appels d'offres spécifiques pour que les installations de cogénération puissent passer à l'injection ou faire les deux à la fois. "Les conditions actuelles ne sont pas attractives", explique M. Passemard, vice-président de la commission bioenergies du SER. Des appels d'offres spécifiques seraient également les bienvenus pour le biométhane porté, c'est à dire le biométhane transporté vers un point d'injection.

En préparation depuis plusieurs mois voire années, l'arrêté fixant un tarif d'achat pour la cogénération de biogaz issu de centre de stockage de déchets est également fortement attendu par le secteur. "Le gouvernement veut avancer vite. Ça donne un rythme. On est dans le concret et le pragmatisme", constate M. Passemard.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…