En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Climat : un tiers des populations d'ours polaires en déclin d'ici 2050

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

La fonte de la banquise impactée par le changement climatique est "la menace la plus grave pour la survie de l'ours polaire", a alerté l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), dans sa dernière Liste rouge des espèces menacées parue le 19 novembre.

"Sur la base des données scientifiques les plus récentes et les plus solides, cette évaluation montre que le changement climatique continuera d'être une grave menace (…) à l'avenir", a déclaré Inger Andersen, directrice générale de l'UICN, dans un communiqué.

Des études récentes montrent en effet que la perte de la banquise arctique a progressé "plus vite que ce que la plupart des modèles climatiques laissaient suggérer", prévient l'UICN. Ainsi, l'étendue des glaces au mois de septembre a subi un déclin linéaire de 14% par décennie entre 1979 et 2011. Or, les ours polaires "dépendent directement de la banquise pour accéder à leurs proies. Une période de cinq mois ou plus sans glace entraînera un jeûne prolongé pour l'espèce, ce qui est susceptible de causer des problèmes d'infertilité accrue ou de famine dans certaines régions", déplore l'organisation.

Les études montrent "une forte probabilité d'un déclin de plus de 30% dans la population d'ours polaires dans les 35-40 années à venir", prévient l'UICN. En plus de la perte de la banquise, la pollution, la prospection de ressources et les modifications des habitats dues aux activités humaines représentent aussi des menaces potentielles. L'exploitation pétrolière dans l'Arctique, par exemple, comporte "un large éventail de dangers allant des marées noires à des rencontres plus fréquentes entre les ours et les êtres humains", ajoute-t-elle.

L'ours polaire demeure classé "vulnérable" sur la Liste rouge. L'UICN salue toutefois la mise en place en septembre 2015 du premier Plan d'action circumpolaire par les Etats de l'aire de répartition de l'espèce (Canada, Danemark pour le Groenland, Norvège, Russie et Etats-Unis). Selon le WWF Canada, ces pays sont engagés à mettre en œuvre un plan d'une durée de 10 ans visant à garantir la survie à long terme des ours polaires à l'état sauvage. Ce plan identifie sept menaces majeures à la santé et à la diversité des sous-populations d'ours polaires à travers l'Arctique, et inclut les changements climatiques en tant que "menace numéro un à la survie de l'espèce". L'UICN collabore avec ces pays "afin d'aider à la mise en œuvre du plan adopté de la façon la plus efficace et la plus coordonnée possible. Nous espérons vivement que ce plan d'action portera ses fruits et permettra de changer les perspectives de conservation de l'espèce", a indiqué Dag Vongraven, président du Groupe de spécialistes des ours polaires de l'UICN.

La Liste rouge comprend actuellement 79.837 espèces évaluées, parmi lesquelles 23.250 sont menacées d'extinction.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager