En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Panneaux photovoltaïques : la Commission adopte des mesures antidumping

La Commission européenne a choisi d'appliquer des mesures antidumping aux panneaux photovoltaïques chinois. Si elle souhaite continuer la discussion avec Pékin, cette dernière vient d'ouvrir une enquête sur les importations de vins de l'UE.

Energie  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

La Commission européenne a finalement tranché en faveur de droits de douane sur les importations de panneaux photovoltaïques chinois. Elle a toutefois choisi de durcir progressivement la sanction, pour laisser une porte entrouverte à la discussion. Ainsi à partir du 6 juin, des droits antidumping provisoires de 11,8% seront imposés sur les wafers, cellules et modules d'origine chinoise durant deux mois puis, en l'absence d'accord, ces taux passeront en moyenne à 47,6% à partir du 6 août.

"Notre action vise à assurer une concurrence loyale et le respect des règles commerciales internationales de l'Organisation mondiale du commerce auxquelles l'Europe et la Chine ont souscrit, a justifié Karel De Gucht, le commissaire européen au commerce, disposer de panneaux pas chers et abondants semble à première vue intéressant mais cela finira par conduire à une course vers le bas et tout le monde sera perdant ".

Un choix qui divise

Les enjeux liés à cette décision divisent les différentes parties prenantes. En particulier, des pays comme l'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas souhaitaient continuer le dialogue et ne pas entrer dans une confrontation ouverte.

A travers Nicole Bricq, ministre du commerce extérieur et Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, le gouvernement français a, quant à lui, salué et soutenu la position de la Commission européenne. Les ministres appellent désormais "à l'esprit de responsabilité et à la solidarité communautaire".

Selon la Commission, les panneaux chinois occupent 80% des parts de marché de l'UE. La Chine produirait aujourd'hui l'équivalent de 150% de la consommation mondiale totale de panneaux. Autre grief : selon la Commission, un prix de vente "équitable" des panneaux solaire chinois serait 88% plus élevé que le prix actuel.

"Nous sommes soulagés que la Commission européenne ait finalement décidé d'introduire des mesures concrètes contre le dumping chinois, qui a déjà coûté des milliers d'emplois et plus de 60 fermetures d'usines au sein de l'industrie solaire européenne", a réagi dans un communiqué, EU ProSun, groupement de fabricants solaires européens à l'origine de la plainte initiale.

Un soulagement que ne partage pas tous les acteurs de la filière. Pour Jean-Pascal Pham-Ba, secrétaire général de la société Solairedirect, la concurrence livrée par les entreprises chinoises a contribué à la compétitivité du solaire par rapport à d'autres sources d'énergie électrique. "Si nous entrons dans une guerre avec la Chine, il n'y aura pas le meilleur des deux mondes, mais seulement des panneaux photovoltaïques européens peu nombreux et très chers…incompatibles avec le niveau de tarif d'achat - qu'ils bénéficient de la bonification ou pas, déplore t-il, une politique protectionniste aura pour effet immédiat compte tenu des politiques tarifaires gouvernementales, l'arrêt complet du développement de l'activité solaire".

L'Alliance pour une Energie Solaire Abordable (AFASE), "groupement d'entreprises de l'industrie photovoltaïque européenne" s'oppose également à l'imposition de droits antidumping à l'encontre des produits solaires importés de Chine. Celle-ci considère que "des prélèvements à l'importation de 60%" menacent "plus de 240.000 emplois dans l'industrie solaire principalement dans le secteur de la construction et de l'installation". Une position soutenue par plusieurs ONG écologistes. "Plutôt que de regarder la situation dans son ensemble (…), la Commission se concentre sur un problème mineur, estime Stephan Singer, en charge de la politique énergétique mondiale au WWF, la destruction de nouvelles activités commerciales propres en s'engageant dans une guerre commerciale avec la Chine est la dernière chose dont nous avons besoin en ce moment".

Les menaces de rétorsions de la Chine

Yannick Jadot, député européen EELV, vice-président de la commission du commerce international regrette quant à lui la révision à la baisse des mesures anti-dumping finalement adoptées par la Commission. "Depuis plus d'un an, la Chine a menacé de rétorsions d'abord les acteurs de la filière photovoltaïques, puis l'Europe, enfin les États-membres les plus fragiles qui dépendent pour partie des investissements chinois" dénonce t-il.

Cette dernière a mis ses menaces à exécution. En réaction à la décision de la Commission, Pékin a annoncé l'ouverture d'une enquête sur les importations de vins de l'Union européenne. Selon l'AFP, le montant annuel de ces exportations européennes vers la Chine dépasse 1 milliard d'euros. La France est le premier exportateur européen vers la Chine avec 140 millions de litres de vin vendus en 2012, pour un montant de 788 millions de dollars, selon les douanes chinoises.

Réactions4 réactions à cet article

 

Faut-il devenir complètement cynique et provocateur ?
Les panneaux photovoltaïques sont destinés à produire de l'électricité, entre autres pour se chauffer.
Si on importe moins de panneaux donc, in fine, moins de possibilités de se chauffer on pourra au moins garder du vin dont la consommation réjouit le cœur de l'homme c'est bien connu, tout en en réchauffant son corps bien entendu.

Jean-claude Herrenschmidt | 06 juin 2013 à 10h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Excellente décision de l'UE, il faut une protection anti-dumping si nous voulons développer une industrie verte en Europe. Les autres pays l'ont bien compris (USA, Japon, Brésil, etc.).

D'autre part le WWF se trompe sur ce sujet : le photovoltaïque perd de son intérêt écologique si le lieu de production des panneaux est trop éloigné du lieu d'installation (ce qui est typiquement le cas entre la Chine et l'UE).

spf | 06 juin 2013 à 10h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et si on arrêter toutes ces stupidités photoviltaïque et éolien sont trés pervers et trés peu efficaces en France ....nous allons vers une explosion sociale avec tout ça ...je préférerais qu'on dépense de l'argent pour economiser et non pour produire tjrs + et surtout avec si peu d'efficité . Un gaspillage monstrueux surtout avec de l'électricité revendu à EDF

carl | 06 juin 2013 à 15h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Industrie verte" = greenwashing
Autoproclamer son industrie comme étant "verte" relève d'un absolu cynisme, ce "label" vert, sans fondement aucun, étant décrété comme a priori "vertueux".
Arrêtons donc de salir cette couleur verte avec des concepts merdiques et mettons nous sérieusement à envisager l'avenir énergétique avec toutes les solutions possibles: lutte contre le gaspillage (gaz pillage?), contre la précarité, économies d'énergie (priorié absolue), diversification des sources (avec une vraie précaution). Il me semble qu'il y a assez de boulot pour se le compliquer avec les concepts "vertueux" ou écolos.

Albatros | 11 juin 2013 à 10h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager