Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le Parlement européen valide l'inclusion du nucléaire et du gaz fossile dans la taxonomie verte

Une majorité d'eurodéputés a approuvé, en session plénière, l'inclusion du gaz et de l'énergie nucléaire en tant qu'énergies de transition dans la taxonomie des investissements verts. Un vote serré, marqué par le clivage politique gauche-droite.

Energie  |    |  R. Boughriet
Le Parlement européen valide l'inclusion du nucléaire et du gaz fossile dans la taxonomie verte

Jour de vote crucial au Parlement européen, ce mercredi 6 juillet. Réunis en plénière, à Strasbourg, les eurodéputés se sont prononcés en faveur de l'inclusion du gaz fossile et du nucléaire dans la taxonomie verte. Ce classement détermine quelles seront les activités considérées comme « durables » et vers lesquelles les investissements seront orientés préférentiellement. Une majorité absolue de 353 députés était requise, mais n'a pas été atteinte pour bloquer le projet d'acte délégué (1) présenté, en février 2022, par la Commission européenne.

Ce texte de compromis propose de classer, sous conditions, le gaz et le nucléaire dans les énergies de transition et donc éligibles à la finance verte. Ce mercredi, 328 parlementaires ont validé cet acte délégué et ont rejeté l'objection formulée contre ce texte. En revanche, 278 eurodéputés se sont opposés au texte de la Commission et 33 se sont abstenus. Ce vote est donc serré car il a manqué seulement 75 voix pour contraindre la Commission à retirer ou modifier sa législation.

Le 14 juin dernier, les eurodéputés des commissions des affaires économiques et de l'environnement avaient d'ailleurs voté contre l'intégration de ces deux filières controversées dans la taxonomie verte. Ils avaient considéré que les normes techniques pour les y inclure « ne respect(aient) pas les critères d'activités durables sur le plan environnemental ». Mais, en plénière, une majorité de députés n'a pas validé cette résolution.

La taxonomie, un sujet politique, une opération de « greenwashing »

Ce vote du Parlement est très marqué par un clivage politique gauche-droite. Car, sans surprise, les députés de gauche et les Verts se sont à nouveau opposés à l'acte délégué et fustigent, sur Twitter, le vote du Parlement. L'eurodéputée française Manon Aubry (France insoumise) dénonce un « vote de la honte » et « un sombre jour pour la planète ». « Notre objection portée avec les délégations Nupes est rejetée. L'alliance Macron-droite-extrême-droite au service des lobbies sauve donc le label vert scandaleux accordé au gaz et au nucléaire », critique la députée.

“ Le gagnant de ce greenwashing sera le régime de Poutine qui disposera d'une plus grande marge de manœuvre pour restreindre notre indépendance énergétique et profitera de milliards d'euros pour financer sa guerre contre l'Ukraine ” Michèle Rivasi, eurodéputée écologiste
Marie Toussaint, eurodéputée écologiste, déplore aussi une « défaite pour le climat et la nature » et « un énorme cadeau pour Poutine », en estimant que le texte de la Commission va prolonger la dépendance de l'Europe à l'égard du gaz russe. La députée rappelle que, selon un rapport de l'ONG Greenpeace, l'acte délégué de la Commission pourrait rapporter « des milliards d'euros » aux industries gazières et nucléaires russes. Un avis que partage la députée européenne écologiste Michèle Rivasi : « Chaque euro pour ces énergies manque à l'investissement indispensable dans les énergies renouvelables, moins chères et plus rapides à déployer. Le gagnant de ce greenwashing sera le régime de Poutine qui disposera d'une plus grande marge de manœuvre pour restreindre notre indépendance énergétique et profitera de milliards d'euros pour financer sa guerre contre l'Ukraine. »

À l'issue de ce vote, les organisations écologistes (Greenpeace, Réseau Action climat, Amis de la Terre, France Nature Environnement, Sortir du nucléaire, etc.) dénoncent aussi une opération de « greenwashing ». Pour Neil Makaroff, responsable Europe au sein du Réseau Action Climat, « repeindre le gaz fossile et le nucléaire en vert ne rendra pas l'Europe plus indépendante. Cela détournera des milliards d'euros loin de l'accélération des énergies renouvelables et des économies d'énergie pourtant seuls leviers permettant d'assurer la sécurité énergétique des Européens tout en luttant contre la crise climatique ».

Inclure le gaz et le nucléaire « pour poursuivre nos objectifs climatiques »

À l'inverse, les eurodéputés du groupe libéral-centriste Renew Europe (Renaissance) défendent leur vote et saluent « une décision responsable pour poursuivre nos objectifs climatiques et atteindre notre indépendance énergétique ». En validant l'acte délégué, les députés confortent, en effet, la position de la Commission qui estime que le gaz et le nucléaire sont indispensables pour atteindre la neutralité carbone en 2050, mais que ces sources d'énergie peuvent aussi être étiquetées durables sous certaines conditions. Le député Pascal Canfin (Renaissance) rappelle ainsi les garde-fous prévus dans ce texte. « Par exemple, les conditions posées par la taxonomie pour le gaz sont précises : le gaz est possible uniquement pour remplacer du charbon, jusqu'en 2030, sous des seuils d'émissions qui ne sont pas considérés comme dangereux et avec des obligations de transparence renforcées », souligne-t-il. Concernant le nucléaire, « il est clair que cette énergie est à la fois décarbonée et comporte des risques spécifiques. Elle peut donc être utile à la transition sans pouvoir être classée comme "verte" à la différence des énergies renouvelables. C'est exactement le sens de l'acte délégué », affirme M. Canfin.

Le Parti populaire européen (PPE, droite et centre-droit) se réjouit aussi de ce vote. « En plus des énergies renouvelables, des investissements dans l'énergie nucléaire et le gaz (non russe) comme tremplin vers l'hydrogène seront nécessaires dans les années à venir. Il est encourageant de voir qu'une majorité du Parlement européen voit cela et rejette l'opposition à la proposition de taxonomie », se félicite la députée néerlandaise Esther de Lange, membre du PPE. Même son de cloche de la part d'Agnès Evren, députée européenne (PPE) et vice-présidente des Républicains (LR) : « Refuser de reconnaître le nucléaire comme énergie de transition serait faire une croix sur nos objectifs climatiques, soyons réalistes ! Si je comprends les controverses politiques actuelles sur le gaz en raison de la guerre en Ukraine, j'alerte depuis des mois mes collègues européens sur le danger de refuser cet acte délégué. Le nucléaire est un élément essentiel du mix énergétique français, mais également du mix énergétique européen. »

La bataille contre ce texte se mènera devant les tribunaux

Si ni le Parlement ni le Conseil des États membres ne s'opposent à l'acte délégué sur la taxonomie d'ici au 11 juillet 2022, ce texte entrera en vigueur et s'appliquera à partir du 1er janvier 2023. À noter : pour s'y opposer, la majorité qualifiée du Conseil européen doit réunir vingt États membres représentant 65 % de la population européenne. Or, l'Autriche et le Luxembourg, opposés au texte, ont déjà menacé de poursuivre la Commission en justice. « L'avenir de cet acte délégué est désormais entre les mains de la CJUE (Cour de justice de l'Union européenne, ndlr) qui devrait être saisie incessamment par l'Autriche. Souhaitons-lui de la clairvoyance, et de préserver les générations futures », indique la députée Marie Toussaint.

L'ONG Greenpeace envisage aussi des recours judiciaires. « Les industries fossiles et nucléaires ont gagné une bataille aujourd'hui. Nous allons désormais mener le combat devant les tribunaux. Nous y dénoncerons les tractations honteuses menées en coulisses par la Commission européenne et les pays pro-gaz et pro-nucléaires, dont la France, avec le soutien des lobbies russes. Nous ferons tout pour que les tribunaux mettent un terme à ce greenwashing éhonté », déclare Pauline Boyer, chargée de campagne transition énergétique pour Greenpeace France.

1. Télécharger le projet d'acte délégué
https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-39038-PDF1-taxonomy-regulation-delegated-act-2022-631-en.pdf

Réactions4 réactions à cet article

Une décision très discutable voire incompréhensible ! pauvre planète !

Mary38 | 07 juillet 2022 à 11h30 Signaler un contenu inapproprié

Le premier critère doit être climatique, car il concerne l'environnement et donc la Vie sur Terre, puis éthique au regard des générations futures auxquelles on lègue nos déchets et problèmes. Le coté moral socioéconomique est donc, pire que secondaire, il est tertiaire, et doit prévaloir sur les considérations de luttes géostratégiques immatures.
Le nucléaire étant une énergie importée dans la biosphère, elle provoque une légère augmentation de son niveau d'énergie, donc de sa température, qui passe le relais au processus amplificateur ( effet de serre ) par thermohygrométrie. D'autre part, lorsque le résultat de cette amplification dépasse le potentiel de régulation thermique des cycles de l'eau, on bascule dans le réchauffement climatique global.
Ensuite, le gaz de couche, qu'il soit russe ou algérien, expose à une libération massive par séisme. Hors le PRG du méthane qui entre dans la composition de ces gaz de couche, a un PRG à to de 150. Il a un pouvoir d'accélération du réchauffement climatique très important ( PTG de 67 à 32 ans ). Pour se prémunir de ce risque on a donc intérêt à en privilégier la consommation par rapport aux autres ressources fossiles, qui, piégées dans la roche, ne nous exposent pas à ce risque de flash climatique.
L' usage de ce gaz de couche doit servir la transition énergétique, qui doit avoir pour objectif de nous satisfaire des énergies renouvelables issues de la biosphère, éolien, hydraulique, biomasse.
La frugalité énergétique s'impose.

Dan ARDUYNNA | 07 juillet 2022 à 15h30 Signaler un contenu inapproprié

Que coule à flot le Champagne dans les rangs des nucléophiles et des actionnaires des compagnies pétrolières ! Enfin, tant qu'il reste de ce vin effervescent, car au rythme auquel se généralise et s'accentue le réchauffement climatique, les vignes champenoises n'en ont plus pour bien longtemps...
Mais ces gens là se fichent bien pas mal de l'avenir : seule compte pour eux l'ivresse immédiate du cash-flow (binje banking ?) et l'opportunité de se goinfrer davantage !
Il est curieux et plutôt cocasse de voir aujourd'hui des membres français du PPE dénigrer les hydrocarbures russes : il fut un temps pas si éloigné durant lequel certains de leurs cadres (un certain François FILLON notamment) émargeaient sans scrupules aux juteux jetons de présence de conseils d'administrations de sociétés adoubées par le Kremlin (quand bien même la Crimée était déjà annexée par la Russie, agression qui laissait peu de doutes quand à ses ambitions géostratégiques...).
A-t-on une idée des motivations de l'Autriche et du Luxembourg (pourtant longtemps paradis fiscal de nombreuses compagnies pétrolières et du nucléaire) à s'opposer à ce texte adopté ?

Pégase | 08 juillet 2022 à 13h01 Signaler un contenu inapproprié

De toutes façons ce verdissement ne trompe plus grand monde. Les mêmes décisionnaires attardés et ceux qui les auront élus viendront ensuite pleurer parce que leurs biens immobiliers auront été engloutis dans une inondation ou une coulée de boue ou submergés par la mer, ou qu'ils auront été irradiés lors d'un accident nucléaire, ou que leurs vieux parents seront morts prématurément d'une vague de chaleur, etc... etc...dans ce cas moi je dis , bon débarras !

gaïa94 | 14 juillet 2022 à 22h15 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

OBSTAFLASH, feu de balisage nouvelle génération pour éolienne OBSTA
Équipements sélectionnés pour vos projets en énergie solaire photovoltaïque AXDIS PRO