Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le parquet de Marseille met en examen la société Alteo dans l'affaire des boues rouges

Risques  |    |  F. Gouty

L'affaire dite « des boues rouges » n'est pas terminée. Ce vendredi 19 janvier, le journal Le Monde (1) rapporte que l'entreprise française à l'origine du scandale, Alteo, a été notifiée de sa mise en examen par le tribunal judiciaire de Marseille en octobre 2023. La société, aujourd'hui filiale du groupe franco-guinéen United Mining Supply International (UMSI), a répondu « prendre acte » de cette décision et s'engager à « poursuivre activement ses efforts pour réduire son empreinte environnementale ». Elle a assuré avoir interrompu son activité de raffinage des bauxites (laquelle avait entraîné le déversement des fameuses boues riches en fer) et entamé un programme de décarbonation, notamment à travers l'installation d'une chaudière électrique financée dans le cadre de l'appel à projets « Industrie zéro fossile » du plan France 2030.

Pour rappel, l'affaire remonte à l'ouverture d'une information judiciaire en 2018 par le parquet de Marseille. Celle-ci visait les déversements de boues rouges dans la mer Méditerranée, déchets du processus industriel de l'usine de production d'alumine d'Alteo, à Gardanne (Bouches-du-Rhône). La présence de nombreuses substances toxiques à des niveaux très élevés dans l'effluent liquide (seul élément déversé depuis le stockage des boues solides au voisinage de l'usine), dans des relevés s'étalant entre 2016 et 2021, était en infraction avec les normes de sécurité sanitaire et environnementale en vigueur. « Au total, les enquêteurs (du pôle santé publique du parquet de Marseille) ont comptabilisé soixante-quatre non-respects des valeurs limites d'émissions entre 2016 et 2021 », rappelle notre confrère du Monde.

1. Accéder à l'article du journal Le Monde
https://www.lemonde.fr/planete/article/2024/01/19/boues-rouges-la-societe-alteo-mise-en-examen-pour-les-rejets-de-son-usine-de-gardanne-dans-la-mediterranee_6211718_3244.html#

Réactions2 réactions à cet article

"un programme de décarbonation, notamment à travers l'installation d'une chaudière électrique financée dans le cadre de l'appel à projets « Industrie zéro fossile »"

On y croit pas, zéro fossile alors que la majorité de l’électricité provient de l'uranium, puis du gaz et enfin du charbon! Et que de toute manière il n'y en aura jamais assez pour les millions de pompes a chaleurs et véhicules électriques dont on nous vente les bienfaits pour la planète.
Des politiques immatures https://www.actu-environnement.com/ae/news/etude-supply-chain-circulaire-cabinet-citwell-produrable-43317.php4#ntrack=cXVvdGlkaWVubmV8MzQ1NQ%3D%3D[MzgyMTY3] et totalement incompétentes.

ouragan | 22 janvier 2024 à 09h06 Signaler un contenu inapproprié

L'étonnant est d'abord que cet industriel pollueur depuis des dizaines d'années, qui devrait donc verser des compensations à l'Etat pour le déversement (licite, puis illicite) des fameuses boues rouges dans la mer au coeur du Parc national des Calanques, puisse prétendre à un financement d'une chaudière électrique dans le cadre d'un appel à projet officiel. Cherchez l'erreur...

mangouste | 22 janvier 2024 à 17h21 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires