En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

REP Bateaux de plaisance : l'Aper se tourne vers les clubs de la Fédération française de voile

Déchets  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

L'Association pour la plaisance écoresponsable (Aper) et la Fédération française de voile (FFVoile) annoncent s'associer pour gérer la fin de vie des bateaux des clubs de voile affiliés. Deux opérations de collecte seront organisées en partenariat avec les 24 centres de traitement agréés par l'Aper, l'éco-organisme en charge de la responsabilité élargie du producteur (REP) pour les déchets issus de bateaux de plaisance ou de sport (DBPS). L'Aper propose de financer ainsi la collecte et le traitement de 500 bateaux de plaisance. Il s'agît d'« un premier pas », explique la FFVoile qui espère que d'autres suivront, en partenariat avec des acteurs privés ou institutionnels.

L'opération devrait aussi permettre à l'Aper de se rapprocher de l'objectif assigné par les pouvoirs publics. L'agrément de l'éco-organisme prévoit qu'il traite 2 400 bateaux la première année, puis 3 600, 4 700, 5 900 et 6 100 la cinquième année. Pour l'instant, l'Aper revendique la déconstruction de « plus de 800 bateaux » depuis le lancement de la REP en septembre 2019.

Chaque année les clubs de voile renouvellent une partie de leur flotte. « Ce renouvellement engendre la "sortie" de nombreuses unités et même si le marché de l'occasion offre une deuxième vie à de nombreux bateaux, un certain nombre doit être déconstruit », explique l'Aper. L'éco-organisme propose donc de vider les hangars des clubs fédéraux en organisant deux collectes. La première, en novembre 2020, permettra de répondre aux premières demandes, avant d'étendre le dispositif au printemps 2021 avec « un maillage territorial plus important ». L'Aper précise qu'« afin de se faire connaître, les clubs volontaires recevront de la part de la fédération un questionnaire qui permettra d'évaluer les volumes, le matériel à déconstruire et sa répartition géographique ».

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager