Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pêche : la Commission européenne interdit le chalutage dans une partie de l'Atlantique

MAJ le 20/09/2022
Biodiversité  |    |  Félix Gouty

Ce jeudi 15 septembre, la Commission européenne a pris la décision d'interdire la pêche de fond dans une zone cumulée de 16 419 km2. « Les écosystèmes remarquables au-delà de 400 mètres de profondeur vont enfin pouvoir souffler et cesser de se faire broyer par des énormes engins industriels », s'est réjoui Claire Nouvian, fondatrice de l'association Bloom. Cette dernière appelle désormais à « fixer le cap d'une interdiction du chalutage de fond dans toutes les aires marines jusqu'ici faussement "protégées" de l'Union européenne ».

   
Les espaces interdits la pêche de fond. © Bloom
 
   
Cet acte d'exécution, proposé par Virginijus Sinkevičius, commissaire européen à l'Environnement, aux Océans et à la Pêche, a été adopté en application du règlement relatif à l'accès aux eaux profondes introduit en 2016. Il prévoit d'interdire l'accès de 87 « zones sensibles » de plus 400 mètres de profondeur à tous les engins de fond : chaluts de fond, les dragues, les filets maillants de fond, les palangres de fond, les casiers et les pièges. Ces zones, qui recouvrent 57 écosystèmes jugés « vulnérables », se situent dans l'Atlantique du Nord-Est, au large des côtes d'Irlande, de France, d'Espagne et du Portugal. Elles ne représentent néanmoins que 1,16 % du volume des eaux communautaires européennes de l'Atlantique. « Ces fermetures offrent une protection supplémentaire pour aider à restaurer les écosystèmes marins vulnérables tels que les récifs coralliens des eaux froides, les monts sous-marins et les failles en eaux profondes », souligne la Commission européenne.

« Cette décision est importante, car elle réaffirme l'importance des mesures de protection des grands fonds, malgré les objections du gouvernement espagnol et de certains secteurs de l'industrie de la pêche », a réagi Matthew Gianni, conseiller politique de la Coalition pour la conservation des fonds marins (DSCC). Ce dernier fait référence, notamment, à l'opposition de l'Espagne face à la proposition lors de sa présentation devant la Commission, en juin dernier. Par ailleurs, dans une déclaration à l'AFP, l'Alliance européenne pour la pêche de fond (EBFA) a dénoncé l'absence d'une étude d'impact économique d'une telle mesure. L'acte d'exécution en question entrera en vigueur vingt jours à compter du 19 septembre, sa date de parution au Journal officiel de l'Union européenne.

Réactions1 réaction à cet article

 

Même si cela ne représente qu'un infime portion du volume des eaux communautaires, cette décision de l'UE constitue une excellente nouvelle pour la biodiversité de l'Atlantique et un signal fort à l'adresse de grosses sociétés de pêche industrielles (soutenues par l'Espagne, la France ou encore les Pays-Bas). Reste néanmoins à ce que cette salutaire interdiction, une fois rendue effective, soit bien respectée et contrôlée à l'avenir.
Décidément, tout comme le bon vin, l'UE semble se bonifier avec l'âge ! Santé !

Pégase | 19 septembre 2022 à 10h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

RiverSurveyor : profileur acoustique pour la mesure de débits en rivières Xylem Analytics France
Votre conseil juridique en matière de biodiversité et d'espèces protégées Cabinet Valentin Renoux - Avocat