En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Perturbateurs endocriniens : la France ne veut plus de dérogation dans la définition

Risques  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

A l'occasion du colloque "Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens" organisé le 10 octobre, Brune Poirson a rendu publique la position française suite au véto du Parlement européen sur les perturbateurs endocriniens (PE). La secrétaire d'Etat a déclaré "prendre acte du vote du Parlement" et "invite la Commission européenne à soumettre une nouvelle définition des PE ambitieuse et rigoureuse".

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a envoyé une lettre au commissaire européen à la santé demandant de retirer l'exemption accordée aux pesticides créés spécifiquement pour agir sur le système hormonal. Cette exemption introduite au dernier moment dans la dernière proposition de définition de la Commission européenne avait surpris. Malgré tout, la France avait voté favorablement à la définition proposée. Aujourd'hui, elle souhaite profiter de la réécriture pour supprimer la dérogation tant décriée.

Vers un étiquetage des produits de grande consommation

La secrétaire d'Etat a également annoncé plusieurs actions nationales et notamment le lancement d'une réflexion sur les possibilités techniques et juridiques pour un étiquetage des produits de grande consommation.

Un budget supplémentaire de 2 millions d'euros issu de l'enveloppe ministérielle sera également alloué au lancement d'un nouveau programme de recherche sur les perturbateurs endocriniens. "Cela viendra en addition des recherches réalisées dans le cadre du programme national environnement santé travail", a souligné Brune Poirson.

La secrétaire d'Etat a promis aux participants du colloque et au Réseau Environnement Santé (RES), l'organisateur, que la santé-environnement sera un axe majeur de la future stratégie santé attendue pour la fin d'année.

Le ministère compte en outre lancer à l'été prochain un site d'informations dédié aux perturbateurs endocriniens et organiser en 2018 une journée nationale sans PE pour sensibiliser aux bons gestes et informer les citoyens.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…