Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

PFAS : l'OMS relève le niveau de cancérogénicité de deux substances

Risques  |    |  F. Gouty
PFAS : l'OMS relève le niveau de cancérogénicité de deux substances

La dangerosité potentielle pour l'être humain de deux « polluants éternels » vient d'être attestée par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il s'agit de l'acide perfluorooctanoïque (PFOA) et de l'acide perfluorooctanesulfonique (PFOS) de la famille des substances per- et polyfluoroalkylés (PFAS). Dans un avis (1) publié, le 30 novembre, dans la revue médicale The Lancet Oncology, les experts du Circ ont classé le premier dans la catégorie « cancérogène pour l'homme » et le second dans la catégorie « peut-être cancérogène pour l'homme ».

Ces deux évaluations, dites monographiques, ont été tranchées sur la base d'une « forte augmentation du nombre d'études (scientifiques) sur le cancer chez l'homme » en rapport à « un niveau relativement faible d'exposition » à ses deux substances. En 2014, le PFOA avait déjà été classé comme « possible cancérogène pour l'homme ». Si sa cancérogénicité semble aujourd'hui réelle, du point de vue du Circ, c'est que les dernières observations relevées font état « d'indications suffisantes » de cancer chez l'animal de laboratoire, « d'indications fortes » d'autres facteurs, comme l'immunosuppression, et même de cas « limités » de tumeurs rénales ou de cancers du testicule chez l'homme. Le PFOS, jamais évalué auparavant, présente, quant à lui, les mêmes risques d'effets physiologiques que le PFOA, mais n'est associé qu'à des cas limités de cancers chez l'animal et à des « indications insuffisantes » de cancers chez l'homme.

Pour rappel, ces deux substances se retrouvent dans les mousses anti-incendie, dans certains emballages alimentaires, produits cosmétiques, ustensiles de cuisine, vêtements imperméables et tapis. Les professionnels de l'industrie chimique et de la gestion des déchets sont les personnes potentiellement les plus exposées, mais l'alimentation et d'autres produits de consommation peuvent notamment affecter la population générale.

1. Accéder à l'étude de The Lancet Oncology
https://www.thelancet.com/journals/lanonc/article/PIIS1470-2045(23)00622-8/fulltext

Réactions2 réactions à cet article

Bonjour,

Sauf erreur, les deux substances PFOA et PFOS (qui font partie de la famille des PFAS regroupant plus de 2500 substances) sont interdites à la production, import/export en Europe par le règlement REACH. Ces composés ont été les premiers cités par le protocole de Stockholm. Il ne sont pas présents dans les produits que vous citez dans la phrase suivante : "Pour rappel, ces deux substances se retrouvent dans les mousses anti-incendie, dans certains emballages alimentaires, produits cosmétiques, ustensiles de cuisine, vêtements imperméables et tapis." En revanche, ces produits peuvent effectivement contenir d'autres molécules PFAS pas encore réglementées par REACH.


Cordialement,
Axelle Bourry

axelle | 04 décembre 2023 à 10h18 Signaler un contenu inapproprié

Bonjour madame,
Merci pour votre lecture et votre commentaire.

Pour vous répondre, vous avez raison, mais je m'en suis tenu en cela (certes, de manière synthétique) aux explications du Circ : "l’exposition se poursuit par le biais des produits fabriqués avant l’entrée en vigueur de la réglementation, et de l’environnement, et ce en raison de l’extrême persistance de ces substances chimiques. Ces substances peuvent également être formées par des précurseurs, qui sont d’autres produits chimiques per et polyfluoroalkyles (SPFA), susceptibles de se transformer en ASPO et SFPO ; par conséquent, même si la production directe d’ASPO et de SFPO cesse, ces substances peuvent toujours être présentes dans l’environnement."

Félix Gouty Félix Gouty
05 décembre 2023 à 10h00
Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires