En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les particules fines constituent une cible prioritaire en matière de lutte contre la pollution atmosphérique

À l'occasion de la présentation du bilan de la qualité de l'air 2007 en France, la secrétaire d'Etat à l'écologie a présenté les principales mesures du plan particules qui devrait être approuvé à l'automne pour répondre aux objectifs du Grenelle.

Risques  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Les particules fines constituent une cible prioritaire en matière de lutte contre la pollution atmosphérique
© CSDA
   
La secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet a présenté ce matin le bilan 2007 de la qualité de l'air en France. Ce fut pour elle l'occasion de constater des progrès qui se traduisent par la réduction entre 2000 et 2007 des émissions de dioxyde de soufre (-27%), des composés organiques volatils (-31%), des oxydes d'azote (-13 %) ou encore du plomb (-49%). Ce bilan nous enseigne qu'en matière d'écologie il n'y pas de place pour le défaitisme, les moyens mis en oeuvre contre les polluants classiques ont permis de réduire significativement leurs émissions, a déclaré la secrétaire d'Etat.
En revanche, le bilan met en évidence une augmentation continue de la pollution à l'ozone et aux particules fines, ces particules dont le diamètre est inférieur à 10µm (PM10). Les concentrations en particules sont de l'ordre 25 µg/m3 actuellement en France. La valeur limite réglementaire actuelle à ne pas dépasser plus de 35 jours par an est de 50 µg/m3. Or, depuis la mise en place en janvier 2008 du dispositif d'alerte des pics de pollution par les particules, ce dernier a déjà été enclenché 31 fois.

Des effets sur la santé inquiétants

 
Des études prouvent que plus le nombre de particules est élevé dans les cellules des poumons, plus la capacité respiratoire des sujets est altérée  
Alain Grimfeld
 
Emises par les installations de combustion industrielles (30%), le chauffage domestique (27%), l'agriculture (30%) et les transports routiers (11%), les particules fines ont des effets sur la santé à cause de leur faible granulométrie qui leur permet de pénétrer profondément dans les poumons. Elles peuvent également contenir des produits toxiques comme les métaux ce qui amplifie leurs impacts sanitaires. Elles agissent principalement sur les appareils respiratoire et cardiovasculaire mais on leur connaît également des effets cutanés et notamment sur les yeux. Contrairement aux polluants gazeux, les particules fines restent dans l'organisme et exacerbent les effets d'autres polluants, explique le professeur Alain Grimfeld, Vice-président du groupe Santé Environnement du Grenelle de l'Environnement. Des études prouvent que plus le nombre de particules est élevé dans les cellules des poumons, plus la capacité respiratoire des sujets est altérée, ajoute-t-il.
Les PM 2,5, particules encore plus fines que les PM10, semblent avoir des effets sanitaires similaires voire plus importants. En avril dernier, l'Union européenne a adopté une réglementation prenant enfin en compte ces particules. Les États membres seront tenus de réduire, d'ici à 2020, l'exposition à ces polluants de 20 % en moyenne par rapport aux chiffres de 2010. La directive impose également de ramener les niveaux d'exposition en dessous de 20 µg/m3 d'ici 2015.

Un « plan particules » pour l'automne

Face à ces enjeux sanitaires et réglementaires, la France va mettre en place un « plan particules » qui sera intégré à la seconde version du Plan National Santé Environnement (PNSE 2). En cours d'élaboration ce plan se veut plus ambitieux que la réglementation européenne en accord avec les conclusions du Grenelle de l'environnement. Ainsi le plan prévoit de réduire de 30% les émissions de PM 2,5 et de 25% les PM 10. la France prévoit d'adopter une valeur cible de 15 µg/m3 pour les PM 2,5 dès 2010. Cette valeur deviendra la norme à ne pas dépasser en 2015.

Pour atteindre ces objectifs, le plan « particules » s'attaquera aux grands secteurs émetteurs de particules. Ainsi pour le chauffage domestique, le plan envisage de réformer le crédit impôt dédié aux appareils de chauffage à bois pour encourager l'acquisition d'appareils performants et accélérer le renouvellement du parc.
Pour le milieu industriel, il est prévu de rendre plus sévères les normes d'émissions de particules des chaudières de plus de 2 MW et d'élargir aux particules le calcul de la Taxe Général sur les activités Polluantes (TGAP). La France soutiendra également, pendant la présidence française de l'Union, le projet de directive européenne sur les émissions industrielles dite IPPC pour renforcer le contrôle sur les installations les plus polluantes.
Enfin, en ce qui concerne le transport routier, la France soutiendra les travaux en cours au niveau européen sur les normes applicables aux poids lourds et l'étude des moyens les plus efficaces pour accélérer la diffusion des filtres à particules sur les voitures avant qu'ils ne soient obligatoires. Par ailleurs, plusieurs options sont actuellement examinées pour étendre éventuellement le dispositif de bonus-malus au volet particules.

Ce plan « particules » sera étudié à l'automne dans le cadre du PNSE 2. En attendant, les stations de surveillance de la qualité de l'air vont être équipées d'appareils de mesure des PM 2,5 dans les agglomérations de plus de 100.000 habitants pour mieux évaluer le niveau d'exposition à ces polluants.

Réactions3 réactions à cet article

 
bonus malus sur les anciennes voiture est envisage

IL semblerait que le fait de rouler au gpl ne nous dispense pas du malus si nous dépassont la norme en roulant à l'essence(la conso essence étant parait il la base de calcul).Si cela est réel quel intèrêt de donner une prime pour la reprendre en taxe;alors que roulant avec une voiture au gaz je passe automatiquement sur le gaz au plus tard après 2 a 3 km.Etait il utile de favoriser peugeot et iveco pour le moteur diesel au lieu de pousser à l'économie sur les moteurs à essence et au Gpl puisque depuis 20 ans des golf pouvaient rouler à 160 km/havec 3 litres au 100km

clément | 17 juillet 2008 à 20h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
et les avions ?

Pourquoi n'en parle-t-on pas, il faudrait que ce soit mesuré ces particules fines générées par le trafic aérien...

pierre | 19 juillet 2008 à 10h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:et les avions ?

vous avez raison ; on marche sur la tête, avez-vous remarqué ?
on donne un bonus pour l'achat d'un véhicule diesel, trés écolo, n'est-ce pas, pour le CO2 peut-être, mais alors pour les particules, cancer garanti.
de même pour les avions, on ne veut contrarier personne !
et l'activité de loisir aéronautique individuelle, qu'on impose aux riverains, qui osera la remettre en cause ?

raz-la-casquette | 04 août 2008 à 23h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager