Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Recul du trait de côte : comment faire face à l'inévitable ?

L'érosion qu'entraîne la montée des eaux grignote le littoral français. Ce recul du trait de côte menace l'existence de nombreuses communes. Nadia Gorbatko, journaliste chargée du dossier, analyse leurs doutes et leurs craintes.

Podcast  |  Aménagement  |    |  Actu-Environnement.com

En 2100, environ 22 % du littoral français auront disparu sous l'effet de la montée du niveau de la mer. Cet inexorable recul du trait de côte pose des questions de survie à un grand nombre de stations balnéaires et autres communes côtières. Deux types de réponses sont aujourd'hui envisagés : le combattre, à court terme, en installant par exemple des épis rocheux ; ou l'éviter, à long terme.

Et pour l'éviter, la méthode privilégiée est celle de la recomposition spatiale : déconstruire des bâtiments pour les reconstruire plus loin. Cependant, sans accompagnement financier, les 126 communes listées par décret pour leur « particulière vulnérabilité » paraissent démunies face à leurs nouvelles obligations préventives : établir une carte locale des zones exposées, étudier les phénomènes hydrosédimentaires locaux, puis mener les travaux nécessaires.

Pour explorer le sujet en profondeur

Avant d'être décidée, la liste de communes vulnérables a été soumise à la consultation d'un ensemble de 200 communes pré-identifiées. La méthode préventive, demandée par l'État, a séduit plusieurs volontaires, mais certaines villes ont préféré décliner l'offre.

Là encore, l'absence de vision claire sur les outils financiers proposés pour aider ces communes demeure un gros point noir. L'Association nationale des élus du littoral (Anel) compte notamment sur le renouvèlement d'une précédente proposition de loi pour la création d'un fonds d'érosion côtière.

Aux dernières nouvelles

Le 21 octobre, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) ont publié un guide méthodologie pour accompagner les communes à élaborer la cartographie de projection, à moyen et long termes. Et le 9 novembre, plusieurs institutions ont également mis un document d'orientation à leur disposition afin d'anticiper les aménagements nécessaires.

Vous pouvez aussi écouter l'épisode sur votre plateforme de podcast préférée :
Plus d'episodes