En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Particules fines : deux millions de décès chaque année dans le monde, selon l'OMS

Risques  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Chaque année, plus de deux millions de personnes meurent d'une exposition aux particules fines présentes dans l'air intérieur et extérieur, estime l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), dans une étude publiée le 26 septembre. ''Les particules PM10, d'une taille égale ou inférieure à 10 micromètres, peuvent pénétrer dans les poumons, entrer dans la circulation sanguine et provoquer des cardiopathies, des cancers du poumon, des cas d'asthme et des infections des voies respiratoires inférieures'', précise l'organisation.

Après avoir compilé les données de pollution de quelque 1.100 villes de plus de 100.000 habitants dans 91 pays, l'OMS indique que seules neuf villes respecteraient le seuil de 20 microgrammes par mètre cube qu'elle a fixé pour la concentration moyenne annuelle des PM10. Dans certaines villes, cette concentration atteint jusqu'à 300 µg/m3. Principaux responsables de cette pollution : les moyens de transport motorisés, les industries, l'utilisation de biomasse et de charbon pour la cuisine et le chauffage, ainsi que les centrales électriques au charbon.

''Pour l'année 2008, on estime à 1,34 million le nombre de décès prématurés attribuables à la pollution atmosphérique en ville. Si les valeurs avaient été partout conformes aux lignes directrices de l'OMS, 1,09 million de vies auraient pu être sauvées cette année-là'', estime l'OMS. Selon elle, une réduction de la concentration annuelle moyenne de particules PM10 de 70 µg/m3 à 20 µg/m3 devrait entraîner une baisse de 15 % de la mortalité.

La France n'échappe pas à cette tendance. Seize zones seraient particulièrement touchées par une pollution aux PM10 : Marseille, Toulon, Avignon, Paris, Valenciennes, Dunkerque, Lille, le territoire du Nord Pas-de-Calais, Grenoble, Montbéliard/Belfort, Lyon, le reste de la région Rhône-Alpes, la zone côtière urbanisée des Alpes-Maritimes, Bordeaux, la Réunion et Strasbourg. Bilan : 40.000 morts chaque année, selon les estimations. Le 19 mai dernier, la Commission européenne a d'ailleurs saisi la Cour de justice de l'UE pour non respect des valeurs limites applicables aux PM10.

Réactions4 réactions à cet article

 

L'évidence absurde...
Le Français ou la vache qui broute sans broncher.
Tout le monde sait qu'il faut d'urgence arrêter les moteurs à explosion, en commençant par les moteurs diesel. Que fait on? Réponse: Rien.

arthur duchemin | 27 septembre 2011 à 10h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Question
Fukushima combien de morts ?
La pollution automobile combien de morts ?

A nous d'en tirer les consequences

fleurent | 27 septembre 2011 à 19h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et bientôt en force et à tour de bras ..... (roulement de tambour !)
Le gaz avec toutes les CCG en projet pour produire de l'électricité.
Et 40 000 morts c'est toléré puisque rien n'est fait avec bon sens en 2011, et ça va sérieusement s'aggraver puisque le gaz ne pollue pas n'est ce pas ? Prévention s'impose...

hubble29 | 27 septembre 2011 à 20h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quelques infos sur la contribution de la biomasse

Concernant les émissions de particules fines provoquées par la combustion de la biommasse, il faut tenir compte aussi des brûlages de végétaux à l'air libre.

En Suisse, les chauffages au bois représentent 18% des particules émises par la combustion, et la combustion en plein air 16%. Les chauffages au bois et la combustion à l’air libre contribuent au total presque autant à l’émission de poussières fines que les moteurs diesel, qui sont responsables de 39% des particules de combustion (source : Offices fédéraux de l'environnement et de l'énergie suisses).

En France métropolitaine, aucune donnée disponible sur les brûlages à l'air libre. Pour l'année 2009, le bois énergie est responsable de l'émission de 33% en masse des particules fines PM2,5 (taille inférieure à 2,5 microns) contre 13% pour les transports, routier et autres (source : CITEPA, dernières donnée d'avril 2011 - citepa.org).

Selon des études danoises, même dans les villes, la grande partie des particules fines n'est pas provoquée par la circulation routière, mais par les chauffages à bois (information trouvée sur le site de l'Association Suisse des Maîtres Ramoneurs).

max | 05 octobre 2011 à 20h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager