En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'indécision des Etats membres sur les OGM irrite les semenciers français

Agroécologie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Réunis le 19 octobre dernier à Luxembourg, les ministres européens de l'agriculture n'ont pris aucune décision concernant les trois dossiers de maïs OGM figurant à l'ordre du jour. Ces décisions se trouvent désormais entre les mains de la Commission ce qui semble irriter les organisations professionnelles des semenciers français.

Dans une position commune le groupement national interprofessionnel des semences et des plants (Gnis), l'association de l'industrie des semences de plantes oléagineuses (Oleosem), la chambre syndicale des entreprises françaises de semences de maïs (Seproma) et l'Union des industries de la protection des plantes (UIPP), dénoncent une situation ''récurrente et paradoxale : alors qu'un seul type de maïs est autorisé à la culture depuis plus de 10 ans, l'UE autorise de manière régulière la commercialisation d'OGM à l'importation, rappellent les semenciers. On peut donc légitimement mettre en avant l'incohérence d'importer des produits issus d'une technologie que l'on refuse aux agriculteurs européens'', ajoutent les semenciers qui demandent aux gouvernements européens d'adopter une position politique claire vis-à-vis des OGM.

Selon eux, la France doit désormais ''s'impliquer davantage et avoir le courage politique de prendre des décisions concrètes pour aider à clarifier une situation européenne qui, à terme, risque d'être vraiment préjudiciable pour certaines filières agricoles''.

Réactions3 réactions à cet article

 
L'irritation des semensiers français (Etat-OGM)

Il est parfaitement louable d'être irriter par une position courageuswe - mais, qui agace ces divers acteurs Agrosemenciers: Puisque in fine, les profits (espérés) se font attendres.... Aussi, il qserait souhaitable - que, l' avis sois demandé aux Citoyens (lesquels ne veulent pas d'OGM à manger), car il y a trop d'effets néfastes sur les animaux de laboratoires quyi en ont mangé (testés); Que d'autre part, l'utilisation de pesticide (insecticide) produit par la plante elle-même, n'est pas un gage de sécurité (v. rapports sur les effets des Pesticides du Cemagref/Cnrs de 2005, sur les résidus de pesticides dans l' Agriculture). Que des Scientifiques américains (FDA) ont mis en garde depuis 1991, sur les dangers de cette technologie (v. http://www.biointegrity.org). Que de plus, divers Procès verbaux (Commité d'Evaluation des Pesticides) ont affirmer la dangerosité de certaines molécule (Glyphosate/Roundup:composés de plusieurs molécules chimiques), et d'autres (même Commité d' Evaluation). D'autant plus que l' AFSSA (elle-même) dans un rapport de 2003) sur l'évaluation de l' Agriculture biologique a affirmé que les ''ogm, pouvait même permettre l' apparition de virus ou de bactéries...génétiquement modifiées''. Alors, nous avons de sérieuses raisons de nous opposer à cette technologie - loin d'être sans conséquence sur la Biodiversité, et l'équilibre lié aux maladies... Mais aussi, sur les effets déplorable sur les organes et le poids des rats de tests. Sans oublier d'autres rapports de l' AFSSA (2005) qui reconnait que les OGM peuvent générer des pollutions environnementale (et contaminer les autres végétaux), en causant des dégâts aux agriculteurs bios... Et, pour finir, un rapport conjoinds du CNRS/INRA de 2006, qui confirme (malheureusement) les pollinisations sur de très longues distances; La persistance de grains d'OGM dans l'atmosphères; La contamination inter-espèces mais aussi entre un OGM et une espèce végétale sauvage; Alors OUI - l' ETAT A EU RAISON DE DECIDER DE METTRE LA CLAUSE DE SAUVEGARDE EN VIGUEUR DEPUIS 2008. Et, EST PARFAITEMENT COHERANT DANS SON MAINTIENT EN 2010...voire plus...

salutlesp'titclou | 15 janvier 2010 à 01h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
L'indécision des Etats membres et les OGM...

Complémentà mon premier texte: la référence du rapport conjoint CNRS/INRA de 2006, Titre: "organismes génétiquement modifiés: aspects socio-économiques, alimentaires et environnementaux - Premier séminaire de restitution du Programme ANR-OGM". Il existe même un rapport Américain (USA) fait par l' Association Soil, qui démontre de manière irréfragable, que depuis quelques années - mêmes les américains, ne veulent plus d' OGM: ["Land of the GM-Free? - How the American public are startig to tuen against GM food", October 2008, sur http://www.soilassociation.org]-

Traduction du titre: Comment le Public Américain décident de rejetter la nourriture Génétiquementmodifiée.. .

salutlesp'titclou | 17 janvier 2010 à 23h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les risques des OGM est bien réel

Lorsque les Associations (GNIS)et Syndicats (Oleosem) et la Chambre (UIPP) affirment que:la France doit désormais ''s’impliquer davantage et avoir le courage politique de prendre des décisions concrètes pour aider à clarifier une situation européenne qui, à terme, risque d’être vraiment préjudiciable pour certaines filières agricoles''.
Cette argument est erroné, voire de très mauvaise fois, puisque , même l' AFSSA "a dénoncé l'insuffisance d'essais concernant les plantes transgéniques. Il y aurait donc une réelle insuffisance dans l'évaluation du risque pour la santé humaine de la consommation d' OGM. (...), La question de l' assurabilité du risque OGM est d'autant plus cruciale que les assureurs se refusent à assurer les OGM (...),PAGE 565 - Annexe IV, Comptes rendus des Auditions, du Rapport du Sénat N° 301, session ordinaire de 2002-2003 - par M. Jean-Marc PASTOR Sénateur,

salutlesp'titclou | 17 janvier 2010 à 23h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager