En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Comment produire du carburant avec des déchets plastiques

L'association Earthwake, créée par l'acteur Samuel LeBihan, produit du diesel à partir de déchets plastiques pour les camions poubelles de la ville de Puget-Théniers dans les Alpes-Maritimes. Reportage vidéo.

Reportage vidéo  |  Déchets  |    |  Baptiste Clarke  |  Actu-Environnement.com

Ce fut une « première mondiale » très remarquée pour l'équipe de l'association Earthwake ce samedi 18 juillet. Toute la presse nationale et locale était là pour la présentation d'une machine. Cette dernière ne produit que quelques litres de diesel par mois mais… avec des déchets plastique. Rien de révolutionnaire pourtant puisque le procédé existe déjà depuis au moins dix ans. Mais ce qui attire plus particulièrement, c'est la présence d'un acteur très connu, Samuel Le Bihan, cofondateur de l'association avec François Danel, ancien directeur général d'Action contre la faim. Une bonne association pour sensibiliser un large public.

 
1 kg de plastique donne 800 grammes de carburant après une dépolymérisation des plastiques en polyéthylène et polypropylène  
Christofer Costes
 
Ainsi, la pyrolyse devient un sujet accessible à tous. Car effectivement « 1 kg de plastique donne 800 grammes de carburant après une dépolymérisation des plastiques en polyéthylène et polypropylène ». Les déchets sont avant tout broyés, puis envoyés dans un réacteur fermé hermétiquement. Les composants sont chauffés jusqu'à 450 degrés, une combustion sans oxygène. « Les molécules de plastique sont alors cassées et se transforment en vapeur de différents poids, le gasoil, le kérosène, l'essence et le gaz. On sort le gasoil, qu'on utilise en priorité, l'essence est une sous-catégorie qu'on peut utiliser dans les groupes électrogènes, et le gaz, on le stocke, on le recomprime et on le réinjecte dans le brûleur pour faire chauffer le réacteur », nous explique Christofer Costes, l'inventeur de la machine baptisée Chrysalis. Un procédé autonome en énergie.

Et ça marche ! Depuis quelques mois, deux camions poubelles roulent dans la commune de Puget-Théniers (Alpes-Maritime) avec ce carburant, en petite quantité, car il est mélangé à du diesel classique. « Pour être en phase avec les normes des constructeurs de véhicules », explique François Danel dans le reportage vidéo. Tandis que pour les groupes électrogènes, le carburant peut être consommé sans mélange. Une aubaine pour les pays en voie de développement qui à la fois « ont de vrais problèmes pour collecter et traiter les déchets plastique faute de moyen, et qui ont aussi des besoins en électricité », explique Samuel Le Bihan.

Charles-Ange Ginésy, président du département des Alpes-Maritimes, précise, dans le reportage, que le département soutient cette innovation avec l'acquisition d'une machine et d'une pompe permettant l'approvisionnement. Cent-cinquante litres de gasoil issus de déchets plastique devront être produits chaque mois pour alimenter les camions poubelles. Une expérimentation qui permettra de quantifier le coût de production du carburant et donc de déterminer, à terme, le prix à la pompe, une donnée encore inconnue.

Réactions2 réactions à cet article

 

Bel effort, fabriquer du diesel pour polluer encore plus tout en consomant du pétrole pour le fabriquer et conforter le cercle infernal du carburant fossile. Les pétrolier vont être contant

scalectric4 | 24 juillet 2020 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En effet, quel est le rendement du procédé (énergie fournie pour carburant produit) ?

MR | 27 juillet 2020 à 09h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager