Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Emballages : comment l'État veut inciter les collectivités et Citeo à améliorer leurs performances

Les pouvoirs publics ont présenté les premières pistes de bonus et de malus pour inciter collectivités et éco-organismes à améliorer les performances de tri. Les conséquences financières pourraient être très lourdes.

Déchets  |    |  P. Collet
Emballages : comment l'État veut inciter les collectivités et Citeo à améliorer leurs performances

La première campagne de caractérisation des ordures ménagères résiduelles (OMR) organisée dans le cadre de la filière de responsabilité élargie des producteurs (REP) d'emballages ménagers est sur le point débuter. Quelque 4 000 caractérisations vont être réalisées dans les 668 collectivités territoriales chargées de la gestion des déchets. Objectif : mesurer les quantités d'emballages non triés pour évaluer la performance collectivité par collectivité.

Le dispositif, annoncé en septembre 2023 par Christophe Béchu, doit permettre de « [passer] à une logique de performance [pour] objectiver le débat et mettre chacun face à ses responsabilités ». Et le ministre de la Transition écologique d'envisager la création de bonus et de malus.

Objectiver les performances

L'objectif des caractérisations est d'obtenir, pour chacune des collectives françaises, une connaissance des quantités triées et du reliquat d'emballages présent dans les OMR. « Ça va permettre d'objectiver la performance territoire par territoire », se félicite Romain Lebegue. Le directeur développement collecte et tri chez Citeo rappelle que les caractérisations menées par l'Ademe sont certes plus précises (les déchets sont classés en 60 catégories, contre 13 pour la caractérisation de la REP emballages), mais ne distinguent pas les performances des collectivités.

À partir des données brutes, une performance du tri pourra être évaluée. Sur le principe, il s'agit de comparer les volumes triés au gisement de chacune des collectivités. Une option possible consiste à utiliser la consommation départementale à partir des données de l'Insee. Mais l'évaluation est imprécise car il est délicat d'attribuer les ventes des centres commerciaux aux collectivités à proximité.

La solution qui se profile consiste plutôt à considérer le gisement d'une collectivité comme étant la somme des emballages triés et de ceux retrouvés dans les OMR par la campagne de caractérisation. L'idée étant que les emballages consommés par les habitants d'une collectivité se retrouvent dans l'une ou l'autre des deux poubelles.

Image à l'instant T

Les pouvoirs publics ont aussi réuni les parties prenantes, le 24 avril, pour aborder l'étape suivante : la création de bonus et de malus basés sur ces performances. En effet, le cahier des charges de la REP emballages prévoit la création cette année de « mesures incitatives à destination des collectivités territoriales (…) et des éco-organismes » pour que leurs performances soient compatibles avec les objectifs de collecte et de recyclage. Et le cahier des charges d'évoquer explicitement des pénalités financières. Ces dispositions pourraient se concrétiser dès juin, avec la publication de la révison prévue du cahier des charges de la REP emballages.

Le mécanisme proposé est « intéressant et très responsabilisant », mais les conséquences financières seront « hyper violentes », résume Nicolas Garnier, le délégué général d'Amorce. Surtout, les collectivités n'oublient pas que le dispositif sera mis en œuvre sur la base de campagnes de caractérisation qu'elles jugent imparfaites. « Je crains que ce ne soit le top départ pour donner des malus aux collectivités les moins performantes à partir d'une photo à un instant T », explique Bertrand Bohain.

Plusieurs reproches sont formulés. D'abord, limiter le nombre de caractérisations, c'est prendre le risque de mal évaluer la présence de certains emballages dans les OMR. On sait par exemple que la consommation d'eau et de sodas en bouteille est plus importante en été, en particulier dans le sud de la France. C'est aussi prendre le risque de mal évaluer le geste de tri en fonction des types de territoire d'une même commune (urbain dense, périurbain et rural). C'est enfin prendre le risque de pénaliser des collectivités qui affichent de mauvaises performances parce qu'elles viennent tout juste d'étendre leurs consignes de tri à tous les emballages en plastique.

Suivre les trajectoires de recyclage

Quelles pénalités pourraient être mises en place ? Le délégué national d'Amorce retient d'abord de la présentation des pouvoirs publics l'idée de pénaliser automatiquement les éco-organismes qui dévient de la trajectoire permettant d'atteindre l'objectif de recyclage (par exemple : 40 % de recyclage des plastiques en 2024, puis 50 % en 2025 et 54 % en 2029). Avec les résultats actuels, la facture serait alourdie de 400 millions d'euros, pour atteindre 1,6 milliard, explique le représentant d'Amorce, qui y voit « une révolution ».

À l'inverse, un bonus serait créé pour inciter les éco-organismes à financer le plus rapidement possible les dispositifs d'amélioration des performances de tri. Concrètement, un mécanisme permettrait de pondérer les dépenses précoces pour réduire celles à venir.

Des collectivités découragées ?

Du côté des collectivités, Nicolas Garnier évoque la possibilité d'un malus de 800 euros par tonne d'emballages en plastique non collectée par rapport au taux de collecte prévu par la trajectoire menant aux objectifs de recyclage. Ce malus, qui prendrait la forme d'une restitution des soutiens perçus, réduirait à peau de chagrin les soutiens versés aux collectivités les moins performantes.

« Comment investir dans la collecte sélective dans ces conditions ? » interrogent les représentants des collectivités, qui craignent que cela ne les décourage complètement. Bertrand Bohain estime même que certaines collectivités pourraient décider de jeter l'éponge pour éviter la flambée de la fiscalité locale. Il préfèrerait qu'on sanctionne les collectivités qui refusent de mettre en œuvre certains leviers d'amélioration, après leur avoir laissé l'opportunité de le faire. Avec le type de pénalités envisagé actuellement, le représentant du CNR s'interroge même sur la possibilité d'un « pourvoi » qui permettrait à une collectivité avec de mauvais résultats de confier à Citeo la gestion opérationnelle de la collecte sélective.

Quant au bonus, il serait versé sur la base de la mise en œuvre d'un plan d'action. Comme pour les éco-organismes, il s'agirait d'un bonus versé sur la base des moyens déployés, plutôt qu'en fonction des résultats obtenus. En l'occurrence, cela permettrait d'inciter les collectivités à investir, sans qu'elles aient à attendre la concrétisation des résultats et à supporter les risques.

Réactions1 réaction à cet article

Plus de 20 ans que le tri sélectif est en place et environ 25% des déchets ménagers et assimilés ne sont toujours pas triés via le bac jaune. (15% pour les anciennes consignes, 10% pour les nouvelles). Au vu de ces données, contrôles et sanctions ne semblent pas choquant pour faire bouger les choses. Le tri des déchets n'est pas forcément prioritaire aux yeux des élus, et des pénalités financières pourraient être le seul moyen d'attirer une attention réelle sur cette problématique. A chaque collectivité de trouver ensuite ce qu'il faut mettre en place pour assurer un tri correct des déchets, faciliter le geste de tri aux usagers et pénaliser les récalcitrants. Et de se donner les moyens d'y arriver... cela coûtera peut-être moins cher que les pénalités... Chaque déchets non triés a un coût de traitement plus important que s'il était trié, encombre les conteneurs et empêche donc l'optimisation des fréquences de collecte.

Mel | 13 mai 2024 à 11h10 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Solution de protection incendie pour convoyeurs - Firefly ConveyorGuard™ BERTHOLD FRANCE SAS
Pesage du papier recyclé - Mesure de débit massique DuoSeries LB 472 BERTHOLD FRANCE SAS