En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le rapport de l'AIE sur la politique énergétique de la France jugé ''très décevant''

Energie  |    |  Victor Roux-Goeken Actu-Environnement.com
Le Comité de liaison des énergies renouvelables (Cler) juge le rapport de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) consacré à la politique énergétique française ''très décevant et même inquiétant''. Présenté lundi 26 juillet, ce rapport est en effet plutôt louangeur, malgré quelques réserves.

Dans son communiqué, le Cler regrette que l'AIE ''ne joue pas correctement son rôle de guide objectif et clairvoyant''. Tout d'abord parce que son rapport est ''aveugle vis à vis du nucléaire''. Pour l'association, ''l'AIE ignore ou feint d'ignorer dans son analyse cette incompatibilité fondamentale entre les orientations nucléaires et les orientations du Grenelle'', qui prévoient ''à la fois de stabiliser la consommation d'électricité et de développer la part de la production électrique d'origine renouvelable… tout en assurant le maintien voire l'augmentation de la capacité de production nucléaire''. La revue de l'AIE a une vision ''extrêmement optimiste (…) de la situation du programme nucléaire français, qu'il s'agisse de transparence, de gestion des déchets ou de prévisions sur l'allongement de la durée de vie ou l'avènement de la 4e génération''.

Le Cler rappelle aussi que de nombreuses recommandations de l'AIE faites lors de la précédente revue, en 2004, n'ont pas été prises en compte par la France et ''sont passées sous silence dans cette édition''.

Enfin, le le rapport s'est montré ''sourd aux ONG''. Seule la Fondation Nicolas Hulot a été associée aux travaux de l'AIE. La Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC), qui dépend du ministère de l'environnement, ''a refusé d'inclure les [autres] acteurs associatifs français de l'énergie et de l'environnement dans le programme de réunions consultatives'', contrairement à ce qui se fait dans d'autres pays, accuse le Cler.

La consultation de la société civile est pourtant l'un des engagements des pays membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), dont l'AIE est l'organisation sœur en matière d'énergie. Et ''l'ambitieuse future réglementation thermique RT 2012, dont se félicite l'AIE, est par exemple le fruit des propositions des associations'', rappelle l'association environnementale. Les prévisions de consommation d'énergie jusqu'en 2030 réalisées par la DGEC ont été reprises quasiment ''telles quelles'', alors qu'auraient pu être pris en compte les scénarios réalisés par l'association Négawatt.

Réactions3 réactions à cet article

 
Decret-Secret

Un petit extrait du "Manuel du Goulag" de Jacques Rossi,paru aux éditions du Cherche midi,illustrerait quelque peu la teneur de votre article:
"Au cours des premières années du régime soviétique,certains particuliers prennent au sérieux les lois démocratiques du nouveau gouvernement,sans avoir connaissance des décrets d'application qui,eux,sont secrets.A ceux(ils se reconnaîtront)qui réclament justice,les bureaucrates (ils se reconnaîtront) expliquent patiemment:" c'est bien ce que dit le décret,mais qu'en dit le secret ?"Depuis,les bureaucrates ont perdu leur patience et les citoyens leur naïveté...La consultation de la société civile ? Aïe !

ECCE HOMO | 28 juillet 2010 à 10h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
criirad

la criirad montre que l'AIEA est en fait un organisme de promotion pour le nucléaire.

boola | 28 juillet 2010 à 11h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:criirad

Peu-être parce que l'AIEA est responsable ?

micocharly | 29 juillet 2010 à 08h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager