En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'environnement, angle mort du rapport Spinetta

Le rapport remis au Premier ministre sur la réforme du système ferroviaire français opte pour un point de vue purement économique. Elus et associations tentent de rappeler les enjeux d'aménagement et d'environnement.

Transport  |    |  Albane CantoActu-Environnement.com

Commandé par Edouard Philippe à Jean-Cyril Spinetta, le rapport sur la refonte du système ferroviaire français fait quasiment l'impasse sur l'enjeu environnemental. De fait, l'ex-dirigeant d'Air France-KLM ne fait que suivre sa lettre de mission, et n'a donc auditionné aucun représentant d'une association de protection de l'environnement. Ce rapport doit pourtant apporter de l'eau au moulin de la loi Mobilité, qui sera présentée au printemps.

Essentiellement économique, le rapport met en exergue les coûts du réseau et la perspective de l'ouverture à la concurrence pour le transport de voyageurs. Le système ferroviaire coûte 10,5 milliards d'euros aux finances publiques, hors retraites. Le réseau est en mauvais état, entraînant des retards, et nécessite de forts investissements. Le constat est connu.

Sur une demi-page (sur les 125 que compte le rapport), Jean-Cyril Spinetta note que le transport ferroviaire ne représente que 0,6% de la consommation d'énergie en France, alors que le secteur des transports dans son entier consomme 30% de l'énergie. "Un voyageur en TGV émet cinquante fois moins de CO2 par kilomètre parcouru qu'en voiture, vingt-cinq fois moins qu'en covoiturage, et huit fois moins qu'en bus ; un voyage en Transilien émet vingt-cinq fois moins de CO2/km qu'en voiture ; un train de fret émet dix fois moins de CO2 par km que le nombre de poids lourds nécessaires pour transporter la même quantité de marchandises. Le transport ferroviaire peut ainsi apporter une contribution essentielle à une politique de mobilité durable ". Mais avec les taux de remplissage moyens actuel, "un train régional diesel de petite capacité émet plus de CO2 que 3 autocars". Côté fret – un secteur déjà ouvert à la concurrence -, l'heure est au redressement depuis 2014, après une baisse continue depuis les années 70.

Faute d'écotaxe, une redevance poids lourd

Après le constat, les solutions. Pour le transport de voyageurs, le rapport propose de recentrer l'activité de la SNCF sur les zones urbaines et périurbaines ainsi que sur le TGV. De quoi faire réagir les élus. "La desserte ferroviaire ne saurait se limiter aux transports en zone urbaine et périurbaine et aux liaisons entre les principales métropoles françaises. Le transport ferroviaire doit concourir à l'aménagement du territoire", indique Hervé Maurey, sénateur (Union centriste) et président de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable, dans un communiqué de presse.

"Alors que le gouvernement prévoit un plan routier sur dix ans pour achever le désenclavement de la France dans la future loi sur les mobilités, il faut veiller à ce que ces travaux ne facilitent pas les déplacements en voiture dans des territoires où son utilisation est d'ores et déjà prédominante", argumente de son côté l'association Réseau Action Climat (RAC). Celle-ci propose ainsi d'introduire une redevance kilométrique sur les poids lourds pour encourager le report modal sur le ferroviaire, et d'introduire une taxe sur le kérosène pour les vols domestiques, qui permettrait de moderniser le système ferroviaire.

Réactions2 réactions à cet article

 

Il est d'autant plus urgent d'assurer la santé économique de ce mode de transport, que son organisation actuelle ne permet pas une utilisation du fret compatible avec les besoins.
Comment expliquer la si piètre performance du fret ferroviaire en France ?
Pouvez-vous nous dire comment font les allemands en la matière ? NB: Je prends cet puisque dans ce media la vertueuse Allemagne est toujours "première de la classe" en toutes matières ?

Albatros | 19 février 2018 à 17h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Avec sa faible densité de population, la France ne peut simplement copier le modèle nord-européen, où, comme j'imagine pour le tram-train de Châteaubriant, les dessertes sont cadencées parfois d'heure en heure, au même minutage (facile à retenir : 13h18, 14h18, 15h18...!).
Mais au lieu de faire rouler du matériel lourd, souvent vide aux trois quarts, pourquoi ne pas revenir aux anciennes "michelines", de la capacité d'un bus, et avec un rythme plus serré ?

philippeb81 | 20 février 2018 à 14h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…